Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 20:05

Après une première partie de saison particulièrement catastrophique sur le plan offensif et comptable, les Ciel et Blanc de l'Aviron, lanterne rouge à la trêve, sont condamnés au miracle lors de la phase retour.

Orléans, un retard à combler (11ème, 25 points, deux matches de moins)

Après un début de saison en demi-teinte, Orléans avait rayé le mot défaite de son vocabulaire depuis le 30 septembre et semblait bien parti pour revenir au contact des équipes de tête. Pourtant, le 2 décembre, le leader niortais est venu donner une vraie leçon à l'USO, sur sa pelouse (1-5). Un énorme coup de massue par les hommes de Yann Lachuer, d'autant que ces dernier ont vu leurs deux rencontres suivantes reportées du fait des intempéries. Il y a donc comme un goût d'inachevé au sein du club du Loiret, qui s'il venait à gagner ses deux matches en retard, reviendrait à deux petites longueurs. Resterait alors le problème de l'efficacité offensive à régler (18ème attaque du championnat) afin de jouer le podium au printemps prochain.

Paris FC, une trêve qui tombe à pic (12ème, 24 points)

Drôle de début de saison au Paris FC. Après un mois de septembre calamiteux et une série de cinq défaites consécutives, les hommes d'Alain Mboma sur le banc semblaient compter. Et puis, d'un coup d'un seul, les Franciliens ont relevé la tête pour enchaîner quatre victoires et deux matches nuls lors des six journées suivantes. Suffisant pour retrouver espoir et ambition. Seulement, sitôt le mois de décembre commencé, le club de la capital a complètement lâché prise. Résultat : trois défaites de rang en championnat et une élimination de la Coupe de France par Boulogne-sur-Mer, à domicile (0-3), le tout sans marquer le moindre but. Autrement dit, le Paris FC devra d'abord penser à assurer son maintien cette saison.

Le Poiré-sur-Vie, sept journées d'hiver avant le printemps (13ème, 24 points)

Avec un bilan de cinq défaites et deux matches nuls lors des sept premières journées, Le Poiré-sur-Vie semblait avoir l'étiquette d'un promu qui allait faire l'ascenseur cette saison. Et puis, le 20 septembre dernier, la victoire face à Quevilly a tout changé. Les Vendéens ont alors enchaîné une superbe série de sept succès en neuf journées, pour pointer en première partie de tableau. Mais, visiblement émoussés par une telle débauche d'énergie, les hommes d'Oswald Tanchot ont mal fini l'année 2011 avec deux défaites, au Red Star puis à domicile face à Nîmes (0-3). Néanmoins, l'heure est à l'optimisme au Poiré-sur-Vie où le maintien semble aujourd'hui plus qu'envisageable.

Beauvais, un outsider à la peine (14ème, 22 points, un match de moins)

Malgré une revue d'effectif assez importante l'été dernier, Beauvais était considéré par plus d'un observateur comme un sérieux outsider dans la course au podium cette saison. Pourtant, à mi-parcours, l'ASBO est à la peine. Avec 22 points au compteur et un match de moins, le club de l'Oise affiche un bilan moyen, insuffisant pour jouer les premiers rôles actuellement. Néanmoins, depuis la mi-octobre, les hommes d'Alexandre Clément semblent plus sûrs de leur force puisqu'ils n'ont plus connu la défaite. Et même dans l'adversité, comme mardi dernier face au leader niortais, ils parviennent à fournir les efforts nécessaires pour s'en sortir. De bon augure pour la suite.

Martigues, deux bons mois, et puis plus rien (15ème, 21 points)

Après deux mois de compétition, Martigues, en qualité de promu, semblait clairement avoir trouvé ses marques dans ce championnat de National, avec pas moins de cinq victoires à la clé. Seulement, dans la foulée, les Provençaux ont connu une véritable panne sèche. En effet, ces derniers restent sur une série en cours de neuf matches consécutifs sans le moindre succès, dont cinq défaites. Les hommes de Jérôme Erceau ont d'ailleurs connu une fin d'année noire avec quatre revers de rang, dont les trois derniers sans marquer le moindre but. Et si le FCM n'est pas encore relégable, il le doit en très grande partie à son bon début de saison. Le danger étant proche, une réaction est vivement attendue et ce dès le mois de janvier.

