Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

20 juillet 2009 1 20 /07 /juillet /2009 09:44

La star, c'est Didier

Didier Deschamps est en stage avec l'OM, mais c'est lui que le public vient voir.
Il s'en défend doucement. Mais à Saint-Jean-de-Luz, c'est Didier Deschamps la star. Il n'y avait qu'à voir l'engouement suscité par sa présence sur la pelouse du stade municipal, hier matin et en fin de journée. L'entraîneur de l'Olympique de Marseille, né à Bayonne il y a presque 41 ans, y a dirigé les premiers entraînements « basques » de son équipe, arrivée dimanche, à l'aéroport du BAB. Les Olympiens sont en stage jusqu'au 25 juillet.

À l'issue de la séance du matin, et encore plus de celle de l'après-midi, une nuée de supportrices et supporteurs l'attendaient de pied ferme. Armés de stylos, d'appareil photos, tous ou presque vêtus de la tunique frappée de l'étoile d'or, ils l'attendaient, lui. Bien sûr la vingtaine de joueurs a aussi eu droit à son petit bain de foule. Mais oui, véritablement, la star, c'est Didier. « Il est champion du monde, quand même. Il est d'ici. Les autres, on les connaît. Deschamps, c'est Deschamps », assure Philippe, fan de l'OM et, aussi, de l'Aviron. « Ils ont presque les mêmes couleurs », souligne le supporteur. Pour l'occasion, la buvette du stade qui accueille d'ordinaire les matchs de l'Arin Luzien était ouverte.

Pas en touriste

Presque gêné donc, le capitaine des Bleus champions du monde en 1998, de cette ferveur autour de sa personne. « C'est vrai qu'il s'est passé quelque chose de grand en 1998. C'est normal que les gens s'en souviennent », avance-t-il. Avant de préciser, tout de go : « L'important, avant tout, c'est le club », assure-t-il. S'il n'est en rien impliqué dans la venue de l'OM au Pays basque (la destination du stage avait été décidée avant sa nomination), il se réjouit d'être ici. « Je suis très content, oui. Nous avons de très bonnes conditions pour travailler. Il fait beau et chaud. Mais toujours moins chaud qu'à la Commanderie, le centre d'entraînement à Marseille. »

Toutefois, pas trop le temps de baguenauder pour « Dédé ». Ainsi, il n'ira pas à Bayonne, sa ville natale. Ou ne veut pas le dire. « Je ne suis pas venu en touriste. Il y a des horaires à respecter, par exemple. J'en suis le garant. Je me consacre uniquement à la partie professionnelle de mon séjour ici. Les gens savent que je suis ici, ils peuvent venir me voir », affirme-t-il. Malgré ce détachement de façade, il avoue tout de même son plaisir d'être revenu au pays. « J'ai revu pas mal de personnes que j'avais perdues de vue. Et ça, ça fait du bien. »


Antoine Tinel (Sud-Ouest – Mardi 21 Juillet)
img139/8452/logosudnx7.png

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Pays Basque - terre de football
commenter cet article
8 juillet 2009 3 08 /07 /juillet /2009 02:18
               Logo           Logo

Il y aura du beau monde cet été sur la Côte Basque. 3 équipes professionnelles du championnat de Ligue 1 ont jeté leur dévolu sur le Pays Basque pour effectuer au mois de juillet leur stage de préparation d’avant saison. Après les Girondins de Bordeaux l’an passé, sacrés Champions de France depuis, ce sont le LOSC, l’AS Nancy Lorraine et l’Olympique de Marseille qui profiteront du calme et de l’air iodé de la Côte Basque pour préparer au mieux la nouvelle saison qui approche.

Actuellement en stage à Anglet, les Lillois termineront leur stage ce vendredi 10 juillet. Leur succédera Nancy du 10 au 19 juillet à Anglet également. Puis, du dimanche 19 juillet au samedi 25 juillet, l’Olympique de Marseille prendra ses quartiers à St Jean de Luz pour leur second stage de préparation.

Après les protégés de Laurent Blanc (Gourcuff, Diawara, Jurietti, Ramé, Fernando, Wendel, Bellion …), voilà une nouvelle occasion de côtoyer de près les futurs acteurs du championnat de Ligue 1.

