Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

5 décembre 2009 6 05 /12 /décembre /2009 12:22

Repartir sur de bonnes bases

Déplacement délicat pour l'Aviron Bayonnais contre une équipe picarde invaincue depuis cinq matches.

On le sait depuis bien longtemps ici. Il est difficile de se faire une place au soleil pour le football en Pays Basque. Les derniers résultats de l'Aviron Bayonnais et le retour du mauvais temps sur la Côte n'incitent pas non plus à l'optimisme. Mais du côté Bayonnais, interdit de baisser les bras. Les joueurs veulent encore y croire. « Les joueurs continuent de bien bosser aux entraînements, l'effectif est de nouveau suffisant pour recréer une nouvelle émulation, une nouvelle dynamique » indique Alain Pochat, le coach bayonnais.

Le match à la vidéo

Mais, encore une fois, il a été difficile de trouver des conditions optimales pour un retour aux affaires payantes. « C'est toujours la même histoire. Faut se caler le lundi matin pour avoir le planning des terrains disponibles pour la semaine », explique Alain Pochat. Une séance vidéo a été effectuée lundi soir, mardi et mercredi, les joueurs de l'Aviron se sont entraînés sur le synthétique de rugby et, mercredi après-midi, délocalisation sur Labenne. Et, hier après-midi, une dernière mise en place avant le départ pour la Picardie avait lieu. « On a revu la vidéo du match contre Rodez. On en a discuté sereinement avec les joueurs. On a pu se rendre compte que quelques faits de jeu n'ont pas tourné en notre faveur samedi soir », a déclaré l'entraîneur basque. Un hors-jeu inexistant signalé à l'encontre de Jérôme Lestage qui filait seul au but en première période par exemple. Ou comme le but encaissé par les Bayonnais par Romain Choplin qui était, lui, en position de hors-jeu dans le temps additionnel. « C'est le lot des équipes dans une position délicate. C'est presque normal. À nous de travailler pour que ça tourne dans l'autre sens » ajoute Alain Pochat. Si, défensivement, les principaux points noirs sont connus, essentiellement sur coups de pied arrêtés où les Bayonnais encaissent trop de buts, offensivement, « l'Aviron doit s'appliquer à aller plus vite vers l'avant, à gommer les petites imperfections sur certains placements et à ce que chaque joueur se concentre uniquement sur ce qu'il a à faire. »

Des conditions ultimes

La rencontre de ce soir à Amiens pourrait servir de déclic pour un groupe qui n'aura pas non plus le temps de s'apitoyer sur son sort puisque dès mardi soir, il faudra se remettre à l'ouvrage pour la réception de Troyes en match en retard : « On a expliqué à la fédé notre mode de fonctionnement pour le déplacement ce week-end, notre retour dimanche et le fait de jouer Troyes qui aura eu un jour supplémentaire de récupération par rapport à nous, elle n'a rien voulu savoir » regrette Alain Pochat. L'Aviron est parti hier en minibus jusqu'à Bordeaux, avant de rallier Bordeaux à Paris en avion et un deuxième transfert en bus jusqu'à Amiens. Rebelote à l'envers dimanche. Rien n'est donc épargné aux joueurs bayonnais obligés de se battre avec leurs armes : « Il va falloir lutter de bout en bout, dans un stade hors normes, faire abstraction de l'environnement et ne rien lâcher. » C'est à ce prix que l'Aviron commencera à redresser la barre.

Jakes Debounco – Sud-Ouest (Samedi 5 Décembre)

--------------------------------------------

L’ADVERSAIRE
Batelli a trouvé les mots justes

Les Picards ont changé d'entraîneur il y a un mois environ. Serge Romano écarté, c'est Ludovic Batelli qui a pris place sur le banc Amiénois. Déjà en charge du centre de formation picard entre 2000 et 2005 et revenu faire une pige en mars 2006, Batelli a, semble-t-il, trouvé les mots justes. Son équipe est invaincue depuis cinq rencontres en match officiel (deux victoires et un nul en championnat, deux victoires en Coupe de France). Le passé récent Amiénois (finale de Coupe de France en 2001 et aux portes de la Ligue 1 en 2007) plaide en sa faveur avant de rencontrer des Bayonnais qui restent sur quatre défaites de rang en championnat et une élimination en Coupe de France à Lattes.

-----------------------------------------------
VU DE L'EXTERIEUR - DU COTE D'AMIENS

Trois points suffiront 

Invaincu depuis cinq matchs, l'Amiens SC entend bien le rester en accueillant Bayonne (18 e). Sur une pelouse en mauvais état, les Amiénois ont intérêt à se montrer efficaces surtout offensivement.

Dix points d'écart. Même si l'Amiens SC reste sur trois matchs sans défaite en championnat - un nul et deux succès - depuis l'arrivée de Ludovic Batelli, l'écart de points ne diminue pas par rapport au troisième, Créteil. « Non mais on en a grignoté par rapport à Evian et Troyes qui en ont lâché, rétorque l'entraîneur amiénois. Maintenant, avec Fréjus et Reims, ils sont cinq à se tenir en trois points. Les premiers ont chaud aux fesses et lorsqu'il y aura des confrontations directes entre ces cinq équipes, il faudra gagner afin de gratter des points. » Sept points sur neuf

Afin de se relancer et revenir en course pour la montée. Pour cela, un sans faute s'impose lors du mois de décembre. « On reçoit Bayonne on se déplace à Fréjus et on accueille Cannes le mercredi 23 décembre. Si on prend 7 points sur 9, ce sera bien, prévient Ludovic Batelli. Si on en prend 9 sur 9, ce sera parfait sans oublier une qualification pour les 32es de finale de la Coupe de France. »

L'entraîneur amiénois reste résolument optimiste mais il sait très bien que le plus dur arrive. « Novembre doit nous servir de rampe de lancement pour décembre qui s'annonce intéressant, dit-il.
Mais avant de nous projeter vers la fin du mois, commençons par gagner face à Bayonne. Ce ne sera pas évident sur une pelouse dont l'état a empiré à cause des conditions météorologiques. Ce sera difficile de produire du jeu et nous avons intérêt à être performants offensivement. Jouer, c'est bien mais être efficace, c'est mieux face à une formation dangereuse en contres. »

Bayonne dont les statistiques à l'extérieur sont mauvaises : un succès à Luzenac (0-1), 2 nuls (Cassis-Carnoux et Hyères) et 5 défaites, 3 buts inscrits et 18 encaissés. Sur le papier, les Amiénois n'ont pas le droit à l'erreur même s'il est difficile de gagner deux matchs consécutifs.

Invaincus à domicile depuis le 8 septembre et une défaite concédée dans le temps additionnel (90+2e) face à Reims (0-1), ils restent sur cinq matchs sans défaite. Effet Batelli ou pas, force est de constater que cette équipe ne perd plus depuis un mois. Elle vient de marquer 15 buts et elle n'en a encaissé que 3 en 5 matchs (championnat et Coupe de France compris). Pourvu que ça dure.

Rachid Touazi - Le Courrier Picard (Samedi 5 Décembre)

Partager cet article

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article

commentaires