Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 20:47

L’Aviron Bayonnais y prend goût

FOOTBALL COUPE DE FRANCE, 8ème TOUR : NIMES-BAYONNE

L'Aviron revient en 32ème de finale de la Coupe deux ans après avoir reçu Lyon. À qui le tour ?
« On va essayer de les contrarier le plus longtemps possible » avait annoncé Alain Pochat avant le match. Le coach Bayonnais a été vite réjoui. Les Bayonnais se sont mis sur les bons rails des 32es dès la 3e minute de jeu. Après avoir supervisé les Nîmois, le technicien bayonnais avait remarqué quelques faiblesses côté Gardois, notamment sur les latéraux. Option payante, Romain Choplin interceptant une passe en retrait hasardeuse de Zarabi, provoquant ensuite le pénalty transformé par Sylvain Heckly.
Après, il fallait tenir le score toute la partie. La solidarité des Bayonnais et leur solidité défensive ont fait le reste, notamment sur les nombreux coups de pied arrêtés en faveur des Crocos. Moins athlétiques que leurs adversaires, les bayonnais ont compensé par leur courage et le zeste de réalisme défensif qui leur sied depuis le début de la saison. En tout cas, ce neuvième match aux Costières sans victoire, a coûté la place à Jean-Luc Vannuchi, le coach Nîmois, démis de ses fonctions hier, un an après son arrivée.
La réaction
Sylvain Heckly, l'attaquant Bayonnais est revenu sur le déroulé du match : « Notre but nous a bien facilité les choses mais il a fallu défendre derrière et nous l'avons bien fait.» Le moins que l'on puisse dire aussi, c'est qu'il fallait avoir les crampons bien vissés lors du premier tournant de la rencontre : « Les tireurs de penalty sont désignés avant la rencontre » ajoute Sylvain, « il y avait Romain (Choplin) ou moi. J'ai pris mes responsabilités. Çà fait du bien de marquer. On savait ensuite qu'ils connaissaient des problèmes d'efficacité offensive eux aussi et le contexte particulier avec leur public.
Il fallait rester bien en place et on voyait que plus le match avançait, plus ils doutaient. » L'Aviron aurait pu également inscrire un second but avant la pause par Rémi Amieux touchant les montants Nîmois. Cela aurait pu être le deuxième tournant de la partie. Un deuxième but à ce moment-là du match aurait évité une fin de rencontre difficile pour l'Aviron Bayonnais: « Le match aurait été plié avec deux buts d'avance à la pause » reconnaît Sylvain. « La fin de match a alors été très stressante, on avait toujours un pied pour dégager, Jean-Christophe Bouet nous sort des ballons très chauds. Le chrono n'avançait plus, on a joué cinq minutes d'arrêts de jeu mais tout le monde a fait les efforts nécessaires pour tenir le résultat. »
Les autres qualifiés
Quatre matches de ce 8e tour n'ont pu être disputés. Mais çà n'empêchera pas l'entrée en lice des équipes de Ligue 1 au début de l'année 2009 (vingt clubs). Il reste également douze clubs de Ligue 2 mais sans deux équipes du trio de tête. Au niveau du National, l'Aviron Bayonnais sera accompagné de huit autres formations (Louhans-Cuiseaux, Croix- de-Savoie, Créteil, Niort, Calais, Rodez). C'est même, avec les Girondins de Bordeaux qui entrent dans la compétition, la seule équipe de la région. Le CFA est lui aussi bien représenté avec neuf équipes, un peu moins que le CFA2 avec seulement trois représentant. Et il reste encore le contingent des « petits poucets » régionaux : neuf formations du même niveau que Biarritz par exemple sont encore en lice comme Le Port à la Réunion ou Schirrhein dans le Bas-Rhin. Ce n'est pas le même paysage en début d'année ! Et l'Aviron sera contraint de se déplacer uniquement que si le tirage au sort lui désigne un des neuf adversaires.
Dans tous les autres cas, Ligue 1 comprise, c'est du 50/50 pour jouer à domicile. Les Ciel et Blanc, qui avaient accueilli Lyon en 2007, rêve encore d'un «gros» ténor de la Ligue 1. Sa forme actuelle peut néanmoins lui permettre de franchir un tour supplémentaire.

Jakes Debounco

Sud-Ouest (Lundi 15 Décembre)
-----------------------------------------
La question du lundi

L’Aviron Bayonnais peut-il rééditer son parcours de 2003-2004 ? Il y a 5 ans, l’Aviron éliminait Guingamp en 32èmes puis Bordeaux en 16èmes.

OUI
La dynamique du groupe
Promu en National, l'Aviron, avec un groupe à peine remodelé, a réalisé un bon début de saison (4 victoires sur les six premiers matches). Un capital confiance qui leur a permis de travailler sereinement.
L'expérience de certains joueurs
Alain Pochat peut s'appuyer sur cinq hommes forts qui ont vécu la belle épopée de 2004 (éliminés en 8e de finale par le Paris SG). Marc Estrade, son capitaine, Jérôme Lalanne, Sylvain Heckly, Jérôme Lestage et Julien Laporte.
La solidité défensive
L'Aviron Bayonnais possède la troisième meilleure défense du National avec 11 buts encaissés en 16 matches. Des bases solides capitales pour aborder des matches de Coupe de France où l'équipe qui score la première part avec un avantage certain.

NON

Le manque d'efficacité en attaque
Si l'Aviron brille en défense, il est bien moins efficace en attaque. Seulement neuf buts inscrits en 16 rencontres, les attaquants bayonnais ne sont pas à la fête. Un manque de réalisme en début de saison qui se répète depuis deux saisons.
L'accumulation des rencontres
L'Aviron a attendu d'avoir un match reporté par la pluie pour bénéficier d'un week-end de repos. C'était samedi dernier. Avec déjà deux joueurs sérieusement blessés (Soubervie et Flégeau) et l'arrêt en cours de saison du capitaine Michel Bidegain, la rotation est limitée. Surtout, l'effectif bayonnais souffrirait considérablement de nouvelles absences.
Le statut de l'équipe est en train d'évoluer
Les Bayonnais deviennent des « habitués » des phases finales de la Coupe de France. Ses adversaires, à commencer par les équipes de Ligue 1 et 2, les prennent désormais au sérieux. D'équipe-surprise, l'Aviron est devenu une formation redoutée.
img139/8452/logosudnx7.png

Partager cet article

Repost0

commentaires