Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 20:13

Il semblait écrit que ce match ne serait pas banal. Il ne l'a pas été. Il s'agissait déjà d'une reprise après un mois et demi de stand-by en National pour notre équipe qui n'y avait plus gagné depuis début novembre. De plus, chacun attendait avec impatience les grands débuts de Jan Koller en rouge et blanc. Les 1500 à 2000 spectateurs qui avaient pris place à Coubertin n'ont donc pas été déçus et si l'équipe ascéiste continue de montrer un visage aussi séduisant lors de ses prochaines sorties leur nombre devrait s'accroître considérablement avant la fin de saison. Car si l'on n'a pas vu une AS Cannes grandiose ce soir face à un adversaire qui n'a pas montré grand chose, on la vu appliquée, déterminée, enthousiaste et donc en confiance. Sevré de jeu depuis bien longtemps si l'on excepte le match de Coupe de France contre Luzenac, le public cannois a vu ce soir son équipe développer des actions de qualité, trouver des espaces sur les ailes et se procurer des occasions de but, dont trois ont finallement été converties.
              
La "Panenka" manquée de Bauthéac

Après que les deux équipes aient observé une minute de silence en hommage aux victimes du tremblement de terre en Haïti, M. Rainville donnait le coup d'envoi de ce match qui devait être celui du renouveau pour les Dragons. Et d'entrée de jeu, ils prenaient leur destin en main en mettant une grosse pression sur les Bayonnais. Avec Jan Koller en pointe, soutenu par trois milieux offensifs, Stephen Vincent à droite, Eric Bauthéac à gauche et Abdellah Kharbouchi dans l'axe, le quatuor d'attaque cannois se montrait très entreprenant. Derrière, alors que l'équipe évoluait dans 4-2-3-1 plutôt séduisant, on retrouvait le duo Bertin/Milambo à la récupération, tandis que Ted Lavie, à droite de la défense, et Jérémy Gavanon, dans les buts, effectuaient leur rentrée. Dès la sixième minute, alerté dans la surface sur un ballon aérien, Kharbouchi tentait un retourné acrobatique qui était contré in extrémis, à la récupération du ballon à l'entrée de la surface, Bauthéac transperçait le rideau défensif bayonnais et subissait une faute sur un tacle. M. Rainville désignait aussitôt le point de penalty. Malheureusement, alors qu'il voulait de se faire justice lui-même Bauthéac était mal inspiré en tentant une "Panenka" qui ne trompait pas Duhour. Presque pris à revers, le gardien bayonnais avait assez de ressources pour stopper son plongeon et repousser le ballon en corner d'un bras tendu. Le public de Coubertin n'appréciait pas et le faisait savoir à son "chouchou". Dès lors, il lui fallait se racheter et c'est ce qu'il tâcha de faire durant cette première période. Après cette déconvenue, l'AS Cannes passait très près de la correctionnelle sur une mauvaise relance de Vincent Di Bartoloméo. Interceptant le ballon, N'Zinga filait au but mais Steven Paulle revenait de nulle part pour contrer le tir de l'attaquant bayonnais d'un tacle magistral. Puis c'est Jérémy Gavanon qui repoussait la tentative de Lestage à bout portant.
          
Paulle montre la voie, Bauthéac se rachète
Malgré cette alerte, l'AS Cannes dominait son sujet. En pointe Koller faisait admirer sa puissance et sa technique. Point d'appui idéal, il remisait pour ses partenaires et perdait un nombre quasi nul de ballons. Après un quart d'heure de jeu à peine, on sentait que sa présence était un atout considérable. A la 17e, c'est pourtant de Steven Paulle que venait la lumière dans ce match. Sur un corner joué à la rémoise entre Bauthéac et Lavie, il réceptionnait au premier poteau le centre de ce dernier et catapultait le ballon sous la barre d'un Duhour complètement battu. L'AS Cannes menait au score, une situation qui lui a toujours été favorable cette saison. Quelques minutes plus tard, servi en profondeur par Bauthéac, Koller était tout près d'ouvrir son compteur but, mais Duhour repoussait son tir à ras de terre depuis l'entrée de la surface. Après vingt minutes jouées à un rythme d'enfer, le ton baissait d'un cran dans un match que les Cannois contrôlaient sereinement. L'arrière garde se montrait solide, et sur les côtés, Bauthéac et Vincent donnaient bien du fil à retordre à leurs vis-à-vis. C'est d'ailleurs sur un centre de Vincent consécutif à un débordement d'école sur le flanc droit, que Bauthéac effaçait sa dette en inscrivant son premier but de la tête au second poteau. On jouait alors la 39e minute et ce but semblait être celui du KO pour les Bayonnais. 2-0, score à la mi-temps et alors que les jeunes U13 de l'ESCR régalaient le public durant la pause, c'est une seconde période plutôt ouverte qui s'annonçait.
        
La classe de Jan Koller
Et dès le retour sur le terrain des deux équipes, cela se vérifiait avec une formation bayonnaise qui tentait de se montrer plus offensive, au travers notamment des rentrées de Boutadjine et Laurent à la place de N'Zinga et Soubervie. Durant les dix premières minutes, les Cannois laissaient leurs adversaires venir, puis il prenaient peu à peu le dessus. Vincent et Lavie se montraient percutants sur le côté droit, Koller jouait à merveille son rôle de tour de contrôle et peu à peu, on sentait la flamme basque s'éteindre sous les coups de boutoir. Comme en première période, Abdellah Kharbouchi gratifiait le public de jolis gestes, comme ce contrôle de la poitrine avec volée enchaînée qui aurait mérité un meilleur sort qu'une frappe hors cadre. Sur coup franc ou corner, les visiteurs tentaient bien de mettre le danger dans la surface cannoise, mais chaque fois Jérémy Gavanon se montraient dominateur dans les airs. Plus le match avançait plus il semblait évident que le score n'allait pas en rester là et c'est à la 75e minute de cette rencontre qu'arriva la cerise sur le gâteau avec le premier but de Jan Koller sous le maillot frappé du Dragon. Un but consécutif à une action de grande classe. Lancé en profondeur, il mystifiait trois défenseurs bayonnais avant d'adresser une frappe imparable dans le petit filet de Duhour pour sceller définitivement ce match. Un but qui faisait la joie de tout le public cannois, littéralement conquis, mais aussi de ses partenaires qui sans exception venaient le féliciter. Jan Koller pouvait sortir sous les bravos cinq minutes plus tard, remplacé par Rudy Gestede. A peine rentré, ce dernier était tout proche d'inscrire le quatrième but de ce match, mais sa tête consécutive à un corner de Vincent passait à côté. Il n'y avait décidemment pas photo ce soir entre les deux équipes pourtant séparées d'un seul petit point au classement avant ce match. Après plus de deux mois de disette, l'AS Cannes a donc renoué avec la victoire. Une victoire qui fait un bien fou et qui on l'espère sera confirmée dès mardi prochain à Amiens, pour le premier des deux matchs en retard que l'AS Cannes doit disputer. Un défi de taille, mais avec une telle attitude, un défi à la portée de notre équipe qui s'est trouvée avec Jan Koller un véritable chef de file. On en a eu la confirmation ce soir, l'AS Cannes ne peut que se réjouir d'avoir engagé ce grand monsieur qui ne l'est pas seulement par la taille.

Partager cet article

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article

commentaires