Rudy Garcia, Rio Mavuba, Michel Bastos, Pierre Alain Frau, Obraniak, De Melo, Pablo Correia, Helder, Hadji, Didier Deschamps, Lucho Gonzales, Mandanda, Ben Arfa, Cheyrou, Niang, Taiwo, etc … pour ne citer qu’eux, seront là.

Enfin, au mois d’août, le mercredi 12 plus précisément, le stade Aguilera à Biarritz sera le cadre d’une rencontre internationale entre l’Equipe de France Espoirs et son homologue polonais, dernier match de préparation avant les Éliminatoires pour l’Euro 2011.

Sans oublier la reprise du championnat National le vendredi 7 août et la rencontre amicale entre l’Aviron Bayonnais FC et l’AS Nancy Lorraine le mercredi 15 juillet à 19h00 au stade Didier Deschamps, vous l’avez compris, le Pays Basque, terre de football, vibrera plus que jamais cet été au rythme du ballon rond.

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Pays Basque - terre de football
commenter cet article
24 juin 2009 3 24 /06 /juin /2009 18:28

Le Real Union monte en Liga Segunda


45 ans après, le Real Union est de retour en deuxième division. Le club d'Irun a battu sans difficulté les banlieusards madrilènes de l'Alcorcon dimanche au Stadium Gal. 3-1 en faveur de l'équipe entraînée par Iñaki Alonso et managée par Lopez Ufarte. Les joueurs du Real Union terminent en beauté une grande saison durant laquelle ils auront briller en championnat et en Coupe d'Espagne. En rejoignant la Real Sociedad en Liga Segunda, le Real Union devient le quatrième club dans la hiérarchie du football basque derrière, l'Athletic Club, Osasuna, la Real Sociedad... devant Alaves et Eibar relégué cette saison en troisième division (Segunda B).

Après un match nul, 0-0, la semaine passée dans la banlieue de Madrid, les irundar étaient en bonne position avant le match retour décisif en bordure de Bidasoa. Poussés par une énorme ferveur populaire, les joueurs du Real Union n'ont mis qu'un petit quart d'heure pour faire la décision face à Alcorcon. Goikoetxea et Eneko Romo marquaient deux buts dans le premier quart d'heure. Juan Dominguez termina le travail en deuxième mi-temps avant que les Madrilènes ne réduisent la marque dans les arrêts de jeu. Mais déjà les 9.000 supporters basques fêtaient les héros du jour.

Au coup de sifflet final, l'entraîneur du Real Union, Iñaki Alonso, est apparu très content, mais surtout libéré de la pression qui s'était accumulée tout au long de la phase finale. Pour lui, la clé de la réussite fut la maturité affichée par son équipe : «ça a été une semaine magique. On voyait que tout aller bien se passer. Les joueurs étaient tranquilles ils se sont bien entraînés pendant toute la semaine montrant beaucoup d'assurance. Et cela s'est vu pendant le match. Les joueurs étaient bien en place, physiquement prêts, content d'être ensemble. Ils sont restés comme ça de la première à la dernière minute. Juste au bon moment pour le match décisif.» Un autre qui voulait rendre hommage était la manager sportive de l'équipe Roberto López Ufarte : «c'est le triomphe d'Irun, de toute une équipe, de tout le travail que nous avons fait pour que tout cela soit possible. Ca n'a pas été simple, c'était un chemin semé d'embûches, mais nous y sommes arrivés et nous sommes très contents».
Le derby déjà dans les têtes

Evoluer en Liga Segunda, cela veut dire évoluer dans l'antichambre de l'un des meilleurs championnats au monde. C'est aussi et surtout rejoindre le prestigieux voisin la Real Sociedad. À peine les Irundar avaient décroché l'accession que bon nombre de supporters commentaient la nouvelle en évoquant le derby de la saison prochaine. Pour chaque Irundar dans lequel sommeille un supporter de la Real Sociedad voir face à face Irun et Donostia sera un vrai bonheur. Mais «au moment du choix, comme le dit Agustin, supporter du Real Union, on va avoir le coeur coupé en deux». Au sein même du club cette future confrontation aura un goût particulier. Comme pour Roberto López Ufarte qui n'est pas seulement le manager sportif d'Irun. Il est aussi le deuxième meilleur buteur de l'histoire de la Real Sociedad. Mais du côté du club, personne pour l'instant ne souhaite évoquer la prochaine saison. L'heure est à la célébration et à la fête.

