Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

10 novembre 2007 6 10 /11 /novembre /2007 15:44

Aurillac, terre maudite

L'Aviron ne garde pas un bon souvenir de ses deux seuls déplacements dans le Cantal au cours des années 2000. A effacer dès ce week-end.

Deux fois déjà l'Aviron Bayonnais a effectué ce déplacement délicat dans le Cantal. Il faut avant tout atteindre le plein centre de l'hexagone, en plein c?ur du Massif Central. Effectuées ces longues heures de trajet en bus, il faut ensuite se faire au climat environnant et enfin, il faut savoir résister aux rafales de l'équipe adverse. Et si le club basque est toujours parvenu sur le terrain du Baradel, il n'a ensuite pas bien négocié ses deux seules rencontres disputées face aux joueurs de Thierry Oleksiak.

Et pourtant, que ce soit au cours de la saison 2003-2004 comme au cours de celle de 2006-2007, les Bayonnais étaient rentrés sur le terrain avec l'étiquette de favoris. Mais preuve que cela ne suffit pas en Auvergne car l'Aviron y a encaissé les deux fois, la bagatelle de quatre buts ! En 2004, les Bayonnais, lancés sur l'autoroute du CFA en direction du National, y avaient subi une cinglante défaite (0-4). Le point positif, c'est que les Bayonnais y avaient trouvé un sacré buteur en la personne de Patrice Vareilles, qui avait rejoint les rangs basques en fin de saison. L'an dernier, à la lutte derrière Rodez, toujours en partance vers le National, l'Aviron Bayonnais est encore tombé sur un os : défaite logique (3-4). Mais une série est faite pour être stoppée un jour et pour l'Aviron, bien entendu, le plus tôt serait le mieux. Surtout si les Bayonnais veulent toujours aller titiller les premières places dans ce groupe D relativement serré. Après tout, le podium (Fontenay, Sainte-Geneviève et Anglet) ne se trouve qu'à cinq, six et sept longueurs. Et quand on sait qu'il reste potentiellement 96 points à prendre, la route qui mène au National paraît encore très longue.

Des carences offensives.

Depuis le début de la saison, l'Aviron parvient à se procurer, à peu de choses près, de grosses occasions sur chacune de ses rencontres. Mais l'efficacité n'est pas au rendez-vous. C'est le moins que l'on puisse dire. Car avec sept buts inscrits en dix rencontres, les Bayonnais possèdent avec Moulins les attaques les moins prolifiques du groupe D (derrière l'intouchable Sables d'Olonne quasiment hors compétition avec seulement trois buts marqués). Pourtant, avec les arrivées des Poueys, Heckly, Jacob, Coste venant encadrer les attaquants déjà présents au club, l'Aviron pensait avoir résolu une partie de ses problèmes de l'an passé. Heureusement, le secteur défensif est encore solide et permet aux Bayonnais de s'accrocher dans la bonne partie du classement. Et avec Aurillac samedi en fin d'après-midi, le public pourra voir sur le terrain deux équipes aux caractéristiques semblables, à savoir une bonne assise défensive. Reste à savoir avec quel état d'esprit les joueurs d'Alain Pochat vont aborder cette rencontre déjà cruciale. Car avec Aurillac, c'est à une grosse série que devra faire face le club basque : trois déplacements sur quatre rencontres. Dans un peu plus d'un mois, on verra bien où se situera cet Aviron version 2007-2008. Les Sables-d'Olonne auront alors rendu visite à Didier Deschamps et les Bayonnais se déplaceront deux fois d'affilée à Châtellerault et Moissy. Il sera alors temps de dresser un premier bilan. Les Bayonnais ont cependant un bon coup à jouer, les Aurillacois auront sans doute dans un coin de la tête leur 7e tour de Coupe de France à Libourne la semaine suivante. Leur engagement ne sera sans doute pas le même que lors des deux dernières prestations face aux Bayonnais.

Samedi soir à 17 h

Aurillac (9e, 23 points) - Bayonne (7e, 24 points)

Stade de Baradel

Arbitre : M. Dedieu.

Sud-Ouest (vendredi 9 novembre)

Partager cet article

Repost0

commentaires