Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 19:38

L'ABFC se retrouve sans coach

Mark Bourdoulous a finalement refusé de succéder à Alain Pochat.

Finalement, l'Aviron Bayonnais Football Club n'a pas d'entraîneur… Alors que Bertrand Petit annonçait samedi soir l'arrivée, ou plutôt le retour, de Mark Bourdoulous au club, ce dernier serait revenu sur sa décision dimanche matin. Et aurait alors fait part de sa décision de ne pas prendre la succession d'Alain Pochat à la tête de l'équipe première, reléguée il y a peu de National en CFA. La situation personnelle de Mark Bourdoulous, ancien joueur de l'Arin Luzien, serait à l'origine de sa décision. Laquelle n'a pas manqué de surprendre le président. « Cela fait un mois que l'on discute, quinze jours qu'on est entré dans les détails. On se serait bien passé de ça. C'est assez difficile en ce moment », soupire Bertrand Petit. « Nous travaillons actuellement à trouver une solution. Le choc est important mais nous ne repartons pas de zéro. Nous avions énormément de contacts. Mais nous aimerions trouver un entraîneur du cru. C'est important, notamment pour nos sponsors », assure encore Bertrand Petit.

Les cadres vont rester

Toujours est-il que le club ciel et blanc n'a pas de coach pour la saison prochaine. Et qu'il lui est donc délicat de mettre en place un projet, et de le présenter aux partenaires et aux joueurs. Bertrand Petit et son staff tentent aujourd'hui de s'assurer de la présence d'un maximum d'entre eux pour étayer une équipe compétitive en CFA. La bonne nouvelle serait qu'une petite dizaine de joueurs, parmi les cadres historiques, habitués aux joutes dans le difficile championnat National seraient prêts à rempiler. Citons ici les Degoul, Lalanne, Duhour, Bidegain, Chort, Giron…

Antoine Tinel - Sud Ouest (Lundi 4 Juin)

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 10:52

Où va t-on ?

La succession d'Alain Pochat suscite interrogations

Alors que la plupart des équipes de CFA commencent à prendre forme, c'est toujours l'inconnue sur les bords de Nive concernant l'organisation technique de la prochaine saison, une étape pourtant déterminante pour la suite des événements. Le Pau FC ayant enregistré l'arrivée de l'ancien bayonnais Laurent Strzelczak à la tête de l'équipe première béarnaise. L'ancien professionnel cannois et havrais Ludovic Pollet sera le futur entraîneur du Tarbes Pyrénées Football, en remplacement de Laurent Strzelczak transféré à Pau. Bruno Scipion restera l'entraineur du Stade Montois Football de Pierre Aristouy. Voilà pour un petit tour d'horizon des principaux clubs régionaux ... A l'Aviron, la nomination du successeur d'Alain Pochat n'a donc pas encore été actée mais vu les noms qui circulent, on peut légitimement et grandement s'interroger sur le devenir et les ambitions du club ! La piste de Frédéric Déhu ayant visiblement été écartée ... Est-ce normal pour un club ayant évolué 6 saisons en National d'en arriver là ? Certainement pas ... et certains risquent de vite regretter le départ d'Alain Pochat, aussi controversé soit-il ... L'Aviron ou la chronique d'un club orphelin de Christian Sarramagna, Manu Merin, et Alain Pochat désormais ... les 3 hommes forts du club !!!

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 23:11

« Ça va être très compliqué en CFA »

Le club de foot s'apprête à vivre des jours déterminants pour son avenir.

En concédant sa 18ème défaite de la saison samedi dernier à Beauvais, l'Aviron Bayonnais Football Club en a terminé avec une saison galère. Déjà relégué sportivement il y a un an, l'ABFC avait été rattrapé par le fond du short pour finalement rester en National. Cette fois, les hommes du président Petit n'auront pas cette opportunité. Ils joueront en CFA la saison prochaine, si tout va bien.

« Sud Ouest ». Quel bilan dressez-vous de cette saison ?

Bertrand Petit. Après une année de travail, il y a des choses intéressantes. Sur le plan footbalistique, nous sommes dans une situation mitigée. La formation se porte bien, très bien même. Les progrès sont constants, le club est bien structuré.

Quant à l'équipe 1, elle descend en CFA par manque de moyens. Nous avons beaucoup souffert en quatre années de national. Nous n'avons pas su attraper le niveau et nous y maintenir. Tout cela est dû aux moyens financiers. Nous avions le plus petit budget du championnat. Nous finissons à la dernière place.

Quel sentiment ce constat vous inspire-t-il ? De la frustration, de la colère ?

Non, aucun. C'est comme ça, c'est la loi du foot, la règle sportive. On peut toujours créer une osmose entre des entraîneurs, des joueurs pour hausser le niveau de l'équipe. C'est ce qu'il s'est passé ces derniers mois. Mais une saison commence début août et se fini fin mai. Quand on la débute en octobre, c'est trop tard.

Quand on regarde nos sept ou huit derniers matchs, sans celui de Beauvais samedi dernier, et si on arrête ces matchs en question à la 90e minute, nous avons 12 points de plus au classement. Ça prouve que l'équipe était toute proche de se maintenir. Il faut désormais qu'on puisse se servir de tous les progrès faits en National pour rebondir aussitôt.

Question budget, comment se présente la saison prochaine ?