La San-Martial deux jours avant

La joie a bien évidemment envahi toute la ville d'Irun au coup de sifflet final. La performance des joueurs du Real Union aura été l'occasion d'un lancement officieux de la San Martial, les fêtes de la ville qui débutent ce soir. L'ambiance était déjà très forte avant le coup d'envoi de la rencontre. Le stade Gal situé en bordure de Bidasoa et ses 9.000 places s'est vite avéré trop petit. Beaucoup de supporters avaient donc pris position face à l'écran géant mis en place sur la place San-Juan. D'autre ont préféré l'un des nombreux téléviseurs des bars de la ville tous branchés sur le match. Après l'exploit des leurs, tous les irundar se sont retrouvés au centre-ville pour la plus courte nuit de l'année. Ils avaient toute la journée d'hier pour se reposer avant que ne soit lancé ce soir le marathon de la San martial qui se terminera le premier juillet et dont le sujet principal de discussion sera bien évidemment l'épopée du Real Union.

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Pays Basque - terre de football
commenter cet article
17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 23:26

Tout Irun derriere le Real Union

Au terme d'une saison fantastique qui les a vu éliminer le Real Madrid en Coupe du Roi, le club de football d'Irún n’est plus qu’à 90 minutes de monter en 2ème division. Un événement considérable autour de la baie de Txingudi se prépare. Après avoir terminé champions de leur groupe en championnat, les frontaliers ont dû disputer des matchs de barrage d’accession aller-retour comme l’exige le règlement de la fédération ibérique.

Malgré une entrée en matière délicate avec une défaite, les joueurs basques sont malgré tout restés dans la course. Au tour suivant, les Guipúzcoans sont parvenus à se qualifier contre les catalans de Sabadell et se sont ouvert les portes du dernier tour qualificatif pour l’accession en Segunda. Samedi dernier, les Txuri-Beltz tel qu’on les surnomme, sont allés décrocher le match nul (0-0) à Alcorcón, dans la banlieue de Madrid. La décision se fera dans leur antre du Stadium Gal ce dimanche 21 juin à 18h30 ; les rives de la Bidassoa sont déjà prêtes à s’enflammer à voir la ferveur autour de cette finale. Le Real Union n’est plus qu’à une marche de la montée en 2ème division espagnole. En cas de victoire, le Real Union rejoindrait l’autre club basque, la Real Sociedad de Saint Sébastien ! 

Tout Irun derriere le Real Union

Les portes du paradis
Le Stadium Gal va connaître une autre grande soirée. On se souvient de la folie qui envahit la ville lorsqu'en Coupe du Roi, l'hiver venu, le Real Union élimina le prestigieux Real Madrid. Cette fois, les chaleurs d'été étant là ce sera au moins l'équivalent !
La cité est pavoisée de noir et blanc et le stade affichera « no hay billetes ». Depuis une demi-douzaine d'années, le Real court après une montée qui lui échappe au dernier moment. Dimanche l'exploit est encore plus prêt d'être accompli puisqu'il suffit d'un but marqué aux banlieusards madrilènes d'Alcorcon pour connaître le bonheur. Un adversaire largement à la portée des Irunais s'ils savent calmer leurs nerfs et faire abstraction de toute pression. Certes, un match n'est jamais joué d'avance mais, cette fois, l'occasion est en or massif.
Au match aller les hommes en vue d'Alcorcon ont été mis sur l'éteignoir mais les Guipuzkoans Nestor Susatea et Cristian Alberdi (qui retrouvera son ancien terrain) ont les moyens de sortir de l'anonymat et de signer des contres dangereux. Nul doute que l'entraîneur Iñaki Alonso et le directeur sportif Roberto Lopez Ufarte auront su préparer efficacement leurs poulains pour ce dernier round. Match dimanche 18 h 30. Aller 0-0. L'autre match oppose Villareal B et Jaen (0-0) pour une autre place de montée. Sont déjà assurés de jouer en Segunda, Cadix et Cartagène.

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Pays Basque - terre de football
commenter cet article
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 20:31

30 ans très réussis !

