Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 13:03

La dream-team niortaise accomplit un parcours quasi-parfait

Niort, un parcours de champion (1er, 39 points)

Avoir quasiment obtenu son maintien à l'issue des matches aller, c'est un peu le rêve de chaque entraîneur, surtout en National, un championnat où le moindre relâchement se paye cash. Ce rêve est désormais une réalité pour Pascal Gastien, le coach de Niort. Car les Chamois ont réalisé une première partie de championnat absolument hallucinante. Neuf victoires en dix matches à domicile, 43 buts marqués (meilleure attaque)... Bref, les superlatifs ne manquent pas. Début janvier, les Niortais vont se frotter à une écurie de Ligue 1, en Coupe de France. La cerise sur le gros gâteau ?

Rouen, la force tranquille (2ème, 35 points)

A quelques jours du début de la saison, nous avions interrogé chaque technicien de ce championnat de National et d'un avis unanime, le FC Rouen était le grand favori pour rejoindre la Ligue 2 au printemps prochain. En faisant les comptes à mi-chemin, on se rend compte que le FCR est dans les clous, avec 35 points au compteur et une deuxième place à la clé. Pourtant, les Diables ont été malmenés, comme à Epinal, à Ajaccio, ou plus récemment, du côté de Fréjus Saint-Raphaël. Mais malgré ses défaites, les hommes d'Eric Garcin n'ont jamais rien lâché pour en arriver là. Et nul doute que Rouen va continuer d'occuper les places d'honneur pendant encore un long moment.

Epinal, un promu aussi inattendu que séduisant (3ème, 33 points, un match de moins)

Avec un championnat renouvelé à 50%, on se doutait bien que certaines équipes moins cotées allaient pointer le bout de leur nez durant cette première partie de saison. Pourtant, ce qu'est en train de réaliser Epinal est tout simplement bluffant. Car les Vosgiens ne se sont pas contentés de multiples coups d'éclat, ils ont fait montre d'une grande régularité pour truster le podium du début à la fin. C'est donc fort logiquement que les Spinaliens, dans le sillage du meilleur buteur du championnat, Abdellah Asbabou (13 réalisations), occupent la troisième place du National à l'issue de la phase aller. La question est désormais de savoir jusqu'où peut aller Epinal, avec le retour de grosses écuries comme Nîmes ou Vannes. Mais après de tels débuts, tout est envisageable.

Nîmes, un relégué à l'affût (1/2) (4ème, 32 points)

Après une série de trois défaites consécutives pour démarrer, le Nîmes Olympique pouvait s'attendre à vivre une saison délicate après sa relégation en National. Pourtant, les Crocos se sont vite remobilisés et les automatismes ont porté leur fruit. Si bien que les hommes de Thierry Froger n'ont perdu que deux de leurs seize derniers matches, excusez du peu. Aujourd'hui, le club gardois ne compte qu'un petit point de retard sur le podium et semble bien parti pour atteindre son objectif qu'est la remontée immédiate en Ligue 2. Pour cela, il faudra connaître la même régularité durant la phase retour.

Vannes, un relégué à l'affût (2/2) (5ème, 32 points)

Parfois, les relégués vivent leur descente différemment. Mais cette saison, pour Nîmes et Vannes, la saison se ressemble comme deux gouttes d'eau. Car les Vannetais, qui ont déjà perdu à cinq reprises à l'extérieur, sont invincibles à La Rabine et cela se traduit par une intéressante cinquième place au classement, à une longueur du troisième (Epinal). Autrement dit, la suite s'annonce ouverte et les chances de retrouver la Ligue 2, bien réelles. Pourtant, et cela semble paradoxal, c'est peut-être le plus dur qui commence pour le VOC, qui va désormais devoir batailler avec quatre ou cinq équipes pour obtenir l'un des trois précieux tickets qui mènent à la L2.

