Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

28 janvier 2008 1 28 /01 /janvier /2008 12:11

Ces fins de matches qui tourmentent l'Aviron

Comme à Yzeure il y a 15 jours, un exploit individuel en fin de match anéanti les espoirs bayonnais.

Il aura fallu une bonne mi-temps aux Stadistes pour trouver les clés face à une solide formation bayonnaise venue en Gironde avec des intentions de victoire. Les supporters basques en petit comité, donnaient d'entrée de la voix et se chargeaient d'animer des tribunes apathiques. Dès les premières minutes, les Bayonnais se montraient offensifs et il fallait une sortie aux poings délicate de Durand pour repousser un centre vicieux de Lestage (6e). Abusant d'un jeu long trop imprécis, les Bordelais éprouvaient les pires difficultés à trouver leurs attaquants. Seul un corner de Faras mal contrôlé par l'arrière-garde visiteuse obligeait Bouet à s'y reprendre à deux fois sous la menace de Ferreira (9e). À force de motivation et d'envie, Bayonne voyait ses efforts récompensés. Profitant de l'apathie de la charnière girondine, Soubervie trouvait Barsacq lancé au premier poteau pour un coup de tête rageur qui ne laissait aucune chance à Durand (14e). Les Bordelais tentaient bien de relever la tête mais la précision n'était pas au rendez-vous. Faras, par deux fois (16e, 27e) n'ajustait pas la mire avant que Barata ne dévisse sa reprise (40e). C'était bien maigre pour espérer un retour avant de regagner les vestiaires.
Retour inespéré.

On sentait le Stade animé de meilleures intentions après la pause mais la finition était toujours défaillante et Bayonne n'était somme toute guère inquiété. La rentrée de Comberton allait changer la donne. Vingt minutes après son arrivée sur le gazon, il plaçait une accélération décisive qui laissait Soubervie à l'agonie côté droit avant de repiquer au centre et de servir son compère Diallo pour une reprise en pleine course imparable (78e). Dès lors Bayonne devait courber l'échine face à des Girondins survoltés par ce retour quasi inespéré. Une chute de Diallo dans la surface faisait se lever le stade mais Mme Bonnin restait impassible (82e). Faute de réussite (2 poteaux), les Basques n'avaient pu se mettre à l'abri et payaient cash un relâchement coupable qui leur coûtait une victoire à leur portée même si dans les dernières minutes, le Stade avait les moyens de s'imposer.

Sud-Ouest (lundi 28 janvier)

Partager cet article

Repost0

commentaires