L'USSP a réuni près de 1000 personnes.
Le pari n'était pas gagné d'avance pour les dirigeants du foot mixain qui voulaient rameuter au maximum tous les mordus (des anciens aux actuels du foot bleu et blanc) à l'occasion du 30e anniversaire de la création du club dont le premier président avait été Jean Galiana (aujourd'hui aux Croisés de Bayonne). Et bien l'objectif a été largement atteint puisque la paella géante du midi a réuni 280 convives tandis que l'entrecôte géante du soir a rassemblé 450 participants, du jamais vu en la matière à l'US Saint-Palais toutes sections confondues.
Lors des (courts) discours officiels, le président Paxkal Prébendé (qui avait même rechaussé les crampons avec les anciens) a tenu à remercier chaleureusement les cinquante bénévoles du club qui ont assuré le très gros succès de cette énorme journée du foot mixain, et notamment la très performante équipe des « cuistots-grilleurs » sous la houlette du chef Christian Bodin. Pour Jérôme Alkhat, responsable de la communication (et joueur senior) : « Il faut saluer l'effort financier des sponsors locaux qui nous ont offert 12 000 euros ! à travers les encarts achetés sur notre brochure-plaquette spéciale des 30 ans et qui nous ont permis de boucler très positivement notre budget de 30 000 euros pour cette journée qu'ils ont jugée événementielle ! pour notre petit coin du pays de Mixe. »
Une forte mobilisation
Jérôme qui était aussi sur le terrain (en milieu offensif) tenait à saluer l'attitude fair-play et toujours « classe » des joueurs de l'Aviron Bayonnais (vainqueurs 8 à 0 !) et de leur coach Alain Pochat qui auront aussi contribué au succès de la journée, sportivement par la qualité de leur exhibition ainsi que matériellement par divers cadeaux (maillots, fanions, autocollants). Autre côté positif de l'événement, c'est la forte mobilisation des anciens (quadras et quinquas) puisqu'ils étaient une trentaine le matin pour le match des retrouvailles joué sur un style ultra offensif mais sans occasionner le moindre claquage aux « vieilles jambes » !
Le président Paxkal Prébendé, présent dès la première heure du club (en tant que joueur), était comblé à l'issue de cette longue et musicale soirée de fête : « Avec des moyens un peu moindres, nous avions bien réussi les 20 ans, mais cette fois-ci c'était beaucoup plus lourd et nous avons à nouveau atteint notre objectif avec tout de même près de 1 000 personnes aimant le foot, présentes sur la journée et ce grâce à l'engagement remarquable de tous nos dirigeants qui ont bien mérité dès à présent deux mois et demi de vacances jusqu'à la reprise début septembre. » Une reprise qui sera aussi marquée par la tenue de l'assemblée générale annuelle et par la livraison des fameuses tribunes couvertes promises par la Communauté des communes d'Amikuze, avec 120 places assises et dont la confirmation officielle a été faite samedi par le président communautaire Eric Narbaits-Jaureguy.

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Pays Basque - terre de football
commenter cet article
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 08:55

L’USSP fête ses 30 ans ce samedi

L'événement a lieu le 6 juin autour d'un match de gala face à l'Aviron Bayonnais Football Club (18h00)
Cela fait quatre mois que l'équipe dirigeante de l'USSP Amikuze Football prépare cette grande fête des 30 ans du club mixain qui avait été créé en 1979 par ces pionniers du ballon rond de l'époque : Jean Galiana, Francis Chevalier, Christian Senas et Alain Piazza et qui avaient un peu perturbé les habitudes jusqu'alors très « ovaliennes » du sport local. Depuis, le club présidé par Paxkal Prebendé a gagné ses lettres de noblesse au niveau départemental tant par ses bons résultats chez les jeunes qu'au niveau des seniors qui tiennent parfaitement la route dans l'élite du District.

Les festivités débuteront dès 10h00 par le match des anciens qui pourront ensuite trinquer à l'apéritif animé par la txaranga de Burgaintzi. A 13 h, ce sera le premier grand rendez-vous festif autour d'une paella géante (8 euros) ouverte à tous (sur inscription), puis dans la foulée, trois rencontres sont à l'affiche (jeunes, filles et seniors B) avant le grand match de gala à 18 h entre l'Aviron Bayonnais (National) et l'équipe locale qui évolue quelques étages en dessous (Promotion de D1 District) et qui devrait bénéficier de quelques renforts de haut calibre pour la circonstance.

