Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 23:59

Le RAF retrouve la zone de relégation

Rodez a fait match nul contre Bayonne et se trouve devancé au goal-average particulier par les Basques avec pour effet une 17e place.

La RAF a vécu une bien mauvaise soirée, samedi dernier, contre Bayonne, en étant obligé de concéder un score de 0 à 0 face à une formation accrocheuse. Le problème est que dans le même temps, les autres résultats de National ont encore confirmé le regain de forme des équipes de bas de tableau. De ce fait, en concédant ce partage des points, au goal-average particulier le RAF bascule dans la zone de relégation, battu par Bayonne qui compte le même nombre de points que les Aveyronnais. Mais, à l'occasion du match aller, les joueurs de l'entraîneur Alain Pochat s'étaient imposés contre Rodez et ont consolidé leur goal-average sur Rodez au bénéfice de ce match nul.

Un match qui fut d'ailleurs crispant au regard de son enjeu en terme d'incidence sur la fin de saison. Cette partie ne fut jamais spectaculaire dans le domaine du jeu. Ainsi, les deux gardiens de but n'ont jamais eu de parades délicates à réaliser. Les défenses ont d'ailleurs toujours fait bonne garde et le milieu de terrain aveyronnais n'a jamais été en mesure de provoquer le décalage permettant de servir idéalement ses attaquants. Bref, Rodez a recherché un jeu direct qui finalement a permis à Bayonne de gagner le point du match nul.

En terme de jeu, le RAF avait été meilleur à Rouen mardi dernier. Aussi, pourquoi ce décalage ? Ce dernier s'explique par l'enjeu, la tension entourant la rencontre ainsi que par la qualité de football de Rouen qui était meilleure que celle des Basques. Rodez a été plus à l'aise en Normandie sur le terrain que face aux Bayonnais. Autant sur le stade Robert-Diochon, mardi, Rodez avait pu servir ses attaquants, autant samedi, contre Bayonne, le RAF n'a jamais été à l'aise malgré la rentrée du technicien Moura-Komenan à l'heure de jeu. Enfin, en Normandie, les Ruthénois ont laissé beaucoup d'énergie en fin de match pour conserver le score de 1 à 1. Face à Bayonne, on a senti une baisse d'énergie compréhensible. Aussi, ce sore de parité risque de peser lourd au terme de ce dernier mois de compétition.

En effet, le calendrier des Ruthénois est compliqué avec deux déplacements à Strasbourg et Guingamp qui disputent la dernière place de montée en L2. Le RAF aura aussi deux réceptions avec les venues de Cannes puis de Niort (dernier match de la saison). Les choses sont simples. Il faudra impérativement battre Cannes et Niort. Le moindre match nul, la moindre défaite contre l'une de ces formations serait l'assurance de filer vers le CFA. à moins que contre Strasbourg ou Guingamp le RAF ne réalise l'exploit d'une victoire ? Enfin, reste la possibilité que la DNCG, dès mercredi, ne valide pas le budget déficitaire de Strasbourg convoqué devant le gendarme financier de la FFF… Cela pourrait alors influer sur le calcul des points attribués en cette fin de saison.

Jean Philippe Cazals - La Dépêche du Midi (Lundi 2 Mai)

 

Le film du match

La première période sera frustrante avec une équipe visiteuse venue pour jouer les coups de pieds arrêtés et des Ruthénois freinés par ce faux rythme. Peu d'occasions de but à enregistrer à l'occasion de cette mi-temps. Côté aveyronnais, on notera une tête de Darchy passant à côté du portique basque (14e) puis une seconde tête tout aussi puissante de Bouscarrat non loin des buts visiteurs (41e). Pour leur part, les visiteurs seront dangereux sur un débordement de l'excellent Gbizie dont le centre obligera Mallein à intervenir de la tête difficilement (34e). La reprise voyait un coup franc de Lorthioir obliger le portier basque à un dégagement des poings (47e). Le RAF cherchait à mettre comme en début de match de l'impact dans son jeu. Cela ne modifiait pas le sens de la rencontre car le football direct des Aveyronnais permettait à Bayonne de se défendre. Les visiteurs cherchaient le score de parité en se regroupant devant leur but tout en baissant physiquement au fil du temps. Mais le RAF n'allait pas trouver le chemin des buts, ce qui concluait la partie par un score de parité.

 

Les réactions des entraîneurs

Franck Rizzetto (entraîneur du RAF) : Nous avons été, samedi soir, beaucoup moins fringants que nos dernières semaines. Malgré tout, nous nous sommes procuré des situations de marquer. La réussite n'a pas été au rendez-vous. Je pense que la grosse débauche d'énergie du match de Rouen a pesé dans les jambes, même si nous ne devons pas oublier que Bayonne jouait son troisième match en une semaine. Nous sommes relégables. Rien n'est encore joué et nous allons nous battre jusqu'au bout, même si notre calendrier de fin de championnat est délicat.

Alain Pochat (entraîneur de Bayonne) : Nous étions venus pour chercher des points. Au départ, nous avions des intentions de gagner. En fin de match, nous étions très émoussés et nous avons tout fait pour conserver le bénéfice du nul. La lutte pour le maintien sera difficile jusqu'au terme de la saison. Ce National est vraiment très compliqué avec ces budgets disparates. Je suis en colère par rapport à ce qui est en train de se passer cette saison. Des formations comme Gueugnon, Strasbourg ou bien Pacy, endettées dès le début du championnat, n'ont rien à faire dans ce championnat. Certaines de ces formations ont eu même l'autorisation de recruter des joueurs professionnels au mercato. Au final, ces formations sont exclues du championnat avec toutes les conséquences que cela a pu avoir pour Rodez mais aussi pour nous. C'est inadmissible. Rodez et Bayonne, qui ne dépensent que l'argent qu'ils ont, méritent de rester dans cette division.

 

La feuille de match

À Rodez, au stade Paul-Lignon : match nul, 0-0.

Temps doux, arbitrage de M. Schmitt, 2 400 spectateurs.

Avertissements à Rodez : Darchy (58e), Castanier (68e)

Avertissements à Bayonne : Romey (43e), Soubervie (51e), Ribeiro (85e).

 

Rodez : Beuve, Ramond, Mallein, Laneau, Ntolla, Patin, Ursule puis Castanier (64e), Lorthioir puis Moura-Komenan (64e), Ekeng-Ekeng, Bouscarrat, Darchy.

 

Bayonne : Duhour, Romey, Estrade, Degoul, Soubervie, Lalanne, Marsaud, Pennacchio puis Elouari (78e), Muthular puis Ribeiro (65e), Simon, Gbizie puis Giron (89e).

Partager cet article

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article

commentaires