Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 17:40

Le titi parisien prend un nouveau virage dans la carrière.

A 23 ans, Jonathan Famery est arrivé cet automne sur la Côte basque après avoir arpenté pas mal de clubs et subi le dictat de centres de formations ne le trouvant pas suffisamment puissant. Du PSG à Gueugnon, en passant par Dijon, Sannois St-Gratien, Le Mans ou Louhans Cuiseaux, le Parisien a déjà beaucoup vécu. Il veut désormais faire profiter l'Aviron bayonnais de son expérience tout en espérant rapidement sortir d'une situation professionnelle assez difficile. Il sera un des cadres de l'équipe ce week-end pour le 6ème tour de la coupe de France au Stade Bordelais.

Le parcours de Jonathan Famery, le "titi" parisien de l'Aviron, fut semé d'embuches. Son physique de gringalet lui a sans doute fermé les portes du haut niveau. A une époque où les centres de formation français privilégiaient le physique à la technique, le PSG ne l'a pas conservé. Ensuite c'est le centre de Louhans-Cuiseaux (moins prestigieux, mais plus accueillant) qui va lui permettre d'atteindre le professionnalisme, et ce sera donc le Dijon de Rudy Garcia (actuel entraineur de Lille) qui le repérera. Entre temps Garcia part pour Le Mans, Serge Romano son remplaçant lui fait confiance... mais six mois plus tard il est remplacé par Farouk Hadzibegic. Après un passage par Sannois Saint Gratien et une année sans football, son départ pour Gueugnon lui permet de retrouver Serge Romano. C'est la liquidation de Gueugnon, le chômage qui s'en suit, qui le mène jusqu'à chez nous avec la possibilité de rejouer en National. Tel est désormais le principal objectif de Jonathan Famery. 
Jonathan pourquoi finalement avoir choisi Bayonne ?
J'avais des clubs de National, Bayonne en faisait partie. Mais financièrement ça ne passait pas, alors finalement plutôt que d'être au chômage à Paris, j'ai choisi de signer à Bayonne pour pouvoir me relancer. Je touche neuf cent euros de chômage et uniquement les primes de match, avec un loyer de quatre cent cinquante euros, je sais que les fins de mois vont être difficiles. Pour moi la priorité était de pouvoir jouer.
Justement les résultats de Bayonne se sont améliorés depuis que vous avez fait votre apparition dans l'équipe. Pensez-vous en être une des raisons ?
Non, c'est difficile pour moi de dire ça, simplement les choses commencent à se mettre en place, c'est juste une coïncidence. Je suis là pour apporter ce que je sais faire, il y a une très bonne ambiance. Le coach m'a fait venir pour que je sois un plus sur le plan offensif mais c'est l'équipe qui permet à chacun de pouvoir s'exprimer.
Donc maintenant Bayonnais, la saison n'a pas été bien engagée, que faudra-t- il à votre équipe pour s'en sortir ?
On va continuer sur cette lancée, en respectant tous nos adversaires, en faisant des matchs sérieux, avec les mêmes ingrédients. De toute façon, il faut prendre les matchs les uns après les autres, sans se projeter trop loin, c'est mieux de se concentrer ainsi, on connait les points qu'il nous faudra. On a une équipe avec de bons cadres, une bonne mentalité, et le club à l'expérience des luttes.
Ce week-end c'est la coupe, un pronostic pour ce match à Bordeaux ?
Je ne fais jamais de pronostic. Le match va être difficile, comme tous les matchs de coupe de France, surtout dans la région bordelaise où il y a toujours des joueurs qui sortent des centres de Bordeaux, Niort ou de Nantes. Chez les jeunes j'ai déjà joué contre le Stade Bordelais où il y a toujours des bonnes équipes. Comme à Anglet au tour précédent, on voit qu'il n'y a pas beaucoup d'écart sur un match.

Jacky Grimaud - www.foot64.fr

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article

commentaires