Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 18:07

Alain Pochat, l'entraîneur bayonnais, saura t-il trouver la recette gagnante pour faire chuter les Chamois Niortais et atteindre ainsi le stade tant convoité des 1/32 de finale de la Coupe de France ? Réponse samedi soir.

 

Alain, bonjour, dans quel état d’esprit êtes-vous avant ce second voyage vers Niort en 15 jours ?

Nous ne sommes pas dans une bonne dynamique actuellement. Après le 4-0 encaissé chez vous, nous avons été défaits à domicile face à Besançon (0-1) alors que le match était à notre portée. Nous avons eu beaucoup d’occasions et nos adversaires ont marqué sur la seule qu’ils ont eue. Ce manque d’efficacité est notre problème récurrent.

Espérez-vous un sursaut en Coupe de France ?

De nombreux cadres seront absents ce week-end. Ce n’est déjà pas simple avec tout le monde… On s’attend à souffrir, qui plus est avec de jeunes joueurs inexpérimentés. Mais nous tenterons de porter fièrement nos couleurs et pourquoi pas nous qualifier ?

Quel discours tenez-vous cette semaine pour motiver votre équipe ?

Je vais garder cela pour mes joueurs… Simplement, nous avons revu le match de Niort en championnat à la vidéo. Menés 2-0, nous avons eu les occasions pour réduire la marque. Malheureusement nous avons galvaudé la fin de la partie et le score s’est alourdi. En tout cas, ils ont pu vérifier ce que je leur avais dit avant la rencontre ; à savoir de se méfier notamment de l’efficacité des Niortais sur coups de pied arrêtés. Ils savent maintenant à quoi s’en tenir. Un homme averti en vaut deux.

Votre club bénéficie t-il, de près ou de loin, de la restructuration actuelle de votre voisin de l’Aviron Bayonnais rugby avec l’arrivée de Jean-Pierre Elissalde et la nomination d’Alain Afflelou à la présidence ?

Pas le moins du monde. Nous sommes dans deux mondes parfaitement étanches. Le rugby ici est professionnel. Nous sommes simplement spectateurs, comme vous, de ce qui se passe. Ça ne change strictement rien pour nous.

Propos recueillis par Karl Duquesnoy

Partager cet article

Repost 0

commentaires