Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 13:29

L'Aviron contraint de partager les points

                         1 - 1     

Composition de l'équipe :
Duhour, Arhancet, Camiade, Pothet, Degoul, Escudé, Barrière, J. Lalanne, Comets (Paulet, 53è), Launay (F. Boulay, 61è), T. Boulay (Giron, 67è)

But pour l'Aviron : T. Boulay à la 36ème
But pour le Stade Montois à la 28ème

Les réservistes bayonnais reviennent des Landes avec un match nul sur une pelouse difficile.
« Ce match, nous aurions pu le gagner avec un peu plus de réussite. » En quelques mots, Pascal Marquet a dressé le tableau de cette rencontre au cours de laquelle les Montois ont soufflé le chaud et le froid. Une confrontation un peu bizarre à vrai dire, dans la mesure où Jérôme Soubiron ne fut jamais réellement mis en danger. « C'est bien simple, en seconde mi-temps, il n'a pas touché un ballon ni effectué le moindre arrêt », s'empressent de confirmer Jean-Claude Gay et Jean-Paul Duporte. Ce match que Pascal Marquet qualifie de très « équilibré » s'est essentiellement résumé à une bataille de milieu de terrain. Dans un tel contexte, sur une pelouse tout de même difficile, les occasions de but étaient aussi rares que des pépites d'or. Et pourtant, le début de rencontre laissait augurer une issue favorable, le Stade Montois ayant pris l'affaire par le bon bout.
Les jaune et noir trouvèrent bien vite leur salut sur le flanc gauche, un couloir favorable aux velléités offensives. À la 7e minute, Victor Elissalt offrit une friandise à Patrick Pendanx dont la frappe trouva les gants providentiels de Duhour qui détourna en corner. Puis ce même Victor Elissalt, très à l'aise dans les espaces, donna un nouveau ballon à Cyril Bréthous (28e), lequel devança la sortie du gardien avant de faire trembler les filets. Un but de gamin qui concrétisait l'excellente entame montoise. La fête fut hélas de courte durée car il s'ensuivit un passage à vide, une forme de relâchement dont profita ce diable de Boulay (36e) pour obtenir une égalisation que ne manquait pas de fustiger Jean-Claude Gay : « On s'est mis à trop porter le ballon et on a fini par commettre une erreur défensive. »

Occasions manquées

Après la pause, les Bayonnais s'en remettent au coup de patte mesquin de Thierry Boulay (49e). Celui-ci frappe un corner travaillé que Soubiron repousse des deux poings. La suite de la rencontre s'enlisa au milieu du terrain. Certes les visiteurs firent circuler le ballon mais à aucun moment, ils ne furent en mesure d'inquiéter Soubiron. « Même si ce nul peut paraître logique, sur un ou deux coups, on aurait pu remporter ce match », avoue Pascal Marquet. Les Stadistes, moins cinglants que face à Arcachon quinze jours plus tôt, eurent en effet l'opportunité de rafler la mise. Une jolie frappe de Cyril Bréthous (60e) frôla la transversale. Ce même Bréthous sur le flanc gauche adressa un long ballon au second poteau à Patrick Gormaz (76e) dont la reprise précipitée passa à côté. En fin de match, les Montois firent le siège du camp bayonnais sans désorganiser pour autant la défense ciel et blanc.

Bertrand Lucq – Sud-Ouest (Lundi 9 Février)
img139/8452/logosudnx7.png

Partager cet article

Repost0

commentaires