Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 23:11

« Ça va être très compliqué en CFA »

Le club de foot s'apprête à vivre des jours déterminants pour son avenir.

En concédant sa 18ème défaite de la saison samedi dernier à Beauvais, l'Aviron Bayonnais Football Club en a terminé avec une saison galère. Déjà relégué sportivement il y a un an, l'ABFC avait été rattrapé par le fond du short pour finalement rester en National. Cette fois, les hommes du président Petit n'auront pas cette opportunité. Ils joueront en CFA la saison prochaine, si tout va bien.

« Sud Ouest ». Quel bilan dressez-vous de cette saison ?

Bertrand Petit. Après une année de travail, il y a des choses intéressantes. Sur le plan footbalistique, nous sommes dans une situation mitigée. La formation se porte bien, très bien même. Les progrès sont constants, le club est bien structuré.

Quant à l'équipe 1, elle descend en CFA par manque de moyens. Nous avons beaucoup souffert en quatre années de national. Nous n'avons pas su attraper le niveau et nous y maintenir. Tout cela est dû aux moyens financiers. Nous avions le plus petit budget du championnat. Nous finissons à la dernière place.

Quel sentiment ce constat vous inspire-t-il ? De la frustration, de la colère ?

Non, aucun. C'est comme ça, c'est la loi du foot, la règle sportive. On peut toujours créer une osmose entre des entraîneurs, des joueurs pour hausser le niveau de l'équipe. C'est ce qu'il s'est passé ces derniers mois. Mais une saison commence début août et se fini fin mai. Quand on la débute en octobre, c'est trop tard.

Quand on regarde nos sept ou huit derniers matchs, sans celui de Beauvais samedi dernier, et si on arrête ces matchs en question à la 90e minute, nous avons 12 points de plus au classement. Ça prouve que l'équipe était toute proche de se maintenir. Il faut désormais qu'on puisse se servir de tous les progrès faits en National pour rebondir aussitôt.

Question budget, comment se présente la saison prochaine ?

Nous avons d'énormes difficultés. La Fédération Française de Football nous aidait à hauteur de 160 000,00 €, là, ce sera 60 000. C'est une baisse budgétaire énorme pour nous. Nous avons rencontré la municipalité pour leur demander de nous aider. Nous n'avons pas su les convaincre. Nous allons avoir des réunions pour tenter de conserver un maximum de joueurs au club et avoir un bon niveau en CFA. J'espère que la Région Aquitaine va nous aider, que le Conseil général va poursuivre son engagement

Les difficultés sont-elles importantes au point de craindre pour l'engagement en CFA la saison prochaine ?

Nous allons nous y engager oui. Nous en avons la volonté. Mais il faut pouvoir s'y maintenir. Nous passons devant la Direction nationale de contrôle de gestion la semaine prochaine. Ça va être un passage difficile. En national, nous avions présenté un budget équilibré. Là, avec un peu de moyens pour l'équipe 1, ça va être compliqué. Nous sommes sur un budget d'un peu plus de 500 000,00 €, il nous faudrait au moins 600 000. On va être court.

D'autant que vous devez trouver un remplaçant à Alain Pochat. On a entendu parler de Frédéric Dehu. C'est une piste sérieuse ?

Nous sommes en contact avec lui, effectivement. Mais pour le moment, c'est en stand-by. Il viendrait au club en consentant de grands efforts financiers. Pour l'image du club, c'est important, mais il lui faut une équipe capable d'évoluer en CFA.

Nous avons eu une quarantaine de propositions pour venir entraîner Bayonne, parmi lesquels d'anciens Nantais comme Jean-Jacques Eydelie. Nous allons régler la question cette semaine. Nous avons également au club des gens capables de reprendre le flambeau.

Le CFA n'est-il pas le bon niveau pour l'Aviron Bayonnais ?

Il faut être conscient des moyens que l'on a. Cela fait trop d'années qu'on entend parler d'un environnement économique tourné vers le rugby, et non vers le foot. Alors que nous avons 130 partenaires, qui donc aiment le football. J'espère que nous arriverons à grossir les rangs de ces entreprises qui nous soutiennent. Et surtout il faudrait pouvoir établir plus de relations entre nos joueurs et nos partenaires. Si on ne peut les rémunérer, pourquoi ne pas leur trouver un emploi, un contrat. C'est notre défi cette année.

Êtes-vous serein à l'approche de toutes échéances ?

Il peut y avoir des rebondissements. Nous allons jouer en CFA, championnat de France amateur où tous les joueurs sont payés. On n'est pas tous dans le même monde. C'est dommage que certaines personnes n'arrivent pas à croire que le football soit porteur de valeurs à Bayonne.

Partager cet article

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article

commentaires