Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

15 novembre 2008 6 15 /11 /novembre /2008 21:19

« C'est David contre Goliath »
img504/4773/7425552ww8.jpg

Opposition de style ce soir en Mayenne entre le plus petit budget du National et un prétendant à la Ligue 2 qui confirme ses ambitions.

L'Aviron Bayonnais affronte ce soir un mastodonte du National. Laval pourrait même, presque, être considéré comme une anomalie à ce niveau de l'échiquier national. Bien entendu, les épopées « Le Millinaire » et la campagne européenne sont désormais bien loin de 2008 mais il n'en reste pas moins que le club mayennais, au même titre que quelques autres formations du championnat, possède le statut professionnel. Et à ce niveau, sur le long terme, cela fait la différence avec les équipes amateurs. Comme l'Aviron par exemple. « C'est un peu David contre Goliath », reconnaît Alain Pochat, le coach basque. « C'est un prétendant affiché à la Ligue 2, invaincu chez lui et qui a déjà affirmé ses ambitions avec ses résultats de début de saison. C'est une équipe qui marque beaucoup de buts mais pour le moment, à l'extérieur, on a plus d'espaces qu'à domicile, donc on arrive à produire un peu plus de jeu que chez nous. » Pochat fait référence à la dernière réception et à la défaite concédée à Deschamps contre Croix de Savoie (2-0).

Une défaite analysée par le staff et les joueurs, lundi, après la récupération à Lauga : « On s'est rendu compte en fait que l'adversaire a plus attendu les erreurs de l'adversaire qu'autre chose » note le technicien bayonnais. « Alors, certes, nous n'avons peut-être et sans doute pas été assez percutant offensivement, il nous a manqué sans doute un peu plus de mouvement, mais ce coup franc juste avant la pause nous fait extrêmement mal. » Les Savoyards, en tête juste avant le retour des vestiaires, il n'en fallait pas plus pour jouer les contres à fond : « Les équipes actuellement resserrent encore plus les boulons. Toutes sont à la recherche de précieux points et il est quand même plus facile de défendre que d'attaquer. Donc en seconde période, on a essayé de pousser même si nous n'étions pas trop productifs en terme d'occasions de but et le penalty contre nous a fini de nous achever. On sait qu'avec deux buts d'écart, les rencontres de National sont quasiment pliées », ajoute l'entraîneur bayonnais.

Une fin d'année stressante

L'Aviron, qui doit se battre avec ses moyens actuels (financiers mais aussi humains avec les absences prolongées de Bidegain, Soubervie et Flégeau), connaît actuellement un petit coup de moins bien : « Heureusement, au niveau effectif, çà ne se ressent pas beaucoup précise Pochat, car mis à part les absents de longue date, on n'a aucun autre forfait. On est dans une période où on tire beaucoup sur les organismes. » Et il faut continuellement repartir sur le front.

Le bilan comptable des sept dernières journées (4 points seulement contre 14 lors des sept premières) ne plaide pas en leur faveur et la fin de l'année civile parait tout aussi compliquée avec la Coupe de France, les déplacements à Libourne et Cannes en championnat et la réception d'Istres le leader du National que l'on peut craindre le pire pour les protégés d'Alain Pochat : « On va déjà essayer de jouer compact, bien en place avec solidarité. C'est ce qu'on a travaillé à l'entraînement cette semaine : pressing et récupération du ballon avec travail vers l'avant ». Les travaux d'Hercule commencent donc dès ce soir à Laval. Les joueurs basques, partis hier vers 16 heures de Bayonne, enregistrent les retours de Romain Choplin et Vincent Escude en lieu et place de Manu Degoul et Fabrice Seidou. Le dernier arrivé, Nicolas Vergnes, n'est pas encore qualifié pour le championnat.

Le groupe : Bouet, Bernet ; Estrade, Laporte, Roland, Amieux ; Pérali, J. Lalanne, El Hajjam, Choplin, Escude, Elissalt, Giron, Lestage ; Heckly, Poueys.

Partager cet article

Repost0

commentaires