Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 11:59

L'exploit de l'Aviron


Sans bling-bling, ni strass et paillettes, ni déplacement en jet privé, les hommes d’Alain Pochat ont réalisé un authentique exploit. Et quel exploit ! Celui de se qualifier pour les 1/32èmes de finale de la Coupe de France en s’imposant sur le terrain de l’équipe professionnelle du Nîmes Olympique sur le score de 1 à 0.

Mais il en aura fallu du courage, de la solidarité et de la générosité pour franchir ce fameux palier du 8ème tour, incontestablement le plus difficile, tant de nombreuses équipes s’y sont cassées les dents.

Il est des matchs qui font date dans la carrière d’un joueur, des soirées de football qui marquent les esprits. Celui-là en fait partie.

 

De ce 8ème tour de Coupe de France, on retiendra que le tirage avait été peu clément au départ avec les Bayonnais. En effet, Dame Coupe avait donné rendez-vous aux Basques au Stade des Costières de Nîmes, à 600 kilomètres de leurs bases, un samedi 13 décembre, dans un froid glacial et pratiquement dans l’anonymat général. Une épreuve difficile à surmonter. Mais la magie de la Coupe de France a une nouvelle fois opéré et les Bayonnais en sont sortis vainqueurs, encore une fois serait-on tenté de dire.

De ce 8ème tour , on retiendra surtout ce penalty transformé à la 3ème minute par Sylvain Heckly suite à une action de jeu où Romain Choplin intercepte une passe en retrait trop courte du défenseur nîmois vers son gardien, lequel fauche dans la surface l’excellent milieu bayonnais. Voilà l’unique but de la rencontre qui envoie les Ciel et Blanc en 1/32ème de finale de la Coupe de France.

 

Ensuite, ce fut quasiment de l’attaque-défense pendant toute la 1ère mi-temps. Supérieurs techniquement et physiquement, les Nîmois monopolisent le ballon. Les renversements de jeu sont fréquents, les appels de balle incessants et les mouvements continus des attaquants gardois donnent le tournis à la défense bayonnaise qui pare au plus pressé.

Et lorsque les Ciel et Blanc récupèrent le ballon, ils éprouvent les pires difficultés à le conserver et à relancer proprement. Conséquence de quoi, les vagues nîmoises reviennent très rapidement devant les buts bayonnais. Les incursions gardoises se multiplient, les corners et coups francs aux abords de la surface aussi. Le danger plane constamment, notamment sur tous les coups de pied arrêtés qui sont remarquablement tirés par les crocodiles.


Mais les Bayonnais font preuve d’une solidarité et d’une générosité exemplaire. Du défenseur à l’attaquant, en passant par les milieux, personne ne ménage ses efforts pour tenter de freiner et de repousser les assauts des crocodiles. Sans oublier l’homme du match, le gardien bayonnais J.C Bouet, en état de grâce et qui effectua des arrêts réflexes exceptionnels tout au long de la rencontre.

Sur leur 2ème occasion de la 1ère période, les bayonnais auraient même pu aggraver le score à la dernière seconde de la 1ère mi-temps si la frappe du gauche de Rémi Amieux ne s’était pas littéralement fracassée sur le poteau.

 

La 2ème mi-temps allait ressembler sensiblement à la 1ère. Les Nîmois continuaient de presser mais se heurtaient au rempart infranchissable basque. A cela s’ajoutait également la maladresse et l’imprécision de leurs attaquants. Les corners et coups francs nîmois firent toujours passer de grosses sueurs froides à l’arrière garde bayonnaise en difficulté dans les duels. La possession de balle est toujours nettement à l’avantage des crocodiles mais leur domination est stérile. Mieux même, leur jeu devient moins bien organisé, moins fluide sans parler du manque de réalisme offensif. Les minutes défilent mais le score est toujours inchangé depuis la 3ème minute. Les bayonnais ont bien eu quelques belles situations de contre à négocier en 2ème mi-temps mais ils n’ont pas réussi à aller au bout de leurs actions, de crainte peut-être de se faire surprendre dans la foulée. Plus question de prendre le moindre risque. Tous les joueurs bayonnais s’emploient à conserver ce maigre avantage.

