Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 13:05

Le vent n’était pas bayonnais

Dominateurs, les Basques ont subi le froid réalisme visiteur.
Non, les dirigeants bayonnais n'ont pas réussi le pari de battre le record d'affluence de la saison en cours détenu par leur invité du jour, Reims, avec 11 089 spectateurs. Mais avec une affluence de 4 500 spectateurs au stade Jean Dauger hier en fin de journée, l'habituel antre du rugby de l'Aviron a vibré pour les rebonds d'un autre ballon, certes, mais pour les mêmes couleurs, bleu ciel et blanc. Malheureusement pour eux, le résultat sportif n'est pas au rendez-vous. Maîtres du ballon pendant 70 minutes, archi-dominateurs lorsque le vent leur était favorable, les hommes de l'entraîneur Alain Pochat ont dû faire face au froid réalisme du Stade de Reims, bourreau du dernier quart d'heure.

Lestage sur la barre

Dans cette rencontre au parfum de Coupe de France, disputée devant quelques invitées de marque comme Raymond Kopa et Just Fontaine - qui ont donné le coup d'envoi - ou encore l'homme de rugby Pierre Albaladejo, tout a pourtant bien commencé. Beau temps, vent fort en faveur de Bayonne, les joueurs de la Côte Basque montrent de très belles intentions. Dès la 8e minute, le Rémois Matthieu Fontaine sauve sur sa ligne une tentative de Degoul, suite à un corner tiré par Soubervie. À la dixième, l'attaquant bayonnais Jérôme Lestage, seul à 20 mètres des cages champenoises catapulte le ballon qui s'écrase comme une rafale sur la barre transversale. La mascotte Pottoka a beau se rouler par terre, rien n'y fait. Ni quand Lestage, parti en contre, élimine le gardien mais voit sa frappe contrée in extremis par le dernier défenseur (18e). Ni même cette tentative de centre tir de Lalanne (21e), qui est repoussée par le gardien rémois. Le scénario semble s'écrire irrémédiablement, celui du Petit Poucet qui bouscule le cador, mais qui voit son heure venir. Lestage (têtes à côté, 25e, 40e), Nzinga (frappe contrée, 30e), ou encore Laurent, dont la frappe croisée rate d'un cheveu le cadre (46e), entérinent ce scénario terrible.

En face, Fauré, meilleur buteur du National (18 buts), n'a que rarement touché le cuir. Krychowiak, le jeune polonais prêté par les Girondins, n'est pas mieux loti. Mais le vent, qui souffle de plus en plus fort, est devenu favorable aux Champenois après la pause. Et eux ne vont pas se faire prier pour concrétiser. Même si à la 60e minute, les Bayonnais courageux ont encore une énorme possibilité de marquer : Degoul, face au but, dévisse sa reprise ; Gamiette, sur une belle frappe à 20 mètres (0-1, 75e), puis Granic, deux fois sur coup franc, à 25 et 40 mètres, vont mettre un terme à la fête (0-2, 80e, 0-3, 87e). Vraiment dommage.

Eric Becquet – Sud-Ouest (Dimanche 28 Février)

Partager cet article

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article

commentaires