Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

23 août 2008 6 23 /08 /août /2008 14:09

« La cohésion du groupe »
img406/9702/4176921zh3.jpgimg365/504/4513131zc2.jpgimg406/9702/4176921zh3.jpg

Alain Pochat, l'entraîneur de l'Aviron Bayonnais, n'espérait sans doute pas si bon début de saison. Mais avant le deuxième match à Didier-Deschamps ce soir face à Arles, il reste prudent.

Votre accession en National n'a été confirmée qu'à la mi-juillet par la DNCG. Comment avez-vous vécu l'intersaison ?

Alain Pochat. Cela a été très pénible. Pour les dirigeants, pour nous, pour les joueurs. C'était une situation pas simple à gérer. Le recrutement a été difficile puisqu'on ne pouvait pas affirmer aux joueurs qu'on allait jouer en National, même si pour nous, cela ne faisait aucun doute. Un aspect sportif difficile, un aspect financier également délicat avec un budget revu à la baisse et une masse salariale au ras des pâquerettes. On fait avec les moyens du bord. On travaille sur la cohésion du groupe pour se mettre rapidement au niveau.
 

Un pari réussi à la vue de vos premiers résultats. Comment expliquez-vous votre bon de saison ?

C'est vrai que les premiers résultats nous rassurent. Le groupe a peu changé à l'intersaison, et il fallait se situer par rapport au niveau National. On avait effectué des matches amicaux encourageants. Pour le premier match de championnat à Beauvais, on est arrivés conquérants. Tout le monde nous promet l'enfer cette saison, alors autant prendre le taureau par les cornes. Beauvais a connu la Ligue 2, a des ambitions, avec un gros recrutement. Et puis, on a bien attaqué la rencontre, et on l'emporte. C'est très bien pour le groupe qui a montré de la solidarité. C'est ce qui a fait la différence.
 

Une valeur qui a encore fait ses preuves face aux Parisiens …

La première victoire a gonflé le moral des troupes. Le Paris FC a aussi de grosses ambitions et de fortes individualités. Ils sont arrivés en sénateurs, et nous, on est bien rentrés dans le match. On a su le cadenasser. C'est la bonne surprise de ce début de saison, on se retrouve premier du championnat après deux journées.
 

« Il faut compenser ce manque d'expérience et de maturité à ce niveau. »
 

Que vous a-t-il manqué à Sète pour arracher le match nul ?

Sète joue avec le même état d'esprit que nous. C'est un club qui a failli descendre, un groupe avec des joueurs du coin. C'était un match engagé, ouvert, et l'on prend un but en fin de match sur une erreur d'appréciation. Ce n'est pas dramatique, mais c'est frustrant. Cela aurait été super de rapporter un point pour rester sur la dynamique.
 

Quel a été le mot d'ordre cette semaine ?

On a remis les pendules à l'heure, même si les joueurs réussissent de très belles choses. Je sais que je suis exigeant. Il faut compenser ce manque d'expérience et de maturité à ce niveau. Même pour ceux qui y ont joué deux saisons avec nous, ça ne suffit pas. En face, il y a dans chaque effectif un ou deux joueurs qui sortent du lot, capables de faire basculer un match. Moi, je fais très confiance à ce groupe, mais l'on ne peut pas se satisfaire de ce que l'on fait en ce moment, les joueurs sont aujourd'hui à 70-80 % de leurs possibilités, et chaque week-end, il y a un gros match à produire. Il s'agit de bien assimiler tous les paramètres du National, notamment dans la conservation du ballon. La solidarité, la combativité, pour nous, c'est capital, mais il y a les autres paramètres.
 

Avez-vous modifié vos méthodes d'entraînement ?

Les entraînements sont plus soutenus avec des séances le matin. Le stage à Hagetmau en début de saison nous a fait du bien, il nous a permis de préparer les joueurs sur la durée. C'est très important dans ce championnat. On dispose d'un effectif homogène, on travaille la récupération, la gestion des déplacements, on individualise le travail physique des joueurs. Les joueurs ont compris comment on travaillait depuis deux, trois saisons, les rapports que l'on a avec le staff médical. On met en place un maximum de choses pour éviter les blessures.
 

Quelle est la principale différence entre le niveau CFA et National ?

C'est l'intensité du match qui dure 90 minutes. Il n'y a aucun temps mort en National, il y a aussi de fortes individualités qui font la différence. On rencontre des joueurs plus adroits, plus intelligents tactiquement. Encore une fois, même si l'on voit de très belles choses, on ne peut pas miser 38 journées uniquement sur la combativité. On le voit sur les premières journées, toutes les équipes vendent chèrement leur peau.
 

Comment gérez-vous les effectifs de National et de CFA 2 ?

L'entraîneur de l'équipe de CFA 2 (Cédric Pardeilhan) était mon adjoint l'an dernier. On a la même philosophie pour coacher. On travaille ensemble. En CFA 2, il y a des jeunes qui vont jouer à un très bon niveau pour progresser. Certains pourront ainsi postuler au National. On se complète. Maintenant, on a besoin de quelqu'un pour épauler Cédric en CFA2, parce que tout seul, pour lui, ce n'est pas simple.
 

Vous aviez connu le National en tant qu'entraîneur adjoint. Comment le vivez-vous aujourd'hui, en première ligne ?

C'est valorisant d'être à la tête d'une équipe de National. La gestion globale n'est pas toujours évidente, il faut gérer beaucoup de paramètres au-delà du sportif dans un club amateur. Mais je suis très content d'entraîner le même groupe, de travailler avec lui, c'est ce que j'avais demandé. C'est un groupe réceptif, qui a des qualités, et qui va tout faire pour assurer le maintien. Je fais en sorte que chaque joueur s'inscrive dans le collectif, de mettre en place ma philosophie de jeu. Ce qui n'est pas toujours simple.

Sud-Ouest (Samedi 23 Août)
 

Alain Pochat :

« Arles est une équipe très difficile à jouer, elle est très agressive et fait preuve de beaucoup d’engagement physique. Elle a bousculé Laval la semaine dernière. Ce sera donc un match âpre, difficile. Il faudra de la solidité dans les duels »


Blessés : Lacroix (ménisque), Poueys (entorse cheville), Jérôme Lalanne (métatarse)


Le groupe : Bouet, Bernet, Camiade, Flégeau, Soubervie, Estrade, Roland, Laporte, Bidegain (cap), El Hajjam, Degoul, Escudé, Elissalt, Choplin, Heckly, Seidou.

Partager cet article

Repost0

commentaires