 

Alors que l’on se dirige vers la fin du match, le public nîmois résigné, commence à quitter l’enceinte du stade. Pourtant, jusqu’à la dernière seconde, et ce dernier coup franc aux abords de la surface basque, les crocodiles nîmois feront trembler le 11 bayonnais. Mais après 90 minutes héroïques, M. Bien, l’arbitre de la rencontre, délivre les Bayonnais qui viennent de créer la sensation face à l’équipe type, rappelons-le, du Nîmes Olympique. Telle est la noblesse et la dramaturgie de cette compétition unique en son genre. A voir la réaction de l’équipe bayonnaise au coup de sifflet final, là pourrait être la définition du bonheur, un bonheur simple.


En difficulté en championnat, le Nîmes Olympique qui ne pouvait se permettre une énième humiliation à domicile, s’enfonce un peu plus dans la crise, et les larmes des crocodiles coulent à flots.
L'entraîneur a d'ailleurs été démis de ses fonctions depuis. La défaite de trop.

Côté bayonnais, c’est Noël avant l’heure. Une juste récompense pour tous les efforts et sacrifices accomplis par les Ciel et Blanc après une intersaison mouvementée. On y verra là aussi comme un signe du destin ...

Il ne reste plus qu’à attendre le verdict du tirage au sort des 1/32ème de finale qui se disputeront le week-end du 3/4 janvier 2009. L’Aviron Bayonnais est désormais le dernier représentant aquitain en compagnie des Girondins de Bordeaux.

Source photos 1-3-5: Fabien Jaquet

Repost 0
14 décembre 2008 7 14 /12 /décembre /2008 15:30


HEROÏQUES

Un penalty transformé par Heckly en tout début de match envoie les Bayonnais en 32e de finale.
Bayonne a réussi un joli exploit, hier soir, en venant arracher sa qualification pour les 32e de finale sur la pelouse de Nîmes, lanterne rouge de L2, toujours à la recherche d'un premier succès aux Costières cette saison.
Même dans leurs plus beaux rêves, les Bayonnais n'avaient certainement pas imaginé ce cadeau offert par Zarabi dès la troisième minute : une passe en retrait trop courte que Choplin subtilisait avant de se faire déséquilibrer dans la surface par Puydebois. En tirant sur la gauche du gardien nîmois, Heckly transformait le penalty et mettait les siens sur les bons rails (0-1, 3e).Un temps désemparé, Nîmes retrouvait ses esprits et jusqu'à la pause, monopolisait le ballon. Les actions se multipliaient mais elles n'étaient pas assez tranchantes, la faute à de mauvais choix et de l'imprécision dans le dernier geste, pour vraiment inquiéter Bouet.

Dominés

Le gardien basque devait quand même claquer une frappe de Bayod et détourner en corner (5 concédés dans le premier acte) un coup franc du même homme (7e et 30e). Il y avait eu aussi deux tentatives de Collorédo, une tête au-dessus de la transversale et un tir en pivot renvoyé par Estrade. Bayonne, qui n'arrivait pas à lâcher ses contres et perdait presque systématiquement tous les ballons de relance, héritait juste avant le repos d'une occasion en or, une frappe du gauche d'Amieux, côté gauche, qui se fracassait sur le poteau de Puydebois (45e).

Défi physique

Dès la reprise, Bouet entamait son festival lui qui renvoyait des poings un coup franc excentré de Bayod (47e) et, surtout, grâce à deux arrêts réflexe, sortait sur sa ligne deux têtes de Mostefa à la réception d'un corner de Bayod (53e et 59e). De façon désorganisée, en tout cas trop stéréotypée, Nîmes poussait mais sans parvenir à prendre à revers la meilleure défense du National qui, jusqu'au bout, restait parfaitement en place et solidaire comme quatre. Dans les impacts physiques, les petits gabarits de Bayonne n'étaient pas à la fête et ils souffraient notamment sur les coups de pied arrêtés. Mais la domination gardoise devenait de plus en plus stérile et inoffensive. Bouet renvoyait un dernier corner d'Ech-Chergui (89e), le 6e de la seconde période, sortait de sa surface pour dégager dans les tribunes dans le temps additionnel et la qualification était définitivement dans la poche des Bayonnais. Elle y était entrée dès la 3e minute.