Nous avons d'énormes difficultés. La Fédération Française de Football nous aidait à hauteur de 160 000,00 €, là, ce sera 60 000. C'est une baisse budgétaire énorme pour nous. Nous avons rencontré la municipalité pour leur demander de nous aider. Nous n'avons pas su les convaincre. Nous allons avoir des réunions pour tenter de conserver un maximum de joueurs au club et avoir un bon niveau en CFA. J'espère que la Région Aquitaine va nous aider, que le Conseil général va poursuivre son engagement

Les difficultés sont-elles importantes au point de craindre pour l'engagement en CFA la saison prochaine ?

Nous allons nous y engager oui. Nous en avons la volonté. Mais il faut pouvoir s'y maintenir. Nous passons devant la Direction nationale de contrôle de gestion la semaine prochaine. Ça va être un passage difficile. En national, nous avions présenté un budget équilibré. Là, avec un peu de moyens pour l'équipe 1, ça va être compliqué. Nous sommes sur un budget d'un peu plus de 500 000,00 €, il nous faudrait au moins 600 000. On va être court.

D'autant que vous devez trouver un remplaçant à Alain Pochat. On a entendu parler de Frédéric Dehu. C'est une piste sérieuse ?

Nous sommes en contact avec lui, effectivement. Mais pour le moment, c'est en stand-by. Il viendrait au club en consentant de grands efforts financiers. Pour l'image du club, c'est important, mais il lui faut une équipe capable d'évoluer en CFA.

Nous avons eu une quarantaine de propositions pour venir entraîner Bayonne, parmi lesquels d'anciens Nantais comme Jean-Jacques Eydelie. Nous allons régler la question cette semaine. Nous avons également au club des gens capables de reprendre le flambeau.

Le CFA n'est-il pas le bon niveau pour l'Aviron Bayonnais ?

Il faut être conscient des moyens que l'on a. Cela fait trop d'années qu'on entend parler d'un environnement économique tourné vers le rugby, et non vers le foot. Alors que nous avons 130 partenaires, qui donc aiment le football. J'espère que nous arriverons à grossir les rangs de ces entreprises qui nous soutiennent. Et surtout il faudrait pouvoir établir plus de relations entre nos joueurs et nos partenaires. Si on ne peut les rémunérer, pourquoi ne pas leur trouver un emploi, un contrat. C'est notre défi cette année.

Êtes-vous serein à l'approche de toutes échéances ?

Il peut y avoir des rebondissements. Nous allons jouer en CFA, championnat de France amateur où tous les joueurs sont payés. On n'est pas tous dans le même monde. C'est dommage que certaines personnes n'arrivent pas à croire que le football soit porteur de valeurs à Bayonne.

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 23:08

L'Aviron, lanterne rouge

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 22:29

Nîmes champion, Niort en Ligue 2, Beauvais en CFA

Niort, le scénario idéal
Positionné sur le podium, les niortais étaient pourtant en grand danger avec ce déplacement à Ajaccio. Les corses qui jouaient encore le titre de champion se sont finalement inclinés un but à zéro. Un penalty de Roye qui ouvre les portes de la Ligue 2 à Niort. Mais même en cas de défaite, Niort était en Ligue 2 ce soir puisque ni Vannes ni Epinal n'ont réussi à s'imposer. Vannes a été tenu en échec par la bande à Koné encore auteur d'un but splendide alors qu'Epinal est tombé à Colmar.

Beauvais plonge en CFA
La position de Beauvais était difficile mais les beauvaisiens voulaient croire à l'exploit. Il fallait pour cela battre ce soir l'Aviron Bayonnais FC. Ce que les hommes d'Alexandre Clément ont fait avec une victoire deux buts à zéro. Mais dans le même temps, il fallait une défaite de Luzenac contre le Paris FC. Les ariégeois comptaient bien rester en National pour continuer à se structurer. Ils se sont imposés devant le Paris FC et se sauvent ainsi en National.

Festival de buts
Dans les autres rencontres, beaucoup de buts. Le Poiré régale son public devant Martigues (5-0). Mano à mano entre Besançon et Rouen pour une victoire finale des rouennais (5-4). Le Red Star va s'imposer à Fréjus (3-2) avec un doublé de Malfleury notamment. Cherbourg s'impose à Créteil (1-0) alors que Quevilly et Orléans se quittent dos à dos (1-1)

 

Résultats 38ème journée
Le Poiré sur Vie - Martigues : 5-0
Vannes - Nimes : 1-1
Fréjus St Raphaël - Red Star 93 : 2-3
Besançon - Rouen : 4-5
Ajaccio GFCO - Niort : 0-1
Beauvais - Bayonne : 2-0
Quevilly - Orléans : 1-1
Colmar - Epinal : 1-0
Luzenac - Paris FC : 2-0
Creteil - Cherbourg : 0-1
-------------------- 

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 23:59

Une page se tourne

Alain Pochat a officié pour la dernière fois comme entraîneur de l'Aviron Bayonnais samedi soir à Beauvais. 

Clap de fin pour l'Aviron Bayonnais et son entraîneur Alain Pochat avec cette 18ème défaite en National à Beauvais. Place à la CFA.

Samedi soir, une boucle s'est bouclée pour Alain Pochat. « C'est à Beauvais que j'avais dirigé mon premier match en National avec Bayonne et c'est ici que ça se termine. C'est un petit clin d'œil du destin », confiait samedi soir le désormais ex-entraîneur de l'Aviron. Mais à la différence de cette première (victoire 1-0 en 2