Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

5 avril 2009 7 05 /04 /avril /2009 08:15

Une victoire pour le centenaire

Le match de gala organisé vendredi 27 mars pour les cent ans de l'Arin Luzien a remporté un vif succès. En effet, il y avait énormément de monde et du beau monde, venu assister à la rencontre amicale entre les Girondins de Bordeaux et l'Athletic Bilbao, un match qui s’est soldé par une victoire des hommes de Laurent Blanc (3 – 1). Retour sur cet anniversaire et la belle ambiance dans l’antre du stade Kechiloa et ses 3000 spectateurs.

Comme leurs parents et leurs grand-parents avant eux, ils ont grandi avec l'Arin. Et c'est pour fêter comme il se doit le centenaire de ce club emblématique du paysage footballistique luzien, qu'ils sont venus vendredi soir assister au match de gala qui opposait les Girondins de Bordeaux à l'Athletic Bilbao. Après un court moment de recueillement pour saluer la mémoire de celui qui reste l'un des personnages les plus marquants de l'histoire du club, Joseph Etchegaray, le coup d'envoi est donné et Kechiloa s'emballe. En bordure de pelouse, la famille Étienne n'en perd pas une miette. Alors que le fils, Florian, poussin et déjà trois ans d'Arin dans les gambettes, vient de s'éclipser pour tenter une expédition autographe dans la tribune officielle, sa mère, Lucie, se souvient.

« Tout le monde connaît quelqu'un qui est passé à l'Arin. Les premières fois où je suis venue ici, c'était avec des amis. J'avais douze ans, c'était à Pâques. Il y avait un tournoi international à l'époque, avec plein de pays qui s'affrontaient, c'était un grand moment. Et quand mon fils a voulu faire du foot, nous l'avons inscrit ici, tout naturellement... » Si, pour ce centenaire, le club ne pouvait rêver plus belle affiche, le spectacle s'est, lui aussi, révélé à la hauteur. Quatre buts, dont trois en faveur des joueurs au Scapulaire, et des tribunes pleines à craquer.

Cramponnés aux barreaux du couloir qui mène aux vestiaires, la relève en culottes courtes de l'Arin s'est époumonée pour une « camiseta » ou une relique des Marine et Blanc. Bondissant tour à tour du muret qui jouxte le banc de touches à leurs miradors de fortune sur les entrailles de Kechiloa. Ce soir-là, Matthieu Chalmé sera le plus généreux. À moins que certains poussins n'aient gardé secret leur trophée.

Inauguration en fin de saison

Au coup de sifflet final, tous se rueront sur la pelouse sous le regard comblé du président de l'Arin, Jean-Paul Oyhampe. « C'est cette image que je retiendrai ce soir. Des jeunes qui envahissent le terrain, comme au rugby. Des jeunes qui se font plaisir et qui nous font plaisir ». Une image que n'aurait certainement pas renié non plus Joseph Echegaray (1). En fin de saison, à l'occasion du dernier match, la tribune portera son nom. La fête du centenaire, enfin, sera complète.

(1)     Joseph Etchegaray, « Etxe », est décédé le 15 juillet 2008. Membre de l'Arin depuis 1945, d'abord comme gardien de but puis comme dirigeant, notamment au sein du comité directeur, il était l'un des piliers du club.

Avec aujourd’hui 315 licenciés dont 110 jeunes à l'école de football, 45 dirigeants, l’Arin semble retrouver une seconde jeunesse symbolisée par son équipe première actuellement en tête de DHR (Division honneur régionale) et candidate à la montée en Division supérieure régionale, l’étage juste en dessous du plus haut niveau régional. Une chose est sûre, l’Arin est encore prête pour 100 ans.



Prochainement, les autres photos du match de gala dans la rubrique albums photos.
Pays Basque, terre de football

Partager cet article

Repost0

commentaires