Thierry Albenque

Sud-Ouest (Dimanche 14 Décembre)

Repost 0
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 15:43

Dans la fosse aux crocos

Samedi 13 Décembre - 19h30

Stade des Costières

Nîmes – Bayonne. Voilà deux villes bien connues de l’hexagone pour leur tradition taurine. Mais la comparaison ne s’arrête pas là entre ces deux cités méridionales. Malgré des identités bien différentes sur le plan culturel et géographique, les deux villes ont plusieurs points en commun. Reconnues pour la douceur de vivre qui les caractérisent, leurs fêtes ou férias, leur riche patrimoine historique avec leur vieille ville et leurs arènes bien entendu, elles sont également réputées sur le plan sportif pour leur équipe de football. 

Ce samedi, point de corridas et de taureaux à l’horizon. Mais des crocodiles, l’emblème de la ville. En effet, le sort de la Coupe de France a décidé que les 2 clubs, le Nîmes Olympique et l’Aviron Bayonnais, allaient se rencontrer lors du 8ème tour de la Coupe de France dans la magnifique enceinte du Stade des Costières. Une affiche alléchante entre un club de Ligue 2 et un de National, mais dont se seraient vraisemblablement passé les 2 formations, à un tour de l’entrée en lice des clubs de Ligue 1 et en vue des prochaines échéances importantes en championnat.
Les Bayonnais ne partent pas pour autant en terrain inconnu. Les Basques et les Gardois s’étaient déjà rencontrés lors des 2 saisons en National (2004/2005 et 2005/2006). Les Ciel et Blanc n’en gardent pas forcément un excellent souvenir dans la mesure où ils ont concédé 3 défaites dont une cinglante (5-1) pour une seule victoire face aux crocodiles nîmois.

Depuis, les choses ont changé, après être repassés par la case CFA, les Bayonnais ont retrouvé cette saison le championnat National tandis que les Nîmois ont enfin accédé cette saison au championnat professionnel de Ligue 2 après plusieurs tentatives ratées.

Malheureusement, l’euphorie de la montée est en train de virer au cauchemar pour les Nîmois. Après 17 journées de championnat, les crocodiles occupent la dernière place du classement avec seulement 1 victoire au compteur et 9 points de retard sur le premier non relégable à 2 matchs de la trêve. A défaut d’être désespérée, la situation des Nîmois devient critique. Dans le duel des mal classés le week-end dernier, les nîmois ont décroché le match nul à Chateauroux entraîné par Chritian Sarramagna (qui a depuis pris ses distances avec le terrain).

Dire que l’Aviron a une bonne chance de l’emporter serait cependant un raccourci trop facile et présomptueux. Car il ne faut pas se le cacher, la tâche sera extrêmement compliquée pour les Bayonnais face à un adversaire supérieur hiérarchiquement, qui plus est sur son terrain. Bien qu’en difficulté, le Nîmes Olympique n’en demeure pas moins une équipe professionnelle de Ligue 2 avec d’excellentes individualités sur le plan offensif à l’image de l’expérimenté Robert Malm, de l’ancien libournais Boubacar Kébé ou encore de Colloredo habitués aux matchs de haut niveau. De plus, les Nîmois restent de grands spécialistes de la Coupe de France et entretiennent une relation privilégiée avec cette compétition. Pour mémoire, il ne faut pas oublier qu’en 1995, les Nîmois furent le premier club de 3ème division à atteindre la finale de la Coupe de France. Et plus récemment, les crocodiles ont atteint à 2 reprises les 1/2 finales de la Coupe en 2002 et 2005. C’est dire …

Contraints au repos forcé en raison des intempéries le week-end dernier, les Bayonnais devront absolument entrer dans le vif du sujet dès le coup d’envoi samedi soir, élever leur niveau de jeu et résoudre leur problème offensif pour espérer décrocher la qualification. Les Bayonnais réussiront-ils l’exploit ? Le Pays Basque y croit.

