Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

2 novembre 2009 1 02 /11 /novembre /2009 21:50

L’Aviron en une mi-temps


Seuls rescapés du secteur basque, les Ciel et Blanc accèdent au septième tour en disposant d'une formation bergeracoise qui lui a posé de sérieux soucis en fin de match.

Un but « d'un autre monde »

Un quart d'heure de repos, un discours probablement musclé, cela vous transforme une équipe et c'est une formation locale totalement transfigurée qui allait revenir des vestiaires : les duels tournaient enfin à l'avantage des Bergeracois, la défense usait à son tour d'expédients ; en résumé, l'Aviron avait enfin en face de lui une opposition : Fabien entré tout juste en jeu n'était d'ailleurs pas loin d'affirmer ce renouveau des locaux (48e). Mais c'est sur un but venu d'un autre monde que le Bergerac Foot allait donner à cette rencontre une tout autre allure : Pinazo à trente mètres des cages de Caradec réussissait une volée tout simplement somptueuse (62e). Un début de folie gagnait enfin Campréal et Blanchard, sur coup-franc (68e) puis Gasparotto sur une belle frappe (70e) aurait pu faire basculer la rencontre. C'est encore Gasparotto qui verra son tir contré au dernier moment (80e) et Fabien par deux fois croira au miracle (88e et 90e) mais ses deux frappes ne feront qu'inquiéter Caradec. Pour avoir trop respecté la hiérarchie pendant toute une période, le Bergerac Foot n'aura donc plus que le championnat pour s'inspirer joliment d'un second acte de valeur. Dommage sans doute et bien des regrets au bout du compte mais la Coupe de France mérite plus que quarante-cinq minutes d'inten-sité.

Dans un stade de Campréal pourtant copieusement garni, on était assez loin des ingrédients habituels dans une rencontre de ce genre. Bien sûr, l'Aviron Bayonnais avait fait le métier avec deux réalisations à son compteur à la pause mais le football relativement flatteur des Basques n'expliquait pas tout et notamment un ensemble bergeracois crispé et en sérieux manque d'inspiration. Mais de cela, les Bayonnais n'en avaient cure : dès la 3e minute, l'avant-centre visiteur Laurent profitait d'une balle en profondeur pour venir tester Schmitt mais la balle ne faisait qu'effleurer le poteau droit du portier local. Une alerte qui ne servira pas réellement de leçon à l'arrière-garde bergeracoise puisque huit minutes plus tard, le même attaquant bayonnais profitant d'un ballon égaré dans l'entre-jeu, s'en va de manière similaire sur le côté droit mais cette fois-ci Schmitt ne peut constater le pire (11e). Et ce but-là n'est pas encore de nature à réveiller le Bergerac Foot et les Bayonnais monopolisent pour le moins aisément le jeu : en fait, il faudra attendre la 20e minute pour voir Caradec, le gardien basque, s'employer quelque peu sur une sortie aux poings. Une frappe de Pinazo (23e) et un cafouillage infructueux (25e) tenteront de donner le change mais la maîtrise était bel et bien bayonnaise et cette réalité allait à nouveau rattraper les Bergeracois quand, sur une mésentente défensive, Laurent encore lui, opportuniste à souhait scorait dans les cages vides (31e).
                                       Sud-Ouest (Lundi 2 Novembre)

Partager cet article

Repost 0

commentaires