Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 14:55

Les Bayonnais de Soubervie vont jouer le jeu

Anthony Soubervie, le «fils du coach», veut «finir le boulot». 

L'Aviron Bayonnais entend jouer le coup à fond avant de quitter le National. Beauvais pourrait bien l'accompagner en CFA.

Beauvais va-t-il se maintenir en National ? Seule une victoire ce soir contre l'Aviron combinée à un hypothétique succès du Paris FC à Luzenac est la clé de sortie pour les Picards qui y croient encore, comme en témoignent leurs deux derniers résultats contre Épinal et à Niort. Et tout le club s'est mobilisé pour croire à l'incroyable scénario : tarifs peu élevés, tee-shirts à l'effigie de l'ASBO et les écoles de foot de la région invitées.

L'Aviron risque donc de quitter le National dans une ambiance toute particulière. « Mais ça tombe bien, on y va pour gagner » souligne Anthony Soubervie. « Il y a trois ans, lors du dernier match de championnat à Deschamps et alors qu'on jouait notre maintien, Beauvais, qui n'avait rien à gagner, avait joué le coup à fond. Ce soir, on va faire pareil » ajoute le latéral droit Bayonnais arrivé sur les bords de Nive il y a quatre ans.

Les Girondins, Nice et l'Aviron

Anthony a commencé le football très tôt. « J'ai signé à l'âge de cinq ans aux Girondins de Bordeaux et j'y suis resté jusqu'à mes 17 ans ».

La suite ? C'est Gernot Rohr, alors directeur sportif de l'OGCN qui l'attire sur la Côte d'Azur : « J'évolue trois ans à Nice, on me fait signer d'abord un contrat aspirant avec deux entraînements mais aussi quatre heures de cours par jour ». Anthony dispute la finale du championnat de France et aussi la finale de la Coupe Gambardella perdue contre le FC Nantes de Glombard (actuellement aux Chamois), Drouin (Troyes) et Fae. De très bons souvenirs qui ne l'empêchent pourtant pas de s'égarer au cours de sa troisième année parmi les Aiglons. Anthony ouvre une parenthèse sur le football. Elle se refermera dans la région qui l'a vu débuter.

En 2006, le défenseur de formation signe en DH à Langon. Son équipe joue l'accession en CFA 2 et Anthony est contacté par Alain Pochat. « On se connaît depuis plusieurs années avec Alain » indique celui qui est surnommé, au club, le fils du coach, « lorsque j'étais en sélection Aquitaine à 15 ans, c'est lui qui s'occupait de nous avec Peio Sarratia. »

« Je remercie Alain et Manu »

À l'Aviron, Anthony aura connu les joies d'une accession en National et celles de trois maintiens dont celui par repêchage l'an dernier : « On avait bâti une équipe pour le CFA » admet-il, « et même si on n'a jamais été vraiment bousculés, on n'a jamais pu être en même temps sur la même dynamique défensivement et offensivement. Quand ça allait d'un côté, ça fonctionnait moins bien de l'autre et vice versa » regrette-t-il. « Mais on n'a jamais rien lâché. Il nous a juste manqué la petite série de résultats positifs qui nous a sauvés chaque année. Mais si on avait eu l'équipe actuelle en début de saison, ça n'aurait pas été pareil. »

Il faut désormais finir le boulot à Beauvais et penser également à la prochaine saison : « On doit voir le président et on est encore en attente du nouveau coach » indique Anthony « mais puisque l'occasion m'est donnée, je tiens vraiment à remercier Alain (Pochat) et Manu (Bafcop) pour tout le travail qu'ils ont fait à Bayonne ».

Ce soir, l'Aviron sera privé de Tunani et Matutu, toujours blessés et de Lalanne, « poussé » à de nouvelles obligations paternelles !

Jakes Debounco - Sud-Ouest (Samedi 26 Avril)

Partager cet article

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article

commentaires