Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 13:49

Bayonne peut avoir des regrets

 

Auteurs d'un bon match nul à Rouen (0-0) samedi soir, les Bayonnais auraient même pu - dû - l'emporter compte tenu des nombreuses occasions franches qu'ils se sont procurées

Ils avaient été prévenus. Dans sa causerie d'avant-match, Alain Pochat, leur entraîneur, avait même décidé, il l'avouera après coup en salle de presse, d'en jouer. Face à un FC Rouen lâché par son public et en plein doute sportif et extrasportif, le technicien basque avait décidé d'appuyer là où ça fait mal. Poussant ses hommes à profiter des malheurs de leurs hôtes pour leur propre bonheur. Il a été entendu et si la rencontre s'est achevée sur un nul vierge (0-0), les joueurs de l'Aviron Bayonnais auraient mérité de prendre deux points de plus. Très rarement inquiétés par les Rouennais, les Bayonnais ont eu, au contraire, de nombreuses occasions de faire la différence en contre. Il ne leur a manqué qu'un peu d'efficacité, un mal récurrent malheureusement pour eux cette saison.

C'est donc dans une ambiance pesante et sur fond de défiance des supporters à l'égard de la direction du club et du staff technique rouennais que ce Rouen-Bayonne a débuté. Si les Haut-Normands semblaient d'abord faire abstraction de ce climat hostile au cours d'un premier quart d'heure où ils dominaient les débats sans toutefois inquiéter Oukidja, c'est bel et bien Bayonne qui se montrait le premier dangereux en contre via le duo Famery-Sanz, ce dernier obligeant Verger à une belle parade (13e). La fébrilité gagnait peu à peu les rangs des locaux et les Basques en profitaient. Le gardien rouennais était même sauvé à deux reprises par ses montants. La première fois après une intervention de Da Silva, devant Diafutua, qui envoyait le ballon sur son poteau droit (37e), juste avant que les lumières de Diochon s'éteignent pendant près de 20 minutes, la deuxième sur un tir de Diafutua qui finissait sa course sur sa transversale (40e). Le FCR laissait également Pinau (23e et 44e) et Diafutua (31e) décocher des frappes qui frôlaient les buts de Verger. A l'inverse, les Rouennais n'ont quasiment jamais été dangereux. Incapables de trouver le geste juste dans la dernière passe ou la finition. Les deux seuls mouvements à peu près aboutis du FCR se sont ainsi terminés par une passe un peu trop longue de Cantareil pour Carlier (8e) et une reprise non cadrée de Carlier (32e). En dehors de ça, rien...

En deuxième période, les Basques n'ont pas connu beaucoup plus de frayeurs. Mis à part une tentative de une-deux Carlier-Arbaud interceptée par Touré aux abords de la surface, une ouverture de Morisot pour Carlier, signalé hors-jeu (57e) et, surtout, une frappe de Cantareil sur la transversale (90 + 5), ils n'ont jamais été en difficulté. Ce sont même eux qui ont une fois de plus eu les plus belles opportunités de faire la différence. Pinau (54e) et Diafutua (67e et 69e) manquaient malheureusement le cadre. Si bien qu'au final, les regrets, samedi, pouvaient être pour des Bayonnais qui, à Rouen, ont montré qu'ils n'étaient pas encore prêts à baisser les bras. Le maintien, ils y croient toujours.

Matthias Rogier - Sud Ouest (Lundi 12 mars 2012)

Partager cet article

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article

commentaires