Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

22 avril 2011 5 22 /04 /avril /2011 12:12

Le patro centenaire est fidèle au ballon rond

 Le tournoi de l'an dernier a été particulièrement réussi. PHOTO DR

Organisé par la Jeanne d'Arc de Biarritz, le tournoi international Lissardy verra, ce week-end, sa vingt-cinquième édition. Il connaît, ces dernières années, un regain de succès.

C'était il y a 26 ans. Danielle Lissardy qui avait été la marraine et, plus encore, la principale actrice, l'âme de l'école de football de la Jeanne d'Arc, décédait accidentellement devant le Plaza-Berri. Aussitôt connue, la nouvelle ébranle le vieux patronage. Coïncidence : à cette même époque, Jean Lesmere, un militaire à la retraite qui a été, au cours de sa carrière, arbitre de football et membre de plusieurs clubs, en France comme en Afrique, décide de se mettre au service de la Jeanne d'Arc. Il propose au patro d'organiser un tournoi international pour les jeunes, en mettant à profit son carnet d'adresses, ses relations avec les clubs espagnols ou anglais. C'est ainsi qu'est né le tournoi Lissardy qui porte, tout naturellement, le nom de celle qui avait tant soutenu l'école de foot.

700 joueurs

Sa vingt-cinquième édition se disputera samedi et dimanche. Elle verra s'affronter à l'hippodrome des Fleurs, 700 joueurs de 10 à 13 ans, répartis dans quarante-huit équipes. Des équipes venues de Paris, de la région toulousaine, du grand Sud-Ouest, d'Ixelles, en Belgique, et Cascais, au Portugal, villes jumelées avec Biarritz, et de Saint-Sébastien. Et c'est toute la JAB, y compris les autres équipes de jeunes, qui est mobilisée pour l'organisation de cet événement. (1)

Président de la section football de la Jeanne d'Arc, Xavier Legaz a été deux fois entraîneur : en 1974, puis dans les années 90. Il connaît par cœur l'histoire de la Jeanne d'Arc et du tournoi Lissardy. « Depuis l'origine, le tournoi a dû s'adapter chaque année. Il a suivi l'évolution de la JAB, qui a connu des années fortes, moins fortes, et d'autres maigres. En 2001, durant les travaux entrepris à l'hippodrome des Fleurs, le tournoi était menacé de disparaître. Grâce à l'aide du Biarritz Olympique et de la mairie, on a pu continuer à le monter, mais uniquement avec des clubs locaux. En 2002, nous avons été gênés par le mauvais temps. Et en 2003, le tournoi a pu reprendre son rythme de croisière. »

De l'avis général, le tournoi de l'an dernier est apparu comme le plus passionnant et passionné depuis la naissance de l'événement : la forte chaleur, un public venu en nombre et manifestant bruyamment ses encouragements, la présence (déjà) de quarante-huit équipes, et la valeur très égale de toutes ces équipes ont créé les conditions du succès. Mais chaque année révèle ses surprises. « Cette année, note Xavier Legaz, nous avons eu du mal à trouver une bonne date, car le calendrier sportif fédéral est très chargé. Il ne restait de disponible que ce week-end de Pâques où beaucoup de familles choisissent de se déplacer, notamment en Espagne. » Conséquence : deux clubs espagnols seulement, au lieu de quatre ou cinq, participeront au tournoi.

L'attrait du bouclier

Fort heureusement, les clubs français se sont, eux, bousculés pour participer. « Sur 27 clubs français inscrits au tournoi, il y en 15 de nouveaux », précise Olivier Burosse, qui travaille au secrétariat de la Jeanne d'Arc. Il attribue ce succès à l'attrait d'une compétition dont le vainqueur gagne une coupe, mais aussi un bouclier, sorte de Brennus pour ballon rond, remis en jeu chaque année.

L'an dernier, c'est l'AS Tarnos, révélation du tournoi, qui avait été vainqueur chez les plus grands (U 13), s'imposant devant le club de Indautxu, à Bilbao. Chez les plus jeunes (U 11) le club Antiguoko, de Saint-Sébastien, l'avait emporté. L'intérêt de ces deux journées tient aussi aux animations et aux défilés très colorés qui les ponctuent. Notamment le deuxième jour, avant les phases finales, où chaque équipe se présente à sa façon, en chantant, en dansant, ou en interprétant un sketch. La remise des récompenses devrait être aussi, un moment festif. Dimitri Yachvili (dont le fils, Lucas, participera, le 30 avril, au tournoi des plus petits) a promis d'y assister, tout comme Robert Rabagny, alias Géronimo, la « mascotte » du BO.

(1) Depuis l'an dernier, les plus petits, 7, 8 et 9 ans, font l'objet d'un tournoi à part, prévu le 30 avril.

Partager cet article

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Pays Basque - terre de football
commenter cet article

commentaires