Luzenac, la bataille s'annonce serrée (16ème, 20 points, un match de moins)

Souvent surnommé "le miracle du National" lors de chaque début de saison, Luzenac parvient à chaque fois à tirer son épingle du jeu pour s'en sortir. Mais une fois encore, la deuxième partie de saison s'annonce stressante pour le club de l'Ariège, qui compte actuellement un petit point d'avance sur le premier relégable, alors que les deux équipes auront encore un match en retard à disputer, l'un contre l'autre. Ça promet. En 2012, l'USL, si elle veut s'en sortir, devra faire preuve de davantage de régularité. Pour exemple, lors de leurs deux dernières sorties, les Ariégeois ont été capables de perdre 3 à 0 à domicile face à Nîmes avant d'aller s'imposer sur le même score à Martigues deux semaines plus tard. Vous avez dit bizarre?

Cherbourg, la descente aux Enfers (17ème, 19 points, un match de moins)

Repêché assez tardivement en National, Cherbourg, avec des moyens et un effectif limités, avait réussi l'exploit de démarrer la saison de fort belle manière, avec deux premiers mois de très bonne facture. Le problème, c'est que le trois derniers mois ont été tout l'inverse, avec aucune victoire à signaler depuis le... 30 septembre dernier! Décembre a été la parfaite illustration de cette descente aux Enfers, avec une grosse claque reçue au GFCO Ajaccio (5-0), puis une nouvelle défaite non moins inquiétante, à domicile face à Colmar. Pour l'heure, les écarts sont infimes et les Cherbourgeois peuvent encore inverser la tendance, en commençant par gagner leur match en retard à Luzenac. Ensuite, il faudra enchaîner, pour continuer d'espérer.

Red Star, parfois, partager à du bon (18ème, 18 points)

Zéro. Comme le nombre de match nul à déclarer par le Red Star depuis le début de saison. Avec 6 victoires contre -déjà- 13 défaites, le club audonien pointe logiquement en 18ème position à l'issue de la phase aller. Et encore, cela aurait pu être bien pire si la formation du 93 n'avait pas relevé la tête pour signer trois succès lors des cinq dernières journées de 2011. Le principal regret sera certainement d'avoir perd à sept reprises à domicile, et aussi d'avoir perdu pas moins de sept fois par un but d'écart, là où le match nul semblait possible. Et avec sept points de plus, le Red Star ne serait pas relégable... Bref, un nouvel entraîneur est attendu pour la reprise, avec l'objectif de briller face à l'OM en Coupe de France avant de sortir la tête de l'eau en championnat. Sacré programme.

Besançon, très mauvais élève à l'extérieur (19ème, 16 points, un match de moins)

A l'image de Cherbourg et du Red Star, Besançon fait parties des promus en difficulté à l'issue de la phase aller du championnat de National. Le BRC a dû attendre la huitième journée avant de goûter à sa première victoire de la saison. De plus, il éprouve les pires difficultés à prendre des points en déplacement, avec un seul petit succès hors ses terres à mi-parcours. Bien trop peu pour espérer un maintien confortable. Néanmoins, les Bisontins ont remporté leurs deux derniers matches de l'année, à Bayonne, puis face à Fréjus Saint-Raphaël, et ils pourraient sortir de la zone rouge en cas de victoire sur Orléans en match en retard. Tout n'est donc pas à jeter, loin s'en faut, même si le club du Doubs aura à coup sûr du pain sur la planche pour sauver sa peau cette saison.

Bayonne, un miracle sinon rien (20ème, 13 points, un match de moins)

Avec treize points à une journée de la phase des matches aller, Bayonne semble d'ores et déjà condamné à évoluer en CFA la saison prochaine. En effet, pour se maintenir, l'Aviron devrait prendre au moins deux fois plus de points en 2012, ce qui semble pour l'heure compliqué voire impossible. Pourtant, les Bayonnais sont capables de jolis coups d'éclat, comme face à Nîmes ou encore Epinal. Mais avec un total de trois victoires et douze petits buts marqués, les hommes d'Alain Pochat sont loin, très loin du compte. Leur match en retard face à Orléans sera à n'en pas douter déjà très important, voire capital, pour entretenir la flamme.

Partager cet article

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article

commentaires