Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 11:10

Stéphane Ladoucette est au service des sportifs en général, des footeux de l'Aviron en particulier.

Aujourd'hui que les rythmes d'entraînement ont beaucoup augmenté, même à des niveaux de pratique peu élevés, le kiné est devenu un personnage central d'une équipe ... au même titre que les joueurs ou les entraineurs. Tous les petits bobos et parfois les plus gros, passent entre ses mains expertes. Stéphane Ladoucette est un de ces magiciens qui tente de faire des miracles au CERS de Capbreton et à l'Aviron Bayonnais.

Stéphane, où exercez-vous en ce moment ?
Je suis kiné au CERS de Capbreton depuis un an et demi et en parallèle je m'occupe de l'Aviron Bayonnais Football Club. J'ai toujours travaillé avec des sportifs, depuis l'époque où j'étais étudiant à Bordeaux. Je me suis occupé de Bègles Rugby pendant trois ans. J'étais dans un cabinet, associé, mais certains problèmes internes ont fait que j'ai décidé d’intégrer le CERS. Avec Alain Pochat, on a trouvé un système pour prendre les joueurs de l'Aviron en charge en dehors de mes horaires.
Vous vous êtes toujours investi dans le sport !
Quand je suis revenu à Bayonne, pendant deux ans, j'ai été le kiné de l'Equipe de France cadet de basket et en parallèle, je m'occupais de la JA Biarritz. C'est Xavier Legaz, que j'avais comme patient, qui m'avait sollicité. J'y suis resté trois ans. Ensuite, mon ami Manu Ospital, avec qui j'étais étudiant à Bordeaux, m'a introduit auprès de l'Aviron Bayonnais Football Club.
Depuis que vous êtes au CERS, on vous voit moins autour des terrains, une lassitude ?
Cette année, j'ai pris un peu de recul car mes horaires au CERS sont assez prenants, alors on a mis en place une structure de permanence de 17h30 jusqu'à la fin des soins au sein du club. Et pour moi, ça engendre moins de terrain sauf en cas de force majeure. La prise en charge d'un club sportif, c'est beaucoup de sacrifices par rapport à la vie familiale. Depuis que je suis arrivé au club, ça a évolué, on y passe beaucoup plus de temps en structurant ce centre médical. On est quatre kinés, maintenant, je suis plus dans l’ostéopathie.
Quels sont vos meilleurs ou plus mauvais souvenirs dans les différentes étapes de vos passages dans ces structures sportives ?
Je pense qu'on ne retient que les bons souvenirs. De mon passage à la JA Biarritz, bien sûr l'épopée en Coupe de France. On est parti en bus jusqu'à Plabennec (11 heures) pour le 32ème de finale, avec un super groupe qui s'entendait très bien. C'était très sympathique. Je garderais un souvenir inébranlable de ma première année à l'Aviron. On est monté de CFA en National et on a fait un 8ème de finale de la Coupe au Parc des Princes contre le PSG. Puis encore l'année suivante, un autre 32ème à Jean Dauger contre Lyon. Avec les basketteurs, j'ai fait deux bons déplacements à Rome puis à Madrid.
Et au CERS, vous voyez passer pas mal de sportifs d'un autre niveau ?
Oui, pas mal au niveau foot et rugby. Il est vrai que c'est agréable de soigner des sportifs de la renommée de Yohan Gourcuff, Momo Cissoko ou Jimmy Briand, qui sont vraiment loin de l'image du football business. C'est une expérience des plus enrichissantes.
Jacky Grimaud - www.foot64.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans La vie du club
commenter cet article

commentaires