img89/2292/aupaabne3.gif
img89/2292/aupaabne3.gif

Repost 0
9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 15:09

Vous rêviez d’emprunter la route du Sud et d'aller soutenir vos couleurs. Ce sera le cas samedi 13 décembre, direction le Gard, destination finale : Nîmes, ses arènes et son superbe Stade des Costières. Objectif : décrocher la qualification pour les 1/32ème de finale de la Coupe de France à l’issue de ce 8ème tour. Alors, n’attendez-plus, réservez votre place dès maintenant pour aller encourager les Ciel et Blanc face aux pensionnaires de Ligue 2 : les Crocodiles Nîmois.

img71/7418/logocoupefranceey8.png
Déplacement en mini-bus

Tarifs et réservations

1 personne: 30€ (transport + place de stade comprise)
Adhérent Lapurdum 2004: 20€
(transport + place de stade comprise)

 

Pour réserver :

Acheter la place directement au siège

Téléphoner au 05.59.58.20.19 pour une pré-réservation

 

Rendez-vous :

11h00 au stade Didier Deschamps

Prévoir pique-nique

Retour après le match

Durée du trajet (6h + pause repas)

Pour que l’aventure continue …

Tous derrière les bleus !
img89/2292/aupaabne3.gifimg89/2292/aupaabne3.gif

Repost 0
2 décembre 2008 2 02 /12 /décembre /2008 13:59

Repost 0
26 novembre 2008 3 26 /11 /novembre /2008 12:55

img185/9702/coupedefrance5artjp5.jpg

Ce sera à Nîmes !

Dame Coupe a rendu son verdict et a une nouvelle fois réservé une affiche choc pour les Bayonnais. Les Ciel et Blanc iront défier les crocodiles nîmois, pensionnaires de Ligue 2, dans leur antre, le Stade des Costières. Le tirage aurait pu être beaucoup plus clément en vue des 32ème de finale mais quoi qu’il en soit, cette rencontre permettra une nouvelle fois de mettre en valeur le football bayonnais et sera une juste récompense des efforts accomplis par le groupe Bayonnais depuis le début de saison. Autant dire qu’il s’agit de l’une des 4 plus belles affiches de ce 8ème tour de Coupe de France. Sans complexe, les Ciel et Blanc partiront dans le Gard à la quête d’un exploit afin d’accéder aux 32ème de finale de la Coupe de France. Le match aura lieu le week-end du 13-14 décembre et qui sait, fera peut-être l’objet d’une retransmission télévisée ?  

Repost 0
24 novembre 2008 1 24 /11 /novembre /2008 19:55

L'Aviron Bayonnais passe au bout du suspense

Le derby entre les deux voisins Angloys et Bayonnais a rapidement pris une drôle de tournure hier soir. Après à peine trois minutes de jeu, le Bayonnais Seidou était taclé par derrière à l'entrée de la surface Angloye par Laborde. M. Mussotte, l'arbitre de la rencontre appliquait le règlement à la lettre et expulsait le défenseur angloy (3e). À la suite de ce coup de théâtre, les vingt premières minutes étaient à l'avantage des Bayonnais qui loupaient l'ouverture du score sur une frappe de Seidou bien contrée par le retour de Van Reusel (9e) et sur une parade de Cherreau qui prennait le meilleur sur Poueys (20e). C'est alors que survenait un deuxième coup de théâtre : la sortie énergique du gardien bayonnais Bouet sur Delavier qui était sanctionnée d'un penalty. Mais Bouet se couchait bien sur la frappe de Sabathier et stoppait le tir au but angloy (23e).

La résistance des Genêts

Les Genêts prennaient un second coup derrière la tête mais l'Aviron n'en profitait pas : Poueys écrasait trop sa frappe (33e), El Hajjam (43e) et Estrade (45e) ne cadraient pas les leurs. Au retour des vestiaires, les Bayonnais étaient les plus dangereux. L'Aviron se montrait patient. Poueys butait encore sur Cherreau à bout portant (78e) avant que le gardien angloy ne sorte une énorme claquette sur une frappe puissante d'Elissalt (88e). Les Genêts résistaient et Heckly, pendant la prolongation trouvait le poteau droit de Cherreau (104e). Alors qu'on s'acheminait vers la séance fatale des tirs au but, Poueys se trouvait au bon endroit sur un caviar d'Heckly pour propulser le ballon, d'une tête plongeante, au fond des filets angloys (116e, 0-1). Les Bayonnais se qualifiaient finalement logiquement mais au bout d'un long suspense et face à une courageuse opposition angloye.

