Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 08:01

Bayonne ne digère pas

 Alain Pochat hier à Agen : l'entraîneur mécontent de l'arbitrage. photo emilie drouinaud  

Malgré deux divisions d'écart, l'Aviron s'est fait sortir de la Coupe hier à Agen, après prolongation. Ils peuvent s'en prendre à eux. Et à l'arbitre.

Si vous croisez les Bayonnais ce matin, ne leur parlez surtout pas de leur dimanche en Lot-et-Garonne. Cauche-mar-desque. Se faire sortir par une formation de CFA 2, c'est déjà moche, mais ramener en plus deux expulsés et le souvenir d'une bagarre générale avec les supporters agenais (lire ci-contre), c'est carrément traumatisant.

La faute à qui ? D'abord aux Bayonnais eux-mêmes, incapables de mettre un but malgré les 8 ou 9 occasions franches pour calmer définitivement un adversaire évoluant deux divisions en-dessous. « Et ensuite à l'arbitre, fulmine Alain Pochat, le coach basque. Vous savez, ce monsieur (Thibaut Hervieux, ndlr) nous avait déjà arbitrés en amical contre la Real Sociedad cet été, pour un match de bienfaisance à l'initiative du club d'Hendaye. Il avait trouvé le moyen de nous expulser un de nos meilleurs joueurs qui avait pris deux matches. Il s'était certes pris le bec avec un adversaire, mais avec un peu de psychologie (ou un jaune), on aurait pu éviter le rouge. Ben là, pareil, ce n'est pas normal qu'il nous sorte deux garçons. Agen pense comme nous, c'est dire si ce n'est pas le hasard. »

L'exploit de Gaillac

Même à 10 contre 11 en début de prolongation, les coéquipiers de Bidegain avaient sans arrêt le cuir entre les jambes et forçaient Casadamont à une moyenne d'une parade par minute. Mais une fois Estrade expulsé pour un geste d'humeur sur El Hasnaoui _ qui a rajouté ce qu'il fallait pour séduire l'arbitre_ c'en était trop. Désormais soulagés du pressing de leurs visiteurs, les Agenais posaient le jeu et sur une ouverture d'El Hasnaoui, Gaillac, à l'entrée de la surface, envoyait une reprise du gauche fabuleuse en pleine lucarne. « Je la vois arriver, je ne me pose pas de questions. Si je n'avais pas été si fatigué, peut-être que j'aurais contrôlé et filé au but, mais là, non. Ce fut à l'instinct », racontait l'attaquant local, déjà auteur d'un triplé en championnat samedi dernier contre Revel.

Gbizie, en vain

La course au score des Bayonnais fut superbe de courage, et ensuite aidée par l'arbitre qui expulsa Charenton pour sa première faute du match. À 9 contre 10, les assauts basques connaissaient la même fin qu'à 11 contre 11 ou 10 contre 11 : un arrêt de Casadamont. Le capitaine du SUA a écœuré Lestage et surtout le très remuant Gbizie qui aura notamment perdu ce face-à-face de la 110e minute. Et quand le petit attaquant bayonnais parvenait enfin à tromper le gardien adverse, c'est le latéral droit Pascouau qui sauvait sur sa ligne (114e). Avant le contre fatal conclu par Barrabourg (2-0, 120e).

« C'est dommage d'avoir ce problème de finition. Maintenant, il faut penser au championnat, se recentre l'entraîneur basque. Mais avec notre charnière expulsée donc suspendue, on va traîner ce dimanche encore quelques semaines. Cet arbitre nous plombe la suite. »

D'où la conclusion d'un dirigeant de l'Aviron : « Celui-là, qu'il ne remette pas les pieds à Bayon-ne. » Ou sous escorte.

Thierry Dumas - Sud-Ouest (Lundi 18 Octobre)

Partager cet article

Repost 0

commentaires