Ajaccio GFCO, la bonne surprise corse (6ème, 31 points)

La saison dernière, malgré un rival de taille (Martigues), le GFCO Ajaccio a tout écrasé sur son passage pour finir champion de son groupe C de CFA avec brio. Pourtant, cet été, le changement de niveau a été difficile à gérer pour les Corses, qui n'ont remporté que deux matches lors des dix premières journées. Et puis, alors que le promu semblait bien parti pour lutter pour son maintien jusqu'au bout, une spirale positive s'est mise en place. Si bien qu'à l'heure actuelle, les hommes de Dominique Veilex restent sur une série en cours de sept succès consécutifs, une superbe performance qui leur permet de pointer en sixième position, avec 31 points au compteur... alors que deux leur ont été retirés par la commission de discipline. C'est dire si le Gazélec pourrait changer d'objectif en début d'année prochaine.

Colmar, un mois de décembre parfait, pour espérer (7ème, 28 points)

Incapable de signer la moindre victoire au mois de novembre, Colmar aurait pu ranger ses rêves d'accession en Ligue 2 au placard. Seulement, décembre a été de bien meilleure facture avec trois victoires de rang face à Martigues, Cherbourg et au Paris FC, le tout sans encaisser le moindre but. Du coup, les SRC pointent aujourd'hui en septième position, à cinq longueurs du podium. Avant le début de la saison, les entraîneurs de National donnaient l'équipe de Damien Ott comme un vrai outsider. Statut confirmé à mi-parcours. Très bons à domicile, les Colmariens peinent à confirmer à l'extérieur. Ce qui ne les empêche d'être au rendez-vous et d'espérer une fin de saison des plus palpitantes.

Fréjus Saint-Raphaël, vous avez dit décevant? (8ème, 27 points)

Annoncé comme l'un des grands favoris dans la course à la Ligue 2, Fréjus Saint-Raphaël a réalisé une première partie de championnat relativement décevante. A tel point que son entraîneur, Franck Priou, a été remercié il n'y a pas si longtemps. Heureusement pour elle, l'Etoile a sauvé la face sur le fil face à Rouen mercredi dernier (2-0). Car avant cela, il y avait eu une incroyable série de six matches consécutifs sans la moindre victoire, dont quatre défaites. Avec six points de retard sur la troisième place, Fréjus Saint-Raphaël peut se réjouir d'être toujours en vie. Seulement, pour viser plus haut, il faudra mettre les bouchées doubles après la trêve.

Quevilly, un promu qui a le niveau (9ème, 27 points)

Encore en CFA il y a quelques mois, Quevilly a fait le grand saut l'été dernier. Et le moins que l'on puisse écrire, c'est que l'équipe entraînée par Régis Brouard a su se faire une place au sein de ce championnat de National. Confortablement installée en milieu de tableau, l'USQ a soufflé le chaud et le froid, mais son excellent départ lui a permis quelques écarts de conduite. Plutôt solide en déplacement, Quevilly pourrait peut-être faire preuve d'encore un peu plus d'autorité sur ses terres. Néanmoins, difficile d'émettre de gros reproches vis-à-vis d'un collectif qui sait faire preuve de maîtrise tout en produisant du jeu. L'une des bonnes surprises de ce début d'exercice, à n'en pas douter.

Créteil, l'éternel outsider (10ème, 25 points)

Avec un bilan on ne peut plus équilibré (6 victoires, 7 matches nuls, 6 défaites), Créteil est une équipe moyenne de ce championnat de National, à mi-parcours. Les Cristoliens, grâce à un très bon mois de septembre ponctué par quatre victoires, ont ensuite connu un énorme passage à vide avec une série de sept matches consécutifs sans le moindre succès, dont quatre défaites. Heureusement pour elle, l'USCL s'est reprise en décembre avec deux belles victoires à domicile et un bon match nul à Nîmes (3-3). Aujourd'hui, difficile de dire quelles peuvent être les ambitions de Créteil pour la fin de saison. Le potentiel est là, mais l'écart de huit points avec le podium, aussi. Toujours engagés en Coupe de France, les hommes de Jean-Luc Vasseur auront un mois de janvier chargé et devraient être assez rapidement fixés sur ce qui sera encore réalisable et ce qui ne le sera plus.

Partager cet article

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article

commentaires