Jakes Debounco

Sud-Ouest (Dimanche 23 Novembre)

-------------------------------------------------

img406/9702/4176921zh3.jpgimg221/3199/zeuskalherripr4.pngimg406/9702/4176921zh3.jpg

Vidéo Anglet - Bayonne

France 3 Euskal Herri
Edition du lundi 24 novembre
(A partir de 4min00) 

img71/7418/logocoupefranceey8.png
    
Repost 0
23 novembre 2008 7 23 /11 /novembre /2008 16:12

   

Julien-Poueys.jpg

Avant le coup d’envoi, on savait qu’il y aurait un représentant basque au 8ème tour de la Coupe de France, dernier tour avant l’entrée en lice des clubs de Ligue 1. Ce sera finalement l’Aviron Bayonnais qui s’est qualifié sur le terrain des Genêts d’Anglet grâce à un but de Julien Poueys inscrit à 3 minutes de la fin des prolongations.

Les Bayonnais entrent de plain-pied dans la partie et dominent le début de la rencontre. Alain Pochat avait choisi de laisser sur le banc les deux feu-follet Elissalt et Heckly tandis que Escudé Candau et Rémi Lacroix faisaient leur retour avec l’équipe première, Poueys et Seidou étant alignés sur le front de l’attaque bayonnaise. Le match venait à peine de commencer que le premier événement de la partie survenait dès la 3ème minute de jeu lorsque M. Mussotte, l’arbitre de la rencontre, sanctionnait sévèrement le défenseur angloy Michael Laborde d’un carton rouge direct, pour un tacle par derrière sur l’attaquant bayonnais Fabrice Seidou. Ce dernier qui, dans les minutes qui suivirent, fut à deux doigts d‘ouvrir le score en jouant de sa vivacité et de son flair pour devancer le portier angloy mais fera preuve de maladresse dans le dernier geste alors que les buts vides se présentaient à lui. Réduits à dix, les angloys vont subir le premier 1/4 d’heure de jeu puis relever progressivement la tête. Sur le flanc droit bayonnais, l’entente Lestage-Escudé Candau pose des problèmes à la défense angloye tandis que le flanc gauche à l’inverse, est en grosse difficulté face à la force de percussion de Delavier qui sème la zizanie à chaque action offensive.

simon-elissalt.jpg

Alors que les débats s’équilibraient dans l’entrejeu, intervient le 2ème événement de la partie lorsque M. Mussotte accorde aux angloys un penalty très généreux sur une sortie virile mais correcte du gardien bayonnais J.C. Bouet. Incompréhension totale à nouveau suite à un nouveau coup de sifflet pour le moins ubuesque. Mais au prix d’une belle détente, le gardien bayonnais stoppe le penalty. Le tournant de la rencontre vraisemblablement pour les angloys qui vont être sur la défensive jusqu’à la fin de 1ère mi-temps mais les Bayonnais ne vont pas pour autant parvenir à se montrer dangereux à l’approche des buts.

La 2ème mi-temps allait ressembler à la fin de la 1ère. Les Bayonnais occupaient le camp adverse mais manquaient cruellement d’inspiration, de percussion et de vitesse dans le jeu pour transpercer les deux rideaux défensifs angloys. En infériorité numérique, les locaux se contentaient logiquement de résister et de profiter des approximations du milieu de terrain bayonnais pour engager des contres. L’entrée de l’excellent Simon Elissalt dès le retour de la pause, fit énormément de bien à l’équipe qui s’installait dans un faux rythme faisant le jeu de l’adversaire. En fin de seconde période, Poueys et Elissalt ont bien eu l’occasion d’ouvrir la marque mais butent sur le gardien angloy une nouvelle fois décisif. Heckly touchera le poteau en prolongations. Alors que l’on se dirigeait tout droit vers la séance des tirs au but, le salut est venu d’une tête plongeante de Julien Poueys au bout des prolongations, qui qualifie les Bayonnais pour le 8ème tour de la Coupe de France. Si la qualification reste essentielle dans ce genre de match, il faudra cependant montrer un autre visage à Libourne St Seurin pour prétendre ramener quelques points du derby aquitain.  

