Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 23:59

Alain Pochat, entraîneur de l'Aviron Bayonnais

Alain, bonjour. Votre équipe est aujourd’hui 18e au classement (3 victoires, 4 nuls, 8 défaites, 11 buts marqués, 21 buts encaissés), comment expliquez-vous ce début de championnat compliqué ?

Nous avons été repêchés seulement le 25 juillet. Auparavant nous avions donc bâti une équipe pour jouer le CFA. La saison dernière, le championnat de National a d’ailleurs été géré de façon aberrante. Gueugnon a jeté l’éponge et permis à tous nos concurrents du bas du tableau de prendre 3 points d’office. Nous nous sommes battus toute la saison pour nous maintenir et finalement nous avons échoué à la différence de buts par rapport à Gap. Mais finalement ce club est également descendu pour raisons financières. C’était rocambolesque…

 

Selon le règlement cinq clubs devaient descendre…

Oui. Pour la dernière saison d’ailleurs, il était prévu que 5 clubs descendent et qu’un meilleur deuxième monte. Pour moi, il est plus logique de maintenir une équipe supplémentaire en National. Le championnat serait plus cohérent, financièrement et sportivement. Il y a un gouffre entre le CFA et le National. Les obligations de ce championnat sont tellement fortes qu’il vaut mieux consolider les clubs qui ont déjà une expérience et les infrastructures minimum.

 

Comment êtes-vous parvenu à bâtir un groupe pour repartir en National ?

Ce ne fut pas simple, d’autant plus que le budget a été revu à la baisse (800 000 €) car nos partenaires financiers institutionnels nous ont moins aidés cette année. Par ailleurs, notre recrutement s’est fait tardivement. De nombreux joueurs sont partis suite à la descente prévue. Nous avons donc dû signer des contrats « hors période », c’est à dire après le 30 juin. (Et le règlement stipule que les clubs ne peuvent aligner que 2 joueurs dits « mutés hors période » par match). Je peux compter sur deux contrats fédéraux et sur trois joueurs prêtés, les autres membres de l’effectif sont des amateurs.

 

En tant qu’entraineur, comment avez-vous trouvé l’énergie pour repartir ?

J’ai une histoire particulière avec ce club dans lequel j’ai été joueur, entraineur adjoint puis principal. Je suis par ailleurs éducateur pour la ville de Bayonne. Je mesure le bonheur de faire un métier que j’aime. Mais il est difficile d’exister au pays du rugby. Deux clubs du Top 14 se côtoient ici (Bayonne et Biarritz). Ils vampirisent tous les partenariats potentiels. Cependant, pour nos grosses affiches, le public nous suit.

 

Depuis quelques semaines, vos résultats semblent s’améliorer…

En effet. Nous ne comptons qu’une défaite sur les six derniers matchs et sommes toujours qualifiés en Coupe de France. Nous sommes dans une dynamique positive, la confiance revient. Après le retard accusé au début, l’équipe est plus homogène, plus cohérente maintenant. Comme l’an passé j’espère pouvoir faire une bonne deuxième partie de championnat. Quoi qu’il en soit, nous n’avons jamais été complètement largués. Il y a simplement un problème d’efficacité devant le but, mais les joueurs efficaces sont souvent les plus chers… Il nous faut du temps pour intégrer ceux qui viennent de CFA 2 ou de DH, il y a une grande marche à franchir.

 

Vous avez battu le leader Épinal lors de la dernière journée…

Nous avons fait un match plein et le score (2-1) aurait pu être plus large. Nous avons touché les montants deux fois. Mon équipe a pourtant été menée rapidement, mais elle a montré une grande force de caractère.

 

Comptez-vous rééditer l’exploit face aux Chamois Niortais ?

Ce sera évidement très compliqué. Niort est sur une bonne dynamique et n’a subi qu’une défaite à domicile pour sept victoires. 80% de l’effectif a été conservé et le recrutement a été intelligemment mené avec de très bons nouveaux joueurs par ligne. Pour les Chamois je pense que c’est la bonne année pour monter. C’est une équipe qui en plus fait le spectacle, si j’en juge par le nombre de buts qu’elle marque.

Propos recueillis par Karl Duquesnoy (Chamois Niortais)

Partager cet article

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article

commentaires