Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 23:03

L'Aviron vendra chèrement sa peau

Avec sa défaite hier soir 2-0 sur la pelouse de Quevilly, l'Aviron Bayonnais n'a pas pu se donner de l'air avant quelques jours de vacances et occupe toujours la dernière place du classement de National. Absent pour cause de blessure depuis 2 matchs, le numéro 10 de l'Aviron, Guillaume Sanz revient sur la première partie de saison et sur son éclosion à ce niveau.

Guillaume Sanz est un joueur girondin très connu des observateurs régionaux. Cette année, il a donc quitté son club de coeur la Jeunesse Villenavaise après quasiment 20 années de bons et loyaux services. Il a donc rejoint cet été le club de l'Aviron Bayonnais passant ainsi de la Division Honneur au National sans complexes.

Guillaume, peux-tu nous parler de cette première partie de saison ?

La préparation fut perturbée par le fameux repéchage de dernière minute, mais le club a su s'organiser au mieux. D'ailleurs, l'entraineur nous avait fait reprendre l'entrainement comme si on était "déjà" en National, avec envie et serieux. Les matchs amicaux nous ont laissé entrevoir de bonnes choses, un groupe de qualité et un esprit de groupe irréprochable. L'esprit et la combativité sont des valeurs importantes à ce niveau et encore plus en terre Basque. Les anciens sont d'ailleurs les garants de cet esprit, et ils ont su tous nous motiver quand nous avons appris notre repêchage.

Quel bilan collectif peux-tu dresser ?

Comme je disais, l'état d'esprit est très bon, le collectif vit bien ensemble et donne tout ce qu'il peut pour le coach et le staff. On a un effectif pour se sauver j'en suis sûr ! Mais les matchs se jouent sur des détails depuis le début de l'année. On accroche pas mal de monde, on joue bien et on a énormément envie de maintenir le club à cet échelon. Le club oeuvre comme il peut pour ça. Des recrues sont venues apporter de la profondeur à l'effectif et de la concurrence pour booster la dynamique. On vendra chèrement notre peau, personne ne croit en la relégation, on va se battre.

Et d'un point de vue personnel ?

Le temps d'adaptation est quasiment terminé pour moi. J'ai commencé avec beaucoup de pression, une envie de bien faire et un apprentissage du niveau. Entraînements tous les jours, préparation physique nouvelle, impact physique supérieur et rigueur tactique, voilà les exigences du National. D'ailleurs, la charge de travail m'a certainement provoqué un contre coup, puisqu'une semaine avant la première journée, je me suis blessé à la cuisse. Je suis donc rentré petit à petit dans ce groupe, avec humilité et travail. Après deux matchs en réserve, le coach m'a accordé sa confiance à Fréjus, où j'avais au marquage Pancho Abardonado (l'ancien Marseillais). Une bonne première qui en a emmenée d'autres.

Quel est maintenant l'avenir de l'Aviron ?

Nous allons devoir jouer tous les matchs telle une finale en étant solidaire. Le club ne mérite pas de descendre et ce groupe est de qualité. Bien sur, la tâche ne sera pas facile, mais tant que mathématiquement cela reste jouable, nous répondrons présent. J'espère pour cela revenir au plus vite aider les copains. Bonne chance à l'Aviron Bayonnais pour cette deuxième partie de saison et félicitations à Guillaume Sanz, dejà plébicité par la presse sportive nationale.

Ligue de Football d'Aquitaine

Partager cet article

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article

commentaires