Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

13 août 2011 6 13 /08 /août /2011 11:18

Le Gazélec est le club le plus populaire d'Ajaccio

 Henry Gbizié. PHOTO jean-daniel CHOPIN  

Les footballeurs bayonnais vont découvrir l'ambiance chaleureuse de Mezzavia ce soir ! Le stade Casanova, sis dans ce quartier populaire d'Ajaccio, est chaud bouillant. « Ici, c'est la passion. En bas, c'est l'église, ils regardent les matchs bras croisés », a l'habitude de dire le président du Gazélec, Fanfan Tagliaglioli, 72 ans, à propos de la rivalité historique entre le Gaz et l'ACA, l'autre club de la ville, présidé par Alain Orsoni, ex-grande figure nationaliste.

La Corse du foot a vécu une dernière saison historique : ses trois clubs phares sont tous montés d'un cran. L'Athlétic Club Ajaccio en L1, le Sporting Club Bastia en L2 et donc le Gazélec Football Club Olympique d'Ajaccio, sans doute le moins connu des trois, en National. Le Gaz, comme on l'appelle dans le sud de l'île de beauté a longtemps été le club numéro un de la ville. Issu du rapprochement avec le FCA, rival de l'ACA, le GFCO a été créé en 1956 grâce à des agents EDF-GDF. Très vite, le Gaz devient le meilleur club amateur de France à la fin des années 60, il remporte quatre titres de champions de France de suite. Le Gaz navigue ensuite en D2 et D3, puis réalise des exploits en coupe de France dans les années 90, avec un quart-de-finale en 1992, perdu contre Monaco.

Jusqu'à ce que le club insulaire, qui a recruté des stars dont Pascal Olmeta et d'ex-pros (Mazzuchetti, Pantaloni, Pagis, Meslin, Libbra…) connaisse de graves soucis financiers et se retrouve en CFA. L'ACA passe devant dans la hiérarchie, dans les années 2000, la rivalité entre les deux clubs -qui appartiennent à des mouvances opposées- est exacerbée par des « histoires » extra-sportives, où nationalisme, affairisme et banditisme ne font pas bon ménage.

La paix des braves semble aujourd'hui de mise entre les deux rivaux et le GFCO, avec ses moyens modestes (1,1M€ de budget, un stade assez rustique), vise cette année un « bon maintien en National ». Défait à Niort (2-1), le Gaz, qui a recruté malin -Loïc Dufau, de Monaco, les ex-Bayonnais Raphaël Romey, le défenseur et le buteur Henry Gbizié, 9 buts- ne veut pas rater ses débuts à Mezzavia. Question de fierté.

Christophe Berliocchi 

Partager cet article

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article

commentaires