Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

12 août 2009 3 12 /08 /août /2009 17:49

  Rouen découpe Bayonne

Il l'avait annoncé dès dimanche, « pour que ce nul à Amiens soit une belle affaire, il faut absolument l'emporter contre Bayonne à domicile. » En bon capitaine, William Louiron avait donné de la voix en début de semaine pour rappeler le groupe rouennais à ses obligations. Hier, il a joint le geste à la parole puisque c'est lui qui a mis le FC Rouen sur la voie de son premier succès de la saison en reprenant victorieusement de la tête un coup-franc de Jouan au quart d'heure de jeu (1-0, 15e). Tout un symbole. Le début du festival aussi. Pour les retrouvailles du stade Diochon avec le National, les Rouennais se sont en effet offert un large succès devant Bayonne (4-0). Logique tant les protégés d'Eric Garcin ont été supérieurs aux Basques, flatteur un peu aussi par son ampleur car les Bayonnais ont également eu de nombreuses occasions de profiter des largesses défensives affichées par moments par un FCR un peu trop confiant.

Intraîtables défensivement vendredi dernier, les Haut-Normands l'ont en effet beaucoup moins été hier même s'ils terminent à nouveau la rencontre sans avoir encaissé le moindre but. Heureusement pour eux, et pour le spectacle, ce qu'ils ont perdu en assurance derrière entre la première journée et ce deuxième rendez-vous, les Rouennais l'ont gagné en précision devant. Résultat, quatre buts et, surtout, une animation offensive bien plus fluide que quatre jours auparavant.

A la base de celle-ci, une nouvelle fois, un excellent duo Badra-Ngosso qui, tant à la récupération du ballon que dans la première relance, a réalisé une prestation haut de gamme. Celles de Mathias Jouan et Jean-Marie David l'ont été tout autant. En plus de marquer le deuxième but dans un angle fermé sur une passe de Farsanne (2-0, 27e) et le quatrième sur une passe de Mayulu (4-0, 93e), l'ancien Gueugnonnais a fait étalage d'une intelligence de jeu rare et d'une finesse technique qui a offert bien des solutions à ses coéquipiers. Déjà essentiel.
Tout comme le pied gauche de Mathias Jouan. L'ancien Quevillais est en effet à l'origine des trois premières réalisations haut-normandes. En servant d'abord Louiron sur coup-franc pour l'ouverture du score (1-0, 15e), en ouvrant ensuite vers Farsanne, passeur décisif pour David, d'une transversale lumineuse sur le deuxième (2-0, 27e), en centrant enfin vers Burel dont la déviation trouvait Farsanne qui clôturait la marque du droit (3-0, 46e). Décisif.

Trop imprécis pour se créer de véritables occasions franches vendredi dernier, les Rouennais ont rectifié le tir hier pour s'en offrir, cette fois, de nombreuses. La plupart au terme d'actions construites parfaitement. Jouan de volée (12e), Ngosso dont la frappe à bout portant était sortie miraculeusement par Duhour (14e), David d'un lob astucieux de 40 mètres (35e) ou Mayulu parti dans un raid solitaire juste après son entrée (76e) ont manqué de peu d'aggraver la marque. Cela aurait été injuste car, à défaut de faire véritablement peur à des Rouennais qui ont eu le bonheur de mener rapidement au score, les Basques ont eu, eux aussi, de nombreuses occasions de buts. Déjà convaincant à Amiens, Jean-François Verger s'est chargé de les écarter avec fermeté. Il a d'abord repoussé le tir d'Abdel Boutadjine (20e), celui de Lacroix (50e) et enfin le coup-franc de Soubervie (58e). Laurent par deux fois (39e et 43e) puis Farid Boutadjine (82e) manquaient eux l'impossible seuls devant la cage. Avec un peu de chance et beaucoup de talent, le FCR a en tout cas parfaitement mené sa première sortie de la saison à domicile. Très prometteur.

Réactions

Eric Garcin (entraîneur de Rouen) : « On a abordé le match comme il faut, avec l'envie de confirmer ce qu'on a réussi à Amiens. Si derrière un nul à Amiens on n'avait pas concrétisé par une victoire, cela n'aurait servi à rien. On a fait ce qu'il fallait. Les gars ont été très rigoureux et on a eu la finition qui nous avait manquée en Picardie. C'est bien mais maintenant il faut continuer et ne pas s'enflammer. On n'a joué que deux matches. »

Alain Pochat (entraîneur de Bayonne) : « Nous avons fait le jeu de Rouen. C'est une équipe qui défend plutôt bien et qui a bien joué les coups. Cependant, nous l'avons mise sur les rails. Nous avons été laxistes au marquage et sur les coups de pied arrêtés. Après, Rouen a bien joué le coup sur les contres… Le score est quand même lourd car nous avons eu des occasions. Nous aurions pu réduire le score et ainsi maintenir la pression. Nous n'avons manifesté ni efficacité défensive, ni efficacité offensive. Nous avons offert beaucoup de cadeaux à Rouen qui a ainsi pu dérouler. Je n'ai pas vu tant de jeu que ça de la part de cette équipe, pas tant d'actions construites que ça. Nous n'avons jamais attrapé le tournis dans le jeu. »

Emmanuel Degoul (remplaçant de Bayonne) : « Nous n'avons pas su répondre physiquement d'entrée. Nous nous sommes fait bouger et en National, ça ne pardonne pas même devant une équipe qui vient de monter de CFA. Avoir fait le voyage en bus, c'est peut-être une petite cause de notre comportement mais il n'y a pas que ça. Nous avons fait de petites erreurs de placement et de passes. Nous avons trop laissé Rouen jouer. On s'attendait à ce que ça soit chaud ici, avec beaucoup de public. Rouen est une équipe bien en place. Ceci dit, la saison passée, nous avons affronté de plus grosses équipes. » 

Partager cet article

Repost0

commentaires