Puis, à 20h00, la soirée festive débutera par un apéritif animé par la banda des Mixains qui sera aussi présente au cours du repas géant ouvert à tous (15 euros) qui suivra, avec en prime pour la musique et l'ambiance, la présence des groupes Aistrika et Les Z'Anonymes. Renseignements pour les inscriptions pour ces deux repas festifs le plus rapidement possible auprès de Kattalin Christy (05 59 65 98 10) ou de Jérôme Alkhat (06 16 13 52 50).
 

Il reste à souhaiter que la mobilisation soit maximale pour cet événement et que la fête des 30 ans soit aussi réussie que celle des 20 ans en 99, marquée par la venue de l'équipe des anciens des Girondins qui avait drainé la grande foule sur les bords de la Bidouze.
img382/8104/stpalaisfootballzp5.png

Programme :

- 10h00 : retrouvailles entre anciens. Petits matchs.

- 12h00 : apéritif animé par la Txaranga de Burgaintzi

- 13h00 : Paëlla géante ouverte à tous (anciens du club, joueurs actuels, dirigeants, public...). Sur inscriptions.

- 14h00 : Matchs entre jeunes licenciés de l'USSPA.

- 15h00 : Matchs entre féminines: USSPA football vs Sélection des autres sections de l'USSPA (handball, basketball, pelote...)

- 16h00 : Match seniors : USSPA football équipe réserve vs Sélection des autres sections de l'USSPA (rugby, handball, basketball, pelote...)

- 18h00 : Match de gala seniors : USSPA vs AVIRON BAYONNAIS (National)

- 20h00 : apéritif animé par la banda Les Mixains.

- 22h00 : repas géant ouvert à tous. Retransmission de la finale du Top 14.

A l'issue, concert et bal animé par LES Z'ANONYMES et AISTRIKA.

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Pays Basque - terre de football
commenter cet article
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 11:57

Un invité d’honneur pour une noble cause

L'Elan Boucalais organise demain un match en faveur de la lutte contre le cancer entre des anciens joueurs du club et l'illustre Variété Club de France.
C'est un projet dont l'origine remonte à près d'un an. Patrice Delsaux, dirigeant de l'Élan Boucalais et principal organisateur de ce match de bienfaisance qui aura lieu ce dimanche 31 mai, à Tarnos, au Stade Intercommunal Jean André Maye (15h30). « Au départ, j'avais juste l'idée d'organiser une manifestation sportive avec quelques stars afin de créer un événement capable de faire venir du monde au stade. Et suite à plusieurs décès survenus dans le club, récents et plus anciens, l'idée a viré vers un match de bienfaisance et de lutte contre le cancer. » Donc, depuis un peu plus d'un an, Patrice Delsaux a foncé dans le projet, cherchant à droite et gauche des partenariats et des demandes de dons : « J'ai envoyé plus de 400 courriers et j'ai déjà eu pas mal de réponses. Le but est bien évidemment de ne pas se mettre en déficit et de récolter le plus d'euros possible pour lutter contre cette maladie. La Ligue contre le cancer sera d'ailleurs présente le jour du match autour du stade. »

Le Variété Club de France en point d'orgue. Pouvant compter sur l'appui d'un sponsor important et sur plusieurs divers dons de particuliers et d'entreprises, Patrice a déjà récolté un peu plus de 15 000 euros. Mais la réussite de la journée est tout aussi importante. Pour faire venir du monde au Stade, il fallait donc une belle affiche. « J'ai contacté Jean-Michel Larqué, président du District et Jacques Vendroux, manager général du Variété pour avoir la présence de leur équipe au stade le 31 mai. Ils se sont montrés enthousiastes et seront donc présents pour l'affiche » ajoute le dirigeant. En face ? Une sélection de joueurs ayant évolué à l'Élan ces dernières années, des garçons ayant pour la plupart stoppé leur carrière de joueurs : « On aura 22 joueurs, on s'entraîne tous les vendredis depuis un mois pour être à la hauteur » précise, en souriant, Delsaux qui fera partie de la « sélection ».
                              

