Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

21 décembre 2008 7 21 /12 /décembre /2008 10:17

Ruffier, un basque en cage

LIGUE 1 – 19ème JOURNÉE, MONACO - BORDEAUX, STÉPHANE RUFFIER.

Le jeune Bayonnais est cette saison le titulaire indiscutable dans les buts monégasques.
Pour la deuxième fois de sa carrière, Stéphane Ruffier, le jeune gardien de l'ASM né et formé à Bayonne, affrontera les Girondins de Bordeaux. Il faut dire que le Basque, à 22 ans, a pris cette saison la place de Flavio Roma dans les buts monégasques. Une marque de confiance on ne peut plus logique, au vu de ses prestations de l'an dernier, qui lui avaient permis de s'affirmer comme un solide espoir du poste.
Autorité
Ruffier, on s'en souvient, débuta la saison dernière face à Sochaux lors de la 4e journée. Il saisit sa chance avec autorité et multiplia les sorties de haute volée. Avec lui, l'équipe monégasque retrouva un peu de lustre et figura même pendant plusieurs journées sur le podium de la Ligue 1. Mais le retour de Roma face au PSG lors de la 8e journée, marqua le début du déclin. Ricardo s'en souvint et décida cette saison de confier le poste de titulaire au Bayonnais.
Cette saison, le Bayonnais a joué 13 matches et ne laissa sa place à Thuram que le temps d'une blessure. Ruffier n'était pas du fameux 6-0 de la saison dernière mais lui, le gagneur, ne veut surtout pas connaître la même désillusion. « Il faut se dire que c'était un gros accident la saison dernière », glissa-t-il de sa façon directe en conférence de presse vendredi. « À nous de mettre aux Bordelais la même que celle qu'ils nous ont mise. Ce sera dur, mais on peut le faire. On l'a montré face à Marseille (0-0 au Vélodrome). Pour moi, Bordeaux ce n'est pas plus fort que Marseille, Lyon ou truc. À nous de faire un bon match. »
Ruffier estime que lui et ses camarades sauront se motiver pour cette rencontre. « Notre problème est peut-être de sous-estimer les équipes que l'on croit inférieures à nous, parce qu'inconsciemment, on croit que ce sera facile. Mais contre les grosses équipes, on sait que si l'on ne donne pas tout ce que l'on a, on risque la punition. Si on ne se bouge pas contre Bordeaux, ça ne va pas aller. Il faut jouer, ne pas se poser de questions. »

Partager cet article

Repost0

commentaires