Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

17 octobre 2009 6 17 /10 /octobre /2009 19:05

On prend les mêmes ou presque et on monte le niveau d'un cran. Un peu plus de onze mois après avoir été sorti de la Coupe de France, avec les honneurs, par les Genêts d'Anglet (CFA), le FC Oloron football se lance un nouveau défi, ce soir face à d'autres Basques, ceux de l'Aviron Bayonnais. Cette fois, c'est de National qu'il s'agit, dans cette rencontre comptant pour le cinquième tour d'une Coupe de France qui va décidément comme un gant au club du Haut-Béarn. Mais pas de quoi faire perdre sa lucidité à Pascal Baze, le coach oloronais.

« Sud Ouest ».

Pascal, un an après, vous revoilà sous les feux des projecteurs...

Pascal Baze. Je me souviens bien de mon discours, dans le vestiaire après notre élimination face à Anglet. J'avais dit aux gars : « Ne vous inquiétez pas, la Coupe, on y retournera. » J'en étais persuadé, mais je ne pensais tout de même pas que ce serait si rapide !

Qu'est-ce qui a changé depuis la saison dernière ?

Avant de disputer ce grand match face à Bayonne, il faut rappeler que nos quatre tours précédents ont été difficiles. Pourquoi ? Parce que désormais nous sommes attendus. D'ailleurs, en championnat, c'est pareil. Le club a été médiatisé, alors les autres font tout pour nous battre, c'est normal.

L'Aviron, c'est le tirage au sort que vous espériez ?

Oui, Bayonne, c'est parfait ! C'est une équipe qui joue tous les week-ends contre Cannes, Amiens, Reims ou Troyes, qui était encore en Ligue 1 il n'y a pas si longtemps. C'est fabuleux de jouer contre des pros qui s'entraînent tous les jours. Nous, on a des maçons, des profs des écoles... On ne vit pas dans le même univers.

N'auriez-vous pas préféré rencontrer un « petit », pour avoir plus de chances de passer un tour supplémentaire ?

Soyons réalistes ! L'an dernier, la Coupe nous avait carbonisés et on a raté la montée de peu. Plus l'aventure se prolonge et plus on laisse des plumes la semaine suivante en championnat. Lors de notre dernier match à Saint-Jean-de-Luz (1-1), les joueurs étaient fatigués, une semaine après s'être qualifiés contre Biscarrosse, 3e en DH. Honnêtement, moi, j'avais peur de tomber sur un petit club bordelais et de sortir par la petite porte. Au moins, là, on propose une belle affiche à nos supporters pour la deuxième année d'affilée.

Des supporters, vous en avez de plus en plus, non ?

Tous les gens que je croise m'en parlent. C'est fou comme la Coupe passionne les gens, alors que le championnat, tout le monde s'en fout. Enfin, j'exagère un peu quand même. Mais grâce à la Coupe, on a eu de nouveaux partenaires. Et les supporters n'attendent que ça.

Battre Bayonne, c'est possible ?

Évidemment ! L'an dernier, les joueurs ont touché du doigt ce qu'il fallait faire pour battre ce genre d'équipe. Sauf qu'il faudra faire encore mieux cette année. Vous savez, si je me suis déplacé mardi dernier pour assister au match Bayonne-Créteil, ce n'est pas pour vivre un enterrement de première classe ce soir. Même s'il y a longtemps que je n'avais pas vu une équipe de National de cette qualité-là...

Vous n'êtes pas le seul à avoir espionné votre adversaire.

Les entraîneurs bayonnais en ont fait de même samedi dernier...

C'est la preuve qu'ils nous prennent très au sérieux. Ce soir, ils joueront contre nous avec la grosse armada.

Une question à mille euros pour finir : entre un exploit en Coupe et la montée en DSR, vous choisiriez quoi ?

La montée, sans hésiter. Le club en a besoin pour continuer sa progression. Beaucoup d'Oloronais se baladent un peu partout en Aquitaine. Il faut qu'on arrive à les faire revenir, en leur proposant quelque chose d'intéressant. Maintenant, on fera tout pour créer la surprise ce soir, dans notre petit chaudron, avec le public qui pousse tout près de nous. Si on a une chance, elle est là !

Partager cet article

Repost 0

commentaires