Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 06:21

Des reports compliqués pour tous
 

Le stade Didier Deschamps ne connaîtra plus le repos d'ici la fin de la saison. Il va falloir jongler entre les deux formations de l'Aviron et l'équipe A des Croisés.
Au cours d'un week-end compliqué au niveau de l'hexagone, les matches au niveau aquitain n'ont pas dérogé à la règle des reports. Et si on réduit l'ensemble à l'échelle du secteur basque, seul l'Arin Luzien a pu disputer son match ce dimanche à Martignas alors même que dix autres équipes basques devaient en découdre ce week-end dans différentes compétitions.

Tous les calendriers sont perturbés, de la Promotion de Ligue jusqu'en National (en passant sous silence les joutes départementales) et on ne compte plus déjà les rencontres qui ont été fixées en semaine pour rattraper le temps perdu. En chiffres, cela donne 48 matches de retard entre la DH et la PL sur le calendrier de début de saison ! Et au niveau des Coupes d'Aquitaine et des Pyrénées, un seul des seize huitièmes de finale a été joué ce week-end !

Pour la ville de Bayonne, la situation devient même très compliquée. Le stade Didier Deschamps, déjà mal en point, ne se reposera pas un seul week-end d'ici la fin du mois de mai. Et à six reprises d'ici là, il devra supporter au moins deux rencontres par week-end. Entre le National (Bayonne), le CFA2 (Bayonne B) et la DHR (Croisés), vingt-sept matches sont au programme d'ici la fin de la saison sur Deschamps.

Inondations coupables

Or, il ne reste que vingt-et-un week-ends de disponibles ! Et encore, ces chiffres ne sont valables que si aucune autre intempérie ne vient se greffer de nouveau sur le calendrier. Comment alors terminer la saison correctement ? « L'entretien courant est fait au niveau de Deschamps, souligne Alain Pochat, le coach bayonnais, mais ça risque de ne pas être suffisant. Les drains creusés il y a quelques années ont tenu bon durant deux saisons mais les inondations de septembre dernier ont fait remonter ce qu'on appelle la terre fine qui a fini de boucher les sillons. »

Le terrain officiel des trois équipes bayonnaises n'est pas adapté pour un tel enchaînement de matches mais que dire alors des conditions d'entraînement ? « Les drains sont quasiment inexistants sur Lauga qui devient très rapidement injouable et sur le complexe de la Floride, il y a des trous partout » ajoute Alain Pochat.

Entraînements difficiles

Il faut donc une sacrée dose de courage aux quatre équipes bayonnaises (A et B de l'Aviron et des Croisés) mais aussi à toutes les autres catégories, pour s'entraîner dans de telles conditions. Une bonne solution serait de faire de Deschamps la base privilégiée de l'Aviron Bayonnais et de Lauga celle des Croisés. Mais encore faut-il s'en donner les moyens. Et c'est un peu (beaucoup) ce qui manque actuellement au football bayonnais.

Jakes Debounco – Sud-Ouest (Mardi 12 Janvier)

Partager cet article

Repost0

commentaires