Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 23:53

Opération commando face à Bayonne

Christophe Pelissier va devoir trouver les mots./Photo DDM. Florent Raoul.

Christophe Pélissier, l'entraîneur ariégeois, va devoir trouver les mots

Luzenac dans l'obligation de récolter ses premiers points samedi. Trois défaites en trois matchs, l'US Luzenac a raté son début de championnat. Si la confiance est ébranlée, les Ariégeois se disent prêts à relever le défi. Dès samedi.

4-0, la gifle reçue par les Ariégeois à Niort fera date. En deux ans de National, c'est le plus lourd revers concédé par les hommes de Christophe Pelissier. En 2009-2010, l'USL avait « pris » deux fois 3-0 (à Fréjus et à Créteil). L'an dernier, les plus grosses défaites ont été concédées à Guingamp (4-1) puis à Paul-Fédou face à une impressionnante formation bastiaise (5-1). Depuis le début de la saison, Luzenac pioche. La défaite « encourageante » concédée au Paris FC a grippé la machine. Les matches amicaux avaient fait naître de gros espoirs. Face à Épinal puis à Niort, les « rouge et bleu » ont fait preuve d'une fébrilité qu'on ne leur connaissait pas. La preuve, neuf buts encaissés en trois matches, c'est incompréhensible pour l'une des meilleures défenses de National ces deux dernières saisons. « Tant qu'on ne sera pas costaud défensivement on ne pourra pas espérer faire un résultat où que ce soit. Ce manque de solidité défensive nous pénalise. On n'est tout simplement pas au niveau du National aujourd'hui. » Christophe Pelissier avait la tête des mauvais soirs. En deux ans, Luzenac n'avait jamais été relégable. Ce matin, l'USL pointe tout en bas du championnat. Les Ariégeois n'en ont pas l'habitude. Comment vont-ils réagir à cette situation ? Leur avenir en dépend.

«Comptablement, il n'y a pas le feu»

S 'il ne masque pas son inquiétude, Sébastien Mignotte, en bon capitaine, parie sur une rapide réaction de son groupe. « On est clairement en manque de confiance. Il nous faut très rapidement inverser cette tendance négative. Comptablement, il n'y a pas le feu. On a une équipe jeune qui doit progresser mentalement. Nous, aussi, les cadres, on doit en faire plus. » Pour la figure emblématique du club, « il ne faut pas paniquer. » Et il a vu des signes positifs. « On ne doit pas rejeter la faute sur le copain. On doit travailler et combler nos manques. Avant le match de Niort, j'ai senti tout le groupe concerné. » Avant d'aller à Orléans puis de recevoir Quevilly, la réception (samedi à 18 heures) de Bayonne ne sera pas à rater. Et Sébastien Mignotte en appelle à la révolte. « On doit arrêter l'hémorragie le plus vite possible et faire un match sans prendre de but. Le jeu, on verra plus tard. Là, le plus important, c'est de prendre des points pour se rassurer. Il nous faut un déclic. Face à Bayonne, ce doit être une opération commando. » Les trois points à tout prix. Beaucoup de monde à tôt-fait de renvoyer, déjà, les Luzenaciens à l'étage inférieur. Au bout de trois matches ! Trois défaites ont ébranlé la confiance emmagasinée. L'USL a-t-elle cru que le maintien serait « facile » ? Peut-être même si Christophe Pelissier a toujours répété à l'envi l'exigence du National. Avant Niort, le coach n'était pas alarmiste. « C'est un groupe qui a de la qualité. À lui de se débloquer. » Le plus tôt sera le mieux.

Lionel Lasserre - La Dépêche du Midi (Lundi 22 Août)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article

commentaires