Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

16 août 2007 4 16 /08 /août /2007 14:43

Un air de terrain vague

Stade Didier Deschamps. La pelouse, faute d'entretien, est impraticable. L'Aviron Bayonnais football a décidé d'envoyer un courrier de plainte à la mairie.

De mémoire de footballeur bayonnais, on n'avait pas vu la pelouse du stade Didier-Deschamps dans un si piètre état depuis très longtemps. Sur toute une partie du rectangle vert, ce ne sont pas des mottes de terre qui parsèment l'herbe mais l'inverse. Au point que le gazon de Saint-Esprit ressemble actuellement plus à un terrain vague qu'à un lieu adapté à la pratique du football. Pour l'heure, la pelouse est donc indigne d'une équipe de CFA comme celle de l'Aviron. Pas plus d'ailleurs qu'elle n'est praticable par son équipe B ou celle des Croisés, également locataires du lieu. Déjà forcé de disputer son premier match de championnat à domicile au stade de Saint-Jean-de-Luz en raison du retard des travaux réalisés sur le toit de ses tribunes, l'Aviron a de quoi nourrir quelques aigreurs. Et quelques inquiétudes, aussi. Car le terrain doit être prêt pour la venue d'Orléans le 1er septembre. Impossible, estiment les spécialistes. Certains parlent d'un gazon « potable » seulement à la mi-championnat.

« Au mois de juillet, il y a eu trois jours de grosse chaleur durant lesquels l'herbe n'a pas été arrosée »

Alain Pochat, l'entraîneur des footballeurs bayonnais, est lui aussi sceptique : « Dans l'état actuel, avant même de ressemer, il faudrait réaliser une opération de défeutrage, c'est-à-dire enlever la pelouse qui a cramé. Or, cela a déjà été fait début mai. Si on l'effectuait à nouveau, il faudrait laisser le temps à l'herbe de repousser ».

Courrier à la mairie. Excédé par cette situation qu'il avait pourtant tenté d'empêcher, Manu Mérin, le président de l'Aviron, ne décolère pas : « Notre terrain est dans un état calamiteux. On a l'impression d'être complètement laissés à l'abandon. Après maintes demandes, on avait finalement obtenu que la toiture, qui avait des fuites depuis de nombreuses années, soit refaite. Les travaux devaient se terminer en juin. Ils ont finalement pris du retard et nous sommes obligés de jouer notre premier match à Saint-Jean-de-Luz. Entre-temps, rien n'a été fait pour l'entretien du terrain malgré nos mises en garde à la mi-juillet. On essaie d'avertir les gens à temps et puis voilà ce qui arrive. Il y a de quoi être en colère ». Tirant les conséquences de cette situation, le club vient de décider d'envoyer un courrier aux services municipaux, photos à l'appui, pour demander des comptes.

Pour Alain Pochat, la responsabilité des services de la mairie ne fait pas de doute : « Au mois de juillet, entre le 14 et le 16, il y a eu trois jours de grosse chaleur durant lesquels l'herbe n'a pas été arrosée. Peut-être est-ce dû à un manque de moyens humains ou financiers. Toujours est-il que la pelouse a cramé. C'est rageant car deux mois plus tôt, l'entreprise qui était venue faire le défeutrage, avait laissé le terrain dans un état magnifique. Je me souviens qu'elle nous avait dit que si on l'entretenait bien, nous aurions une pelouse superbe pour cette saison ».

Décalage. Contactée, la mairie n'a pas souhaité communiquer sur le sujet. En attendant, Alain Pochat se désespère : « On fait des efforts pour mettre en place un jeu basé sur la qualité technique. C'est frustrant. On se sent impuissant. On est en décalage complet avec nos ambitions. Des clubs comme Dax ou Anglet qui jouent au même niveau que nous ou dans des divisions inférieures ont des installations de bien meilleure qualité. Imaginez un peu de quoi nous avons l'air lorsque nous présentons les installations dans cet état à nos nouveaux joueurs ? »

Sud-Ouest (jeudi 16 août)

Partager cet article

Repost0

commentaires