Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

1 mars 2009 7 01 /03 /mars /2009 17:29

4 jours après leur match nul méritoire face au leader Istréen, les Bayonnais espéraient confirmer face à Créteil devant leur public. En vain. En effet, les hommes d’Alain Pochat ont été contraint une nouvelle fois de partager les points face à une très athlétique formation parisienne (0-0). Un nouveau match nul qui ne fait bien évidemment pas les affaires de l’Aviron sur le plan comptable. Pourtant, les Bayonnais n’ont pas démérité et n’ont pas grand-chose à se reprocher sur l’ensemble du match. Soutenus par 1000 spectateurs, les Ciel et Blanc ont bien tenté leur chance notamment en première période mais n’ont pas réussi à élever suffisamment leur niveau de jeu pour espérer décrocher la victoire contre une solide équipe cristolienne à défaut d’être ingénue. Qu’a-t-il manqué à l’Aviron ? La perle rare en attaque capable de marquer des buts à tout moment, un effectif homogène de manière à maintenir une qualité technique pendant 90 minutes. Et des ressources physiques probablement en 2ème mi-temps, suite à la débauche d’énergie face à Istres en milieu de semaine. Un luxe que les Ciel et Blanc ne disposent malheureusement pas compte tenu de leurs moyens limités. Telle est la différence et la difficulté pour un groupe amateur comme celui de l’Aviron d’enchaîner les performances semaine après semaine face à des formations professionnelles naturellement supérieure et qui en plus, bénéficie dans le cas présent, de jours de récupération supplémentaires. Toujours dans la zone rouge, les Ciel et Blanc n’ont cependant aucune raison de désespérer vu la nette amélioration du contenu de ces 2 derniers matchs. Près de 8 équipes se tiennent dans un mouchoir de poche. En se rendant chez la lanterne rouge le week-end prochain, après une semaine sans compétition, les Bayonnais ont l’occasion de se repositionner en vue du maintien. Le compte à rebours est lancé et les faux-pas interdits. Le maintien s’obtiendra à ce prix-là dorénavant, les efforts finissent toujours par payer.

Partager cet article

Repost0

commentaires