Une journée chargée

Avant la rencontre principale dimanche et, dès 9 heures du matin, aura lieu un plateau de poussins et débutants entre l'Aviron, les Genêts, l'AS Tarnos et l'Élan. Avec comme invité d'honneur Titou Lamaison dont le fils évolue à Anglet. « Tous les enfants présents amèneront un euro symbolique pour participer également à la lutte contre le cancer. Après les efforts, ils auront droit à un pique-nique sur place. » L'ouverture du stade s'effectuera à 13 heures. L'entrée est payante pour tous (5 euros et 3 euros pour les moins de 10 ans). Un lever de rideau aura lieu entre les vétérans de Tarnos et ceux du Boucau : « L'esprit d'intercommunalité sera aussi bien présent ce jour-là. »

Vers 15 heures, le match vedette pourra alors débuter sous un lâcher de ballons et avec un protocole d'entrée comme les professionnels. Avec la traditionnelle possibilité de faire signer quelques autographes, un vin d'honneur prévu sous la tribune du stade regroupera plusieurs personnalités sportives et politiques locales : des anciens du Boucau Stade (Boulé, Condom et Usandisaga pour ne citer qu'eux), Dominique Arnaud et Albert Dolhats les cyclistes, Julien Lescarret, des joueurs de rugby de l'Aviron Bayonnais (Martin, Springgay) et beaucoup d'autres. Un repas sur site clôturera les festivités.

Jakes Debounco (Sud-Ouest – Samedi 30 Mai)
img139/8452/logosudnx7.png

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Pays Basque - terre de football
commenter cet article
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 13:32

Ils veulent la Coupe

C'est ce soir à Valence, à partir de 22 heures (match en direct sur TVE1), que l'Athletic Bilbao de Fernando Amorebieta retrouve le Barça de Samuel Eto'o pour la finale de la Coupe du Roi. Un événement pour le club, soutenu par toute une ville : 20 000 supporters effectuent le déplacement tandis que la capitale biscayenne est depuis dix jours parée de rouge et de blanc, et que plus de 50 000 personnes sont attendues ce soir pour la retransmission du match sur écran géant.


