Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 12:49

“Sur le terrain et dans la vie,

les gens doivent apprendre à se connaître”

L’Aviron Bayonnais a quitté la dernière place du classement après sa victoire face à Nîmes samedi à Bayonne. Un deuxième succès cette saison, après une première victoire en championnat une semaine plus tôt au Red Star, lors de la dixième journée. Demain, c’est à Martigues que les Bayonnais vont évoluer à l’occasion de la 12e journée. Un déplacement lors duquel ils ne s’interdisent rien. “On va mercredi à Martigues pour gagner. On ne se pose pas de question”, indique Alain Pochat, l’entraîneur de l’Aviron.

A en croire la courbe des résultats des Basques, leur saison a véritablement commencé depuis un peu plus d’une semaine. En souffrance en terme de résultat pendant neuf journées, Bayonne vient d’enchaîner deux succès très importants puisque cela leur permet de revenir à trois points du premier non relégable, le Paris FC.

Voir Bayonne évoluer en National est un exploit permanent au regard des moyens du club. “On est les plus petits, et de loin. Même le Red Star monte à 1,8 million d’euros de budget rien que pour l’équipe une. Nous, c’est 800 000 euros pour tout le club”, rappelle Alain Pochat. Pour arriver à se maintenir au troisième niveau français dans ces conditions, il est évident que les Bayonnais ne peuvent pas compter sur des joueurs surdoués, beaucoup trop chers.

Phase de préparation

“On vit dans une époque où il faut être performant tout de suite”, juge Alain Pochat. “On ne laisse pas le temps à quiconque de mettre des choses en place. Quand on a une quinzaine de joueurs qui partent à l’intersaison, que les joueurs recrutés au début l’étaient pour évoluer en CFA, qu’il a fallu recruter d’autres joueurs qui sont arrivés au compte-gouttes, il faut le temps de faire fonctionner tout ça. Les gens doivent apprendre à se connaître. Pas uniquement sur le terrain mais dans la vie. Ce week-end, à l’hôtel où on va à chaque préparation d’avant-match à domicile, la directrice de l’hôtel qui nous connaît depuis des années m’a fait cette réflexion : ‘Je sens le groupe qui vit bien, contrairement au début de saison ou tout le monde était un peu éparpillé’. C’est aussi le fruit de trois mois passés ensemble. Tout le mois d’août a servi à se préparer tout en jouant la compétition”.

Lorsque Bayonne a trouvé cette cohésion, l’équipe est alors capable de splendides performances comme samedi face à Nîmes, son budget de 8 millions d’euros et son effectif uniquement constitué de professionnels. “C’était un très bon match de notre part en prenant pourtant un but sur la mise en jeu. Quand on connaît l’adversaire que l’on a en face, ça pouvait paraître compliqué, mais les joueurs se sont accrochés, ils n’ont pas baissé les bras. C’est dans la lignée de ce qu’on a fait depuis quelques matchs. On a eu le ballon, on a bousculé cette équipe qui restait sur sept matchs sans défaites”, raconte avec fierté le technicien bayonnais.

L’Aviron ne “s’affole pas”

A quoi doit-on s’attendre désormais avec l’Aviron Bayonnais dans ce championnat National ? “On a des super-gars. Un très bon groupe”, indique Alain Pochat. “Les joueurs montent leur niveau au fil des matchs. Ils sentent qu’ils peuvent bousculer des équipes ‘supérieures’. Mais tout ça reste quand même très fragile. On n’a pas le choix. Le club connaît ses limites. On aurait 8 millions sur la table, on n’aurait pas attendu la dixième journée pour gagner. Nous, c’est du bonus d’être en National. On bataille avec nos armes, on sait que chaque année, ce sera compliqué. L’expérience des quatre années passées en National fait que l’on ne s’affole pas”.

Effectivement, il reste beaucoup de chemin à parcourir dans ce championnat de National avec 26 journées à disputer. Tout peut encore se passer pour Bayonne. Le meilleur, avec une nouvelle fois le maintien au bout, ou le pire, avec une descente en CFA. “De toute façon, si on doit descendre, on descendra, ce n’est pas le souci. Mais on va tout faire pour voir des joueurs se faire plaisir, avoir une cohérence en terme de jeu sur le terrain. Aujourd’hui, on en récolte les fruits. Ça va quand même être long”, estime l’entraîneur bayonnais qui regardera le classement une fois la dernière journée disputée.

Marc Dufrêche - Le Journal du Pays Basque (Mardi 11 Octobre)

Partager cet article

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article

commentaires