Repost 0
22 novembre 2008 6 22 /11 /novembre /2008 12:40

Le Basque de la Coupe

COUPE DE FRANCE 7EME TOUR : ANGLET – BAYONNE

Le vainqueur de ce derby aura la charge de représenter le Pays Basque lors du prochain tour.

Ce soir, vers 20 heures, sauf prolongation du côté du stade d'Anglet Saint-Jean, on connaîtra l'identité du club qui représentera le Pays Basque au 8e tour de Coupe de France.

1) L'Aviron et son expérience peuvent-ils passer à côté ?

Si l'on tient compte de la position actuelle de l'Aviron Bayonnais dans la hiérarchie nationale, les faveurs du pronostic penchent vers eux. Les Bayonnais ont déjà connu une grande épopée en 2003-2004 avec des 8es de finale disputées au Parc des Princes face au Paris SG. Auparavant, Bayonne avait éliminé Niort, Guingamp et Bordeaux. Lors de la saison 2006-2007, les Bayonnais affrontaient l'Olympique Lyonnais à Jean-Dauger et ne s'inclinaient que sur un énième coup franc De Juninho à un quart d'heure de la fin. Bon nombre de joueurs de l'effectif actuel ont connu ces aventures et ne rêvent que d'y revenir. L'Aviron effectue aussi cette saison son troisième exercice en National et acquiert à chaque fois un peu plus d'expérience. Si on prend en compte la douloureuse élimination l'an dernier, au 5e tour face aux Genêts, l'Aviron n'aura pas de mal à trouver la motivation nécessaire pour passer ce cap.

2) Anglet joue-t-il le match de l'année ?

Les Genêts d'Anglet ont, lors de la dernière décennie, quelque fois subi la supériorité du voisin Bayonnais. Mais la tendance s'est soudainement inversée l'an dernier grâce aux trois victoires obtenues sur l'Aviron, que ce soit en championnat (aller et retour) comme en Coupe de France lors du 5e tour. Le club Angloy, qui a obtenu son maintien en CFA assez rapidement, peut donc s'enorgueillir d'avoir vaincu à trois reprises le voisin. On ne va pas parler de match de l'année cette fois-ci mais les Genêts, qui évoluent un cran en dessous cette saison, peuvent encore voir dans ce derby l'occasion de braquer une nouvelle fois les feux de l'actualité vers Choisy.

3) Les derniers résultats plaident pour un équilibrage des forces

L'Aviron Bayonnais reste sur trois défaites de rang en National sans avoir inscrit le moindre but mais avec des prestations convaincantes, comme à Laval. Les Genêts d'Anglet sont, eux, sur trois matches de suite sans défaite et un match nul obtenu à Montluçon la semaine dernière. Entre les difficultés de réalisme offensif Bayonnais et le regain de mental aux Genêts, l'écart entre les deux équipes s'est considérablement réduit. Mais la solidité défensive de l'Aviron cette année pourrait bien faire pencher la balance en faveur des ciel et blanc ce soir, à partir de 18 heures sur le stade de Saint-Jean.

Jakes Debounco

Sud-Ouest (Samedi 22 Novembre)

-------------------------------------------------------------

Comme ils se retrouvent

Ils s'étaient quittés à la faveur de la promotion en division supérieure de l'un. La Coupe de France et son hasardeux tirage au sort les réunissent de nouveau comme pour honorer la tradition. Genêts d'Anglet (CFA) face à l'Aviron Bayonnais FC (National), le football a aussi droit à son derby dans ce Pays Basque nord, terre de rugby. Aujourd'hui (18 h 00) au stade Saint Jean d'Anglet, ce sera la fête du football avec ce qui se fait de mieux de ce côté-ci. Une fête qui sera forcément gâchée pour l'un à la fin des 90 minutes, voire plus. Car principe immuable de la Coupe de France, il doit y avoir un perdant. Angloys, comme Bayonnais espèrent être le gagnant du jour afin de poursuivre l'aventure. Dans deux tours, ce sont les clubs de Ligue 1 qui entreront en lice, de quoi offrir aux Genêts ou à l'Aviron leur affiche de gala de la saison. Les Bayonnais ont encore en mémoire leurs épopées 2 004 et 2 006 lors desquelles les Girondins et Lyon venir à Jean Dauger.