Ce soir donc, l'Athletic Club Bilbao et le FC Barcelone se rencontrent en finale de la Coupe du Roi, 25 ans après s'être affrontés au même stade de la compétition. En 1984, Bilbao avait levé la Coupe, mais depuis les Bizkaitar ont dégringolé dans la hiérarchie du football professionnel pendant que les Catalans devenaient l'une des meilleures équipes du monde. Malgré une politique volontairement restrictive, l'Athletic est encore là ...
A chaque début de saison, la question est récurrente. L'Athletic Club et sa politique de ne faire jouer que des joueurs nés au Pays Basque ou ayant grandi au Pays Basque a-t-il la possibilité de survivre dans cette Liga des étoiles ? Nous sommes le 13 mai 2009 et en participant ce soir la 24ème finale de la Coupe du Roi, ou Coupe d'Espagne, face au grand FC Barcelone, les Bilbotar prouvent une fois de plus qu'ils ont bien leur place parmi les plus grands. Même 25 ans après leurs derniers titres, un doublé historique Coupe/Championnat.
Lorsque l'Athletic Club remporte en 1984 sa finale de Coupe du Roi 1-0 face au FC Barcelone, le club possède dans ces rangs seulement des joueurs basques. En face, à part Maradona et Schuster, le FC Barcelone aligne uniquement des Catalans. Le Barça a depuis changé de politique quand Bilbao a gardé le cap. De deux clubs aux potentiels financiers énormes et aux talents multiples en début des années 80, l'un est resté au plus haut niveau, l'autre est descendu irrémédiablement dans la hiérarchie d'un sport devenu hyper professionnel. Fernando Llorente, l'attaquant vedette de l'Athletic analyse la période, lui qui n'était pas né le soir où Endika, celui qui portait le numéro neuf alors donna la Coupe aux Bizkaitar : «cela explique en grande partie pourquoi l'Athletic a passé 25 ans sans gagner un titre. C'est comme ça. Tous les clubs se sont renforcés avec des étrangers et nous, nous continuons comme avant. Une victoire de l'Athletic serait quelque chose de bien pour le football. On enverrait un message au monde entier. Celui d'une équipe avec des joueurs locaux qui bat les meilleurs en finale, une équipe faite de stars internationales.»
Llorente n'a pas tort, sauf que Barcelone malgré son statut de «meilleure équipe actuelle du monde» fait aussi figure d'exception dans ce football pro. Avec Puyol, Iniesta, Xavi, Piqué, Valdes, Busquets, Sánchez, Pedro, l'entraîneur Pep Gardiola, à qui on peut ajouter Messi et Bojan formé chez les blaugrana, l'équipe du Barça est à l'aube d'un triplé historique Coupe-Championnat-Ligue des Champions avec une forte ossature de la cantera.
L'ami catalan, adversaire d'un soir, donne peut-être à l'Athletic une idée de ce que pourrait être son avenir avec une ouverture partielle vers des joueurs non basques. Impossible, pas si sûr. Jamais on aurait cru les dirigeants bilbotar capables de vendre le maillot à un sponsor après plus de 100 ans de virginité. Pourtant c'est bien ce qu'il s'est passé à l'intersaison lorsque Petronor s'est mis en travers des rayures verticales rouges et blanches. Voilà bien le signe que les temps peuvent changer.
La question est ensuite de savoir ce que veut Bilbao. Permettre à un club du Pays Basque de profiter du grand écran médiatique via des résultats dans un des plus grands championnats du monde et sur la scène européenne, ou bien se contenter d'un exploit tous les 25 ans ?
Une question d'actualité au moment où l'homme qui incarne la réussite des Leones cette saison, Llorente, est courtisé par les plus grands clubs d'Europe dont le Bayern de Munich. Si Bilbao perd son meilleur joueur, on se demandera de nouveau si le club parviendra à sauver sa place dans l'élite une saison de plus. Le peuple de Bilbao se mettra alors à croire en la belle incertitude du sport qui lui permet de bousculer la norme depuis une éternité. Avec le Real Madrid et le FC Barcelone, l'Athletic est la seule formation à avoir toujours fréquenté la 1re division : 78 saisons consécutives au sommet.
------------------------------------------------------------------------------------------------------
493 matches avec l'Athletic pour Joseba Etxeberria

Joseba Etxeberria (31 ans) l'ailier de Bilbo n'est pas sûr de jouer ce soir face à Barcelone, mais si par bonheur il foulait la pelouse de Valence, l'habituel capitaine des leones égalerait la performance d'un certain Agustín «Piru'» Gainza en devenant le 3e joueur le plus capé de l'Histoire de l'Athletic Club, toutes compétitions confondues, avec 493 rencontres officielles. S'il joue ce soir, Etxeberria sera seulement devancé par Txetxu Rojo (541 matches) et José Angel Iribar (614 matches).

 

Plus de 1000 euros pour un billet au marché noir

Depuis que l'Athletic s'est qualifié pour la finale c'est la course au billet chez les Basques. L'organisation a bien attribué 17 000 billets pour les supporters de Bilbo mais la demande était 5 fois supérieure. Le Stade de Valence trop petit pour un moment historique, Bilbo avait demandé que la finale soit déplacée au Bernabeu de Madrid deux fois plus grand que Mestalla. Mais Valence a été conservé, et aujourd'hui un billet de 110 euros se revend au marché noir à plus de 1 000 euros.

 

22 écrans géants installés à Bilbo

Tout Bilbo, que dire, toute la Bizkaia ne parle plus que de ça depuis deux mois. La finale de la Coupe du Roi. Les supporters qui n'auront pas la chance de posséder un billet pour le Stade vont envahir les rues de la capitale bizkaitar afin de voir la rencontre tout en supportant de loin leurs héros. Il y aura ce soir dans Bilbo, 22 écrans géants. Toute la ville a d'ores et déjà revêtu les couleurs rouge et blanc de l'Athletic et le début des festivités est prévu dès midi aujourd'hui.

