Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

11 août 2008 1 11 /08 /août /2008 10:17

Olé !
img368/4630/abparis5mh9.png

L’Aviron passait samedi après-midi son alternative dans ses propres arènes face au Paris FC, un adversaire maintenant aguerri du championnat National et reconnu pour ses qualités footballistiques. Personne ne le savait encore avant le coup d’envoi mais cette rencontre allait rentrer dans les annales à l’instar de certaines corridas qui restent gravées dans nos mémoires. En effet, les Bayonnais ont réussi leur examen de passage avec brio en réalisant une prestation de très haute volée. De mémoire, il s’agit probablement d’un des matchs les plus accomplis si ce n’est LE plus accompli à tout point de vue, que le public du stade Didier Deschamps n'ait jamais connu.
img505/3825/abparis3oc8.png

Malgré la belle performance enregistrée par les Bayonnais à Beauvais la semaine dernière, c’était dans l’expectative que se profilait cette 2ème journée de championnat sachant que le vainqueur du match allait occuper seul le fauteuil de leader du championnat. Le promu bayonnais allait-il confirmer face à une autre grosse écurie ou bien marquer le pas ?

18h30 : les protagonistes entrent dans l’arène mi-ombre mi-lumière à ce moment de la journée, revêtus de leurs tuniques bleu marine pour les visiteurs et bleu ciel pour les locaux. Dans le 11 de départ côté bayonnais, 10 joueurs de l’an passé avec à leur tête, le capitaine Michel Bidegain. Une seule tête nouvelle alignée d’entrée : le défenseur central Roland arrivé de Beauvais. Dès le début, la rencontre part sur un bon rythme avec de bonnes intentions des deux côtés. Pas de round d’observation donc, et des Bayonnais bien décidés à marquer leur territoire et à ne pas laisser l’adversaire prendre les devants. Le milieu de terrain bayonnais est au four et au moulin en accomplissant un travail de récupération exceptionnel. Les Bayonnais prennent rapidement l’ascendant sur leur homologue dans l’entrejeu, à l’image du phénoménal Younes El Hajjam samedi soir qui récupéra un nombre incalculable de ballons et qui a été de tous les combats tel un véritable toro à 6 pattes, 4 cornes et 3 poumons. Sur le front de l'attaque, la doublette offensive bayonnaise composée de Heckly et Poueys ne ménage pas ses efforts. Dès la 13ème minute, l’Aviron plante la 1ère banderille suite à un coup-franc excentré, tiré à merveille par Soubervie et que reprend victorieusement Younes El Hajjam d’une tête décroisée qui va se loger dans la lucarne. Alors que l’on pouvait s’attendre à une réaction d’orgueil parisienne, ce sont les Bayonnais, très à l’aise techniquement, qui continuent de développer un jeu alerte et de se montrer les plus dangereux. Côté parisien, on a du mal à enchaîner les séquences de jeu et à trouver les attaquants peu en vue. Les coéquipiers d’Hakim Elouarry sont systématiquement muselés par la muleta basque.
 img297/3923/abparis4xn8.png
4 minutes après, c’est Romain Choplin qui profite de la passivité de la défense parisienne pour inscrire le 2ème but suite à un centre de Soubervie qu’il reprend à bout portant. 2 - 0 au bout de 20 minutes de jeu seulement et des visiteurs qui accusent le coup. Incroyable mais vrai et mérité au vue de la domination basque. Un parfum de grande « tarde » flottait dans les travées du stade Didier Deschamps et le public ne s’y trompait pas en ponctuant par plusieurs salves d’applaudissements chaque action offensive mais aussi défensive des Ciel et Blanc à l’image des « Olé » qui accompagnent les passes du matador. Toute l’équipe est sur la même longueur d’onde et joue à la perfection sa partition. Les Basques virent à la pause sur le score de 2 à 0 au terme d’une première mi-temps splendide.
img181/2438/abparis11wp8.png

Au retour des vestiaires, Philippe Lalanne remplace Michel Bidegain touché en 1ère mi-temps. La réaction parisienne est attendue et est bien là. Le premier tir intervient à la 50ème minute mais passe au-dessus du cadre. La pression parisienne se fait plus pressante mais la défense basque contient sans trop de difficulté les offensives des joueurs de la capitale. Les coups-francs se succèdent pour les parisiens mais ces derniers se montrent trop imprécis dans leurs tentatives. Les minutes s’égrènent, les joueurs de la capitale ne trouvent toujours pas de solution et les Bayonnais toujours appliqués dans la récupération du ballon et dans la construction du jeu, gèrent leur avantage au score avec une sérénité remarquable. Seidou et Lestage rentrés respectivement à la place de Poueys (54è) et Heckly (76è) apportent du sang neuf à l’équipe. Le nouveau basque bondissant Seidou arrivé d’Orléans, seul en pointe, a quelques occasions de contres pour aggraver le score mais il ne trouve pas le cadre. Le 11 bayonnais régale son public qui vibre comme à ses plus belles heures et qui en retour applaudit son équipe pour le dernier 1/4 d’heure. A 10 minutes de la fin, le portier bayonnais Bouet jusque-là peu employé, effectue l’arrêt décisif en détournant en corner un tir à bout portant de l’attaquant parisien. Le score en restera là jusqu’au coup de sifflet final de l’arbitre qui a également été à la hauteur de ce très beau match qui s’est déroulé dans un excellent état d’esprit.
img98/5919/abparis7rl8.png

2 victoires en 2 matchs, voilà le petit poucet Bayonnais en tête du National à la surprise générale. Une 41ème place provisoire à l’échelon du football français soit une position inédite qui ne leur est jamais arrivée, même lors de leurs deux premières expériences en National. Une situation qui relève plus de l’anecdote et qui ne fait pas oublier l’objectif de la saison qui reste et restera le maintien. Ceci étant, les Ciel et Blanc ont réussi leur petit coup médiatique et peuvent savourer pleinement l’ovation qu’ils ont reçue des 1500 spectateurs conquis par le spectacle. Prochain déplacement samedi à Sète.
img505/254/abparis9pd9.png

 

Partager cet article

Repost0

commentaires