Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

17 août 2008 7 17 /08 /août /2008 10:49

Sète attend une confirmation

Le FC Sète accueille ce soir une formation bayonnaise qui, après une saison remarquable en CFA, a déjà deux victoires au compteur Sur le plan comptable, le Football-club de Sète est pour l'instant dans les clous, avec trois points pris en deux journées. Une victoire et une défaite, rien d'extraordinaire en soi. En revanche, sur le plan du jeu et des intentions, les "Vert et blanc" ont affiché des qualités particulièrement encourageantes pour la suite.

Face à Croix-de-Savoie, à domicile, les hommes de Frédéric Rémola ont visiblement offert au public ce qu'il attendait. Du jeu, de la combativité et une volonté d'aller toujours de l'avant. La semaine suivante, malgré la domination de Laval, ils ont bien failli créer l'exploit en tenant en échec l'un des grands favoris pour la montée. Un exploit qui aurait été réalisé si le match n'avait duré que 92 minutes... C'est donc une équipe rassurée et en confiance qui va retrouver le stade Louis-Michel ce soir. Et de la confiance, il faudra justement en avoir face à une formation bayonnaise qui a réussi un départ "canon" dans ce championnat. « Ils ont cette dynamique du promu qui a fait un super championnat et qui n'a rien à perdre, déclare Frédéric Rémola. Ils ont pour l'instant deux victoires et pas des moindres puisqu'ils ont notamment battu le Paris FC. Ça se prend en considération. » Pour calmer les ardeurs bayonnaises, l'entraîneur sétois a déjà échafaudé un plan. « Ils ont bénéficié pour l'instant de beaucoup de réussite sur les coups de pied arrêtés. Il va falloir se méfier et ne pas faire de fautes aux abords de la surface. Il faudra également être vigilants sur les contres, car les Bayonnais risquent de fermer le jeu pour bonifier leurs deux premiers résultats. » Quant à son équipe, Frédéric Rémola ne compte rien changer. « Nous partons dans les mêmes dispositions que lors des deux premières journées, c'est-à-dire pour prendre des points. Notre forteresse doit être imprenable, c'est l'objectif prioritaire. » Quant au soutien du public, il va de soi que les "Vert et blanc" attendent beaucoup des tribunes de Louis-Michel. Mais Frédéric Rémola sait parfaitement que s'il y a soutien, cela ne pourra démarrer qu'avec ses propres troupes : « Il ne faut pas rêver. Nous avons vu ces dernières années que le public peut être nombreux mais envoyer des ondes négatives. Le public est comme beaucoup de gens, il attend de voir si cette équipe est régulière. C'est à nous de faire nos preuves sur la longueur, mais il est sûr que nous n'aurons pas du jour au lendemain le public de Lens ou Saint-Etienne. Nous avons une bande de supporteurs, mais j'ai l'impression qu'ils ont eux aussi perdu leur voix. Je pense que, pour l'instant, nous sommes observés. Mais nous ne nous posons pas de questions. Nous devons d'abord prendre du plaisir et si c'est le cas, le public en prendra avec nous. »

MIDI LIBRE (Samedi 16 Août)

--------------

Sète fois Bayonne est attendue
img120/4307/p008ph01jv8.jpg

L’Aviron Bayonnais FC se rend aujourd’hui à Sète tout sourire et le moral au beau fixe après deux victoires en autant de journées de championnat. Sans pression Bayonne devient redoutable.

Surprenant leader après les deux premières journées du championnat National, l’Aviron Bayonnais FC se déplace aujourd’hui à Sète, une équipe de milieu de tableau mais qui ambitionne de retrouver un jour une Ligue 2 quittée il y a deux ans à peine. Les Bayonnais sont maintenant sous les feux des projecteurs et sont attendus de pied ferme sur la Côte d’Azur. Leur statut de leader a surpassé celui du petit promu et les Sétois vont tout tenter pour connaître une deuxième victoire sur leur terrain après celle obtenue en ouverture du championnat face à un autre promu Croix de Savoie. Mais les Basques, engagés dans une dynamique incroyable, ne sont plus à un exploit prêt. Détendus, en confiance, dotés d’un collectif soudé et affichant des dispositions techniques de grande qualité, ils sont devenus en deux rencontres des adversaires redoutables.

Tous au club préfèrent sourire de l'actuel pied de nez au destin. Prédits à l'enfer, ils sont là, tranquillement installés en première position. «Bayonne leader de National, ça me fait marrer» déclare d'ailleurs Manu Mérin dans une interview cette semaine donnée au magazine France Football, la référence du genre. Une preuve que Bayonne, l'iconoclaste du foot business avec son million d'euros de budget, intrigue et demande un éclairage en ce début de saison.

Car malgré sa position, l'Aviron est toujours et encore un inconnu pour ses adversaires. Seule certitude pour Sète, le prochain sur la liste, les Basques jouent autour d'un collectif dont la cohésion est totale. Mais cela, on le savait bien avant le début du championnat.

Football total

Ce qui surprend et ce qui rend finalement normal la position au classement général, c'est que les Bayonnais jouent au football, et ils jouent bien. La démonstration faites à Didier Deschamps face au Paris FC samedi dernier en est la flagrante illustration. Sans doute le meilleur match que les supporteurs bayonnais n'ont jamais vu. Avec pour base de jeu un milieu de terrain récupérateur au four et au moulin, symbolisé par le «marathon man» Younes El Hajjam, l'Aviron construit des actions limpides. Les joueurs sont en mouvements constants, les solutions se multiplient. Ajouter une très bonne réalisation technique et le réalisme de l'attaque, oui Bayonne a profil type du leader.

Reste maintenant à savoir comment les Bayonnais vont supporter l'enchaînement des rencontres et les longs voyages. Il est incontestable que les bleu et blanc donnent actuellement tout sur le terrain. Un rythme qui va être difficile à tenir même si ce n'est que la 3e journée. La constance physique et la récupération étaient d'ailleurs l'inquiétude majeure de l'entraîneur Alain Pochat avant le début du championnat.

D'autant plus que les Bayonnais utilisent pour les longs déplacements comme celui à Sète, un bus couchette. Une solution économique pour le petit budget du club mais contraignante pour le physique des joueurs. Voyage de nuit, repos le matin à l'hôtel pour récupérer du voyage, réveil musculaire, collation, sieste, direction le stade pour la rencontre, départ dans la foulée pour un nouveau voyage de nuit direction Bayonne, on a fait mieux dans la gestion des organismes sportifs. A moins que les Bayonnais reviennent, auréolés d'une nouvelle victoire, auquel cas l'euphorie serait contagieuse. Et quand le moral va tout va.

Le journal du Pays Basque (Samedi 16 Août)

img291/1812/journalpbce9.png

Partager cet article

Repost0

commentaires