 

Des milliers de supporters à Valence

Dimanche, le dernier entraînement de l'Athletic à Bilbo, avant de s'envoler pour Valence, s'est déroulé devant plus de 18 000 supporters. C'est dire la ferveur populaire qu'il y a autour de l'événement. Depuis hier c'est un flot continu d'autobus de supporters venus du Pays Basque qui débarque sur Valence. Le nouveau Lehendakari, Patxi López, sera lui aussi présent aujourd'hui dans les tribunes du stade Mestalla de Valence pour supporter l'Athletic.

 

Dos tournés à l'hymne

Esait, la plateforme en faveur des sélections basques, a appelé les supporteurs des deux camps, du Barça et de Bilbao à «se retourner» lorsque retentira l'hymne espagnol aujourd'hui au stade Mestalla de Valence. Endika Guarrotxena et Ritxi Mendiguren, deux anciens joueurs de l'Athletic de Bilbao ont lu un communiqué au nom d'Esait où ils expliquent que «la rencontre sera présidée par le représentant de l'Etat espagnol (ndrl : le roi d'Espagne Juan Carlos), nous demandons donc aux supporteurs de Barcelone et Bilbo de transformer cette finale en lieu de revendication». Esait a rappelé le droit qu'ont le Pays Basque et la Catalogne à avoir leurs propres sélections nationales.

athletic barcelona

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Pays Basque - terre de football
commenter cet article
5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 18:25

C’est officiel. Le bayonnais Didier Deschamps sera l’entraîneur de l’OM la saison prochaine et succèdera ainsi au belge Erik Gerets. Le Champion du Monde 1998 s’est engagé pour deux ans et prendra ses fonctions en juin prochain. La rencontre entre le Président du Club Olympien et son actionnaire principal vendredi dernier, avait permis d’entériner définitivement ce choix. Impossible de ne pas parler de cet enfant du pays qui a débuté à l'école de football de l'Aviron Bayonnais avant de connaître la carrière que l'on sait.  "A jamais le premier", Didier Deschamps restera celui qui en 1993, souleva la première et unique Coupe d'Europe des Clubs Champions du football français, et en 1998, la Coupe du Monde. A ce jour, le plus beau palmarès du football français.

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Pays Basque - terre de football
commenter cet article
12 avril 2009 7 12 /04 /avril /2009 23:23

Anglet, force 4
img386/3421/ffflfahu9.png        img386/3421/ffflfahu9.png

Anglet, Champion de France !!! Non, il ne s’agit aucunément des Genêts d’Anglet mais des aigles angloys (Arranoak) qui ont été sacrés Champions de France de Foot à 2, une discipline en plein essor. En effet, le week-end dernier se sont achevées les finales des championnats de Foot à 2, discipline du Département "Football Diversifié" de la LFA parrainée par l'ancien international Jean-Philippe Durand et dirigée par Yannick Parage. Au terme des rencontres disputées à Verrières-le-Buisson (Essonne) et à Avignon (Vaucluse), retrouvez ci-dessous les Champions 2008-2009 dans les différentes catégories.
 

Anglet (Pyrénées-Atlantiques) est le grand vainqueur de la saison avec quatre titres nationaux et notamment celui de division 1 remporté devant de solides formations telles que St Etienne, Lyon, Montpellier entre autre. Voilà donc un petit clin d’oeil bien mérité pour ce club dont plusieurs de ses membres et dirigeants sont des habitués et abonnés de l’Aviron Bayonnais Football Club et du stade Didier Deschamps. A noter qu’ils ont même eu droit à un encart spécial sur le site internet de la fédération française de football !!! (cliquez sur le logo ci-dessus)

  • Division 1 : Anglet
  • Division 2 : Sainte-Geneviève-des-Bois
  • Réserves : Alfortville
  • Féminines : Montpellier
  • Jeunes - 18 ans : Anglet
  • Jeunes - 15 ans : Avignon
  • Jeunes - 13 ans : Avignon
  • Vétérans : Anglet
  • Challenge des Régions : Anglet

Prochains rendez-vous :

  • Coupe de la Ligue Seniors à Alfortville (94) les samedi 9 et dimanche 10 mai.
  • Coupe de France Seniors et Féminines à Anglet (64) les samedi 13 et dimanche 14 juin.

Pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur le club de foot à 2 d’Anglet, visitez leur site internet en cliquant sur le lien suivant : ARRANOAK

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Pays Basque - terre de football
commenter cet article