Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

6 août 2011 6 06 /08 /août /2011 14:00

Début juillet en CFA, début août en National

p003_ph01_60326.jpg

L’Aviron Bayonnais FC débute sa quatrième saison dans le National, une sorte de belle performance pour un club aux petits moyens dans une division où être un professionnel des textes juridiques et de la comptabilité compte tout autant que le niveau sportif. En trois saisons, l’Aviron Bayonnais a su se maintenir grâce à de solides performances sur le terrain avant de connaître l’an dernier le maintien en raison de  nombreuses relégations administratives et financières.

Mais ne parlez pas ici d’un cadeau fait aux Bayonnais, car les bleu et blanc ont maintes fois été floués la saison dernière. “Si certains clubs n’avaient pas triché en recrutant des joueurs qu’ils ne pouvaient pas payer, ils auraient fini derrière nous sportivement”, déclare Alain Pochat, l’entraîneur bayonnais. En entamant sa quatrième saison à ce niveau à la tête de l’Aviron Bayonnais, Alain Pochat devient par ailleurs le doyen des techniciens de ce championnat National.

Championnat bizarre

Il connaît donc parfaitement cette compétition et les surprises qu’elle est capable d’offrir, sur le terrain et en coulisses. “Pour l’instant, on est 20 clubs, mais Cannes a fait appel auprès du CNOSF pour être repêché. Je m’attends à tout, même si le championnat débute demain”. Il faut dire que l’an dernier l’épisode strasbourgeois avait été épique dans ce National. Relégué puis sauvé puis relégué pour être à nouveau sauvé, Strasbourg avait obligé le National à se jouer à 21 clubs. Des Alsaciens qui n’ont pas manqué de malice tout au long de la saison pour tenter désespérément de monter en Ligue 2.

L’Aviron avait particulièrement fait les frais de cette histoire lors de laquelle les instances officielles semblent s’être montrées particulièrement conciliantes avec un club historique du football français. Strasbourg a, depuis, coulé, l’Aviron, lui, est resté en National grâce à une gestion stricte. Il aurait dû l’être grâce à ses performances sportives, car, pour rappel, les Basques avaient été relégués au terme de la dernière journée pour un tout petit but. “Si l’on enlève les trois points de la victoire accordée à tous les clubs après le forfait général de Gueugnon, on se serait maintenu”, insiste Alain Pochat.

Les Bayonnais n’ont pas été les seuls à être appelés à jouer ce National alors qu’ils étaient en préparation pour s’engager en CFA. Outre les quatre promus venant de l’échelon inférieur, les quatre meilleurs deuxièmes de CFA ont été intégrés à la suite des problèmes financiers de Grenoble, Pacy, Gap et Strasbourg, et donc le 17e du National, soit Bayonne, après la relégation de Cannes. “Dans la précipitation, on a dû inverser la tendance pour notre préparation. Notre recrutement a été basé sur le CFA et il faut donc se réadapter très vite”, explique Alain Pochat.

Le plus petit budget du National

Avec un budget d’environ 800 000 euros, le plus petit de la division, l’Aviron Bayonnais possède les capacités financières d’un club moyen de CFA. Une situation héritée de sa relégation “injuste”.

Pour tenter de s’en sortir une nouvelle fois, Bayonne doit faire preuve d’ingéniosité dans son recrutement, notamment pour trouver l’attaquant performant pour réussir à ce niveau. “C’est le poste qui nécessite le plus gros investissement et nous n’avons pas beaucoup de moyens. On ne doit pas se tromper en faisant la bonne pioche dès le départ”, raconte l’entraîneur bayonnais. L’an dernier, la bonne pioche s’appelait Henry G’Bizié. Mais comme ce dernier a brillé à Bayonne et il est logiquement parti (GFCO Ajaccio).

Cette saison, le néo-attaquant bayonnais se nomme Gauthier Diafutua et évoluait l’an dernier en première division en Belgique. L’Aviron va également retrouver quelques jeunes formés à Didier Deschamps et partis tenter leur chance dans les centres de formation des clubs professionnels. “Deux reviennent de Toulouse, un de Nantes et un des Girondins de Bordeaux. Ils passaient seniors et n’ont pas signé de contrat pro : ils reviennent à Bayonne”, explique l’entraîneur bayonnais qui compte bien les intégrer lors de cette saison en National. Ainsi, Thomas Dos Santos, l’un d’eux, devrait rapidement faire son apparition.

L’objectif bayonnais est bien évidemment “le maintien”, concède Alain Pochat. “Le plus vite possible”, ajoute-t-il, “afin de travailler plus sereinement”. Réalisable malgré le peu de moyens des Basques, car cette année, comme le qualifie le technicien bayonnais, “le championnat de National semble beaucoup plus homogène. C’est une sorte de CFA améliorée”. Il y a aura bien évidemment les favoris à l’accession en Ligue 2, mais ils ne sont pas nombreux. “Vannes, Nîmes, Orléans, Rouen, Fréjus Saint-Raphël, Beauvais et Niort” sont les favoris d’Alain Pochat. Tous les autres, soit 13 clubs, vont se battre pour le maintien.

A la recherche d'un gardien

L’Aviron Bayonnais n’a pas terminé son recrutement pour cette saison 2011-2012 qui s’ouvre aujourd’hui. “On cherche encore un gardien en prêt car pour l’instant nous avons deux gardiens et il en faut trois pour la saison”, indique Alain Pochat. Un temps évoqué, Riffi Mananda, gardien de but de Caen et petit frère de Steve, gardien de l’Olympique de Marseille, ne semble plus être ce nouveau gardien de l’Aviron Bayonnais.

Marc Dufrêche - Le Journal du Pays Basque (Samedi 6 Août)

lejpb logoslogan

Partager cet article

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article

commentaires