Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

2 octobre 2008 4 02 /10 /octobre /2008 09:24

L'âme de l'Aviron
img505/764/resabniortps7.png
img56/4242/xxniortjy8.png

But de Choplin (40è)

NIORT : Pontdemé, Rivierez, Camara, Desserne, Modeste, Kibundu, Gonzalez (Bolot, 85è), De Géa (Jamin, 66è), Biger, Glombard (Gastien, 75è), Jacuzzi

BAYONNE : Bouet, Flégeau, Estrade, Soubervie, Roland, Bidegain (Lalanne P., 55è), J.Lalanne, Choplin (Lestage, 77è), Amieux (Elissalt, 69è), Seidou, Heckly

Avertissements : Kibundu (69è) pour Niort, Flégeau (62è) pour Bayonne

L’Aviron rencontrait ce mardi les Chamois Niortais qui décidément, se morfondent dans les profondeurs du classement et qui sont toujours à la recherche de leur première victoire en championnat malgré le plus important budget du championnat. Car les anciens pensionnaires de Ligue 2 sont repartis bredouille du stade Didier Deschamps.
Pourtant, les professionnels du Poitou-Charentes comptaient bien décrocher leur 1ère victoire de la saison sur la côte basque vu les intentions affichées dès le début de la rencontre. En effet, les hommes de l’emblématique entraîneur moutachu Denis Troch, démarrent le match pied au plancher et surclassent des Bayonnais pris à la gorge. La domination sans partage des niortais va durer plus de 30 minutes, lesquelles vont paraître extrêmement longues au fidèle public bayonnais qui s’était déplacé en masse. Les Chamois impriment un rythme d’enfer, leurs offensives sont tranchantes et le danger plane constamment devant la cage bayonnaise. A plusieurs reprises, les Chamois font passer le frisson à la défense basque et le ballon frôle plus d’une fois les montants bayonnais mais le tableau d’affichage reste vierge. Dominés dans le jeu et sur le plan athlétique, les Ciel et Blanc font le dos rang en laissant passer l’orage. Héroïques en défense, chanceux parfois même, les Bayonnais font preuve d’une générosité et d’une solidarité exemplaire à l’image de l’attaquant Sylvain Heckly qui n’hésite pas à revenir défendre comme une bombe jusque dans sa surface, pour sauver la patrie en danger alors qu’un contre niortais en très nette supériorité numérique était engagé. A quelques minutes de la pause, les visiteurs se créent l’occasion la plus franche de la 1ère mi-temps. Suite à une belle action initiée côté droit, le gardien bayonnais sort de ses buts pour écarter le danger poitou-charentais. Mais le ballon toujours en jeu, revient à l’entrée de la surface et est repris par un Niortais qui ne se privait d’armer son tir dans les buts vides. Il fallut un sauvetage miraculeux de Marc Estrade à 5 mètres de sa ligne pour détourner le ballon de la cuisse en corner … Puis, dans la foulée, sur un contre assassin rondement mené par les Ciel et Blanc, Romain Choplin bénéficie d’une magnifique ouverture. Il devance le défenseur niortais puis redresse sa course pour se présenter seul face au gardien et le crucifie d’une frappe du pied gauche. Contre le cours du jeu, les Bayonnais ouvrent le score à la 40ème minute alors qu’une minute auparavant, ils passaient à 2 doigts de concéder le premier but de la partie. Telle est la beauté et la cruauté du football. 1 – 0 à la pause et un réalisme glacial.

La seconde période est plus équilibrée, le match a baissé en intensité ; il aurait été difficile de maintenir le même rythme pendant 90 minutes. Les Niortais se montrent un peu moins incisifs en attaque même si l’on sent que le danger peut poindre à tout moment. Les Bayonnais appliqués dans la construction du jeu font preuve de beaucoup de maîtrise. Alors que les minutes s’écoulent, les Chamois prennent davantage de risques pour revenir dans la partie, les espaces se libèrent pour les 2 attaquants bayonnais Seidou et Heckly qui, malgré de belles opportunités, n’arrivent pas à inscrire le 2ème but libérateur qui aurait vraisemblablement anéanti le moral des visiteurs. Le suspense restera entier jusqu’au coup de sifflet final mais le score n’évoluera pas. Les Bayonnais mettent ainsi fin à une série de 2 défaites consécutives en s’imposant face à une très séduisante équipe niortaise qui occupe paradoxalement l’avant dernière place du classement. Dans l’adversité, les Ciel et Blanc ont montré de très belles vertues et la force de leur collectif s’est exprimé à plein, tant au niveau de l’état d’esprit irréprochable que dans l’intelligence de jeu où les Ciel et Blanc ont su gérer parfaitement les temps forts et les temps faibles. Un joli cadeau de départ en somme pour le capitaine Michel Bidegain qui décide de mettre sa carrière de footballeur entre parenthèses et qui jouait son dernier match de la saison. Les hommes d’Alain Pochat ont vraisemblablement livré leur match le plus sérieux, le match référence depuis le début de saison compte tenu de la qualité de l’adversaire le plus délicat et compliqué à jouer, et contre lequel il ne fallait rien laisser au hasard. De bon augure avant la venue des Calaisiens ce samedi à 18h30 au stade Didier Deschamps qui fera le plein pour cette affiche face aux dignes héritiers des héros de la Coupe de France en l’an 2000.

Les autres matchs en retard
img390/7316/resmathenretardnz2.png

Partager cet article

Repost0

commentaires