Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 18:32

HEROÏQUES

SAISON 2003/2004 - CFAA des centaines de kilomètres de la Croisette où se déroule en ce moment même le festival de Cannes, un autre film très attendu était à l'affiche : Bayonne - Cannes. Mais quel type de film ? Impossible de le savoir à l'avance. Allait-on assister à un court-métrage dont l’épilogue serait vite connu ou au contraire, à un long métrage avec de multiples rebondissements et un suspense hitchcockien ? Les protagonistes étaient eux connus à l’avance. D’un côté, une équipe basque sérieusement diminuée à cause des suspensions, en quête de rachat après avoir manqué les derniers épisodes ; de l’autre, une formation cannoise bien décidée à jouer les premiers rôles et voulant décrocher la palme d’or en cette de saison. Mais à l’entracte, difficile de dire qui aura le fin mot de l’histoire. Finalement, la balance a penché en faveur des Basques et le happy-end sera bayonnais au terme d’une rencontre époustouflante. Si la rencontre n’a peut-être pas atteint des sommets, elle a en tout cas tenu toutes ses promesses sur le plan de l’émotion, joie, angoisse, tension, crispation. Les 1500 spectateurs du stade Didier Deschamps en auront vu de toutes les couleurs.

La première mi-temps est engagée et les locaux font face au défi physique imposé par une très athlétique formation méditerranéenne. Les occasions sont rares et le jeu se passe au milieu de terrain où la bataille est rude. Les visiteurs dominent cette première période mais la défense bayonnaise new-look arrive à contenir les dangereuses offensives rouges et blanches. Malgré tout, les Bayonnais parviennent à déstabiliser la défense cannoise sur quelques longs ballons en profondeur sans toutefois arriver à se mettre en bonne position pour tirer. La tension est bien palpable tant l’enjeu de la rencontre est crucial pour les 2 équipes qui regagnent les vestiaires à la pause sur un score vierge.
 

La 2ème mi-temps reprend et tout reste à faire d’un côté comme de l’autre. 10 minutes de jeu en seconde mi-temps, sur un contre bien négocié, le ballon arrive à El Hajjam décalé sur la gauche, lequel efface son vis-à-vis avant d’armer un tir puissant du gauche que le gardien cannois dévie mais le ballon finit sa course sous la transversale. 1 – 0 à la 54ème minute dans un stade Didier Deschamps qui exulte. A partir de là, le rythme de la rencontre monte d’un cran. Les Cannois sont obligés de jouer leur va-tout pour tenter de renverser la vapeur et rester dans la course à la montée en Ligue 2. Les protégés de Patrice Carteron misent sur l’attaque, n’hésitant pas à jouer avec 4 joueurs aux avant-postes mais leur domination ne se concrétise pas au tableau d’affichage. Tenir, tenir, tenir. Tel était le leitmotiv auquel s’employait corps et âme le 11 bayonnais, exemplaire de courage. A 10 minutes de la fin, Seidou a même l’occasion de sceller le sort de la rencontre ; l’attaquant bayonnais profite d’une mésentente dans la défense adverse mais sa tête vient mourir sur le poteau. La fin du match est haletante, les vagues cannoises déferlent et les Bleu et Blanc, réduits à 10 après l’expulsion de Bidegain, éprouvent les plus grosses difficultés à conserver le ballon. Le suspense est à son comble. Dans une superbe ambiance, portés par un public tout aussi enthousiaste qu’anxieux, les joueurs d’Alain Pochat trouvent les dernières ressources nécessaires pour résister jusque dans les arrêts de jeu interminables. Hier soir, le héros du film était bayonnais mais le maintien n’est pas pour autant acquis, loin s’en faut. A 2 journées de la fin, les Txuri Urdin ont seulement 2 points d’avance sur le premier relégable. Les Ciel et Blanc ont toujours leur destin en main et devront absolument le conserver à l’issue du prochain rendez-vous, vendredi soir chez le leader Istres où les Bayonnais tenteront d’aller créer la surprise.

Partager cet article

Repost0

commentaires