Avant cela, il faut sortir vainqueur de ce derby. Les Genêts ne sont pas au mieux en championnat et leur objectif reste donc ce dernier. Après un excellent début de saison, l'Aviron commence à s'essouffler. Pour eux aussi, l'important demeure le championnat et maintien en fin de saison. Pour les deux clubs, la Coupe de France n'est donc pas un objectif prioritaire. Mais ce 7e tour est particulier car il se dispute entre voisins et la tentation est grande de vouloir l'emporter. Question de suprématie. Alors Genêts et Aviron vont jouer à fond aujourd'hui même si cela doit coûter quelques efforts physiques de plus qui se payeront peut-être en championnat. Le risque en vaut la chandelle.

3 questions à Frédéric Teiletche - Président Genêts Anglet

Quelle a été votre réaction lors du tirage au sort du 7e tour qui vous a attribué l'Aviron ?

C'était une grosse surprise, j'ai même cru que c'était un gag. ça aurait pu être mieux en prenant un club d'une division inférieur, ça aurait pu être pire en allant jouer dans un club de Ligue 2. Ce qui est dommage, c'est qu'il n'y aura plus qu'un club du Pays Basque qualifié pour le prochain tour.

La Coupe de France est-ce un objectif pour des Genêts en difficulté en championnat ?

La Coupe de France n'est pas vraiment un objectif en début d'année car c'est très aléatoire. L'intérêt vient match après match. On se prend au jeu. Mais pour nous l'important est de redresser la tête en championnat CFA. Cependant aujourd'hui c'est un 7e tour de Coupe de France et nous n'allons pas galvauder le match. On va oublier pendant 24h le championnat.

Quel est le favori pour ce derby de Coupe de France ?

J'imagine que ce derby ravi les gens qui aiment le football ici. Il y a une rivalité sportive. Nous ne serons pas favoris mais en Coupe de France il y a des surprises. Nous allons essayer d'en créer une en battant le favori bayonnais.

3 questions à Manu Mérin - Président Aviron Bayonnais

Les Genêts d'Anglet, un bon tirage pour l'Aviron en Coupe de France ?

On aurait pu tomber mieux et éviter le contexte derby. On aurait pu tomber plus mal aussi. Mais c'est vrai qu'Anglet ne nous réussit pas. L'an dernier, nous avions rencontré trois fois les Genêts et ils nous ont battus à trois reprises.

Vous marquez le pas en championnat, comment abordez-vous cette Coupe de France ?

Les blessures et les longs voyages ont commencé à peser sur les organismes. Un petit coup de fatigue, des équipes qui nous attendent, les résultats sont moins bons. La Coupe de France n'est pas un objectif car trop aléatoire. Cependant on ne va pas la sous-estimer. C'est une compétition avec qui on entretient une belle histoire.

Quel est le favori de ce derby ?

La hiérarchie, on la connaît : nous évoluons en Nationale. Notre équipe 2 est en CFA 2. On dispute un championnat qui est nettement supérieur à la CFA. Mais sur un match avec le double effet Coupe de France-derby tout est possible. Eux comme toujours savent nous jouer. J'espère que nous trouverons les ressources pour que la hiérarchie soit respectée.

Marc Dufrêche

Le journal du Pays Basque (Samedi 22 Novembre)

 

Repost 0
21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 20:30

img185/9702/coupedefrance5artjp5.jpgimg374/5139/abfcccnl1.png

Genêts d’Anglet Aviron Bayonnais FC

Samedi 22 Novembre

18h00

Stade Anglet St Jean

img89/2292/aupaabne3.gifimg89/2292/aupaabne3.gif

Pour que l’aventure continue …

Tous derrière les bleus !

Repost 0