Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

14 février 2009 6 14 /02 /février /2009 12:21

Les choses sérieuses commencent

L'Aviron Bayonnais débute ce soir une série de matches importants face à des concurrents directs au maintien. Gueugnon, le premier adversaire, pourrait servir de tremplin.
Avec la réception de Gueugnon ce soir (18 h 30), l'Aviron Bayonnais entame un cycle de rencontres contre des équipes rivales en deuxième partie de tableau. Six matches à jouer en quatre semaines avec, notamment, deux déplacements à Niort et Sannois mais aussi quatre réceptions avec Gueugnon donc, Créteil et Cherbourg sans oublier le leader Istres dans dix jours.
Pas de réussite à Arles
Et si on se réfère au dernier match à Arles (1-3), les Bayonnais semblent avoir trouvé un second souffle : « Dans des conditions difficiles, on a effectué un bon début de partie avec une énorme occasion au bout de 20 minutes qui aurait sans doute changé la face de la rencontre » estime Manu Bafcop, le coach adjoint des Ciel et Blanc. « On encaisse le premier but dans la foulée mais on est resté dans la partie jusqu'au bout. Les garçons n'ont jamais baissé les bras même après le deuxième but et on revient logiquement à un but à 10 minutes de la fin. Et là, on avait vraiment l'impression que les Arlésiens étaient au bord de la rupture. Malheureusement, on encaisse ce troisième but en contre alors qu'on avait pris l'ascendant sur eux. » Rageant. C'est bien le mot.
Car les Bayonnais depuis quelques rencontres, se créent pas mal d'occasions mais il manque ce petit brin d'efficacité pour que le ciel vire au beau fixe. « On garde espoir. Les gars mettent beaucoup d'envie et ne sont pas récompensés de leurs efforts » ajoute le technicien bayonnais. « Mais ils bossent très bien aux entraînements, ils ont un état d'esprit irréprochable. Il manque juste encore ce petit brin d'efficacité. »
De nouvelles têtes à Bayonne
Pour pallier à ce déficit qui plombe actuellement le parcours des joueurs Basques, l'Aviron a vu le renfort de trois joueurs à vocation offensive. Khassimirou Diop, « son apport est indéniable, il apporte plus de rythme, il a une grosse capacité d'accélération, c'est un gros atout dans notre animation offensive », Ibon Enziondo, un joueur de couloir qui a effectué ses premiers pas officiels à Arles la semaine dernière et Rémi Laurent, qualifié depuis vendredi matin, un vrai chasseur de but, sont tous arrivés sur la Côte Basque pour définitivement enrayer le processus négatif en matière offensive. Et pour recevoir Gueugnon, il faudra beaucoup d'abnégation aux joueurs Bayonnais : « C'est un groupe solide, athlétique et très bien regroupé derrière » se méfie Manu Bafcop. « Mais bon, nous, on continue de bosser. » Les Gueugnonnais restent certes sur une défaite contre Laval à domicile mais le nouvel entraîneur, René Le Lamer, arrivée fin 2008 en remplacement de Fournier a, semble-t-il, trouvé une bonne formule.
L'Aviron, de son côté, bénéficiera d'un effectif quasi au complet. Seuls trois changements issus du groupe de la semaine dernière à Arles : Rémi Laurent prend la place de Fabrice Seidou, Jérôme Lalanne celle de Kamel Tassali et Ximun Duhour celle de Nicolas Bernet. Le match reporté de l'équipe de CFA 2 permet aux Bayonnais de compter sur un groupe complet.

Jakes Debounco (Sud-Ouest – Samedi 14 Février)
-----------------------------------------------------

Le groupe : Bouet, Duhour - Lacroix, Laporte, Roland, Estrade, Flégeau, J. Lalanne, El Hajjam, Perali, Diop, Amieux, Lestage, Heckly, Enziondo, Laurent.
Le match : Stade Didier Deschamps, ce soir (18 h 30), Bayonne (17e, 20 points) - Gueugnon (16e, 20 points). Arbitre : M. Rouinsard.
Source photo : Michel Bammez (Paris FC)
                                -----------------------------------------------------
Un premier match à six points

A égalité de points, Gueugnon et Bayonne livreront un duel de la plus haute importance dans la course au maintien. Il y aura de l'engagement.

Engagés dans une périlleuse course au maintien, les Forgerons livreront une partie extrêmement importante, ce soir à Bayonne. Bloquées à 20 points, les deux formations n'en finissent plus de s'enfoncer dans les abîmes du classement. Dans ce match de la peur, la défaite sera interdite de part et d'autre. Sous peine de se retrouver dans une situation très critique. Les Forgerons auront-ils les moyens de s'imposer au stade Didier-Deschamps ? Sur le contenu démontré sur les trois dernières rencontres, une telle performance semble dans leurs cordes. Mais Gueugnon peine toujours à livrer des matches pleins. Surtout, Gueugnon doute plus que jamais après la défaite concédée vendredi dernier face à Laval (1-2). Car en dépit d'un niveau de jeu largement rehaussé, les Jaune et Bleu tardent toujours à convertir la qualité de leurs prestations en terme de points. Et il reste toujours une statistique qui reflète parfaitement l'ampleur du malaise : Gueugnon n'a gagné qu'une seule fois en championnat depuis le 15 août. C'était contre Libourne (3-0).

Match engagé

Alors, évidemment, cette inefficacité chronique pèse dans les esprits. La mésaventure subie face aux Mayennais n'a pas été digérée aussi facilement : « Le point perdu a fait mal. On a senti que les garçons ont pris un gros coup sur la tête, reconnaît René Le Lamer. Alors on a tenté d'instaurer une ambiance plus agréable dans nos séances, mais ce n'était pas évident ». Toutefois, l'entraîneur gueugnonnais croit plus que jamais en son équipe. La preuve, il semble enfin tendre vers un onze type, chose qu'Hubert Fournier n'avait pu réaliser jusqu'alors. Et puis, il y a le match de ce soir, qui sera forcément différent de celui livrer une semaine plus tôt face à Laval. Il y aura de la tension, au moment de l'entrée des deux équipes sur le terrain. Face à un adversaire type de National, où le déficit de moyen financier est compensé par d'énormes qualités de cœur, Gueugnon peut s'attendre à souffrir : « Nous savons pertinemment que ce sera un match engagé » prévoit Le Lamer. Aux Forgerons de répondre présent dans les duels. Pour ne pas passer au travers.

Noémi Predan (Le Journal de Saône et Loire)

Partager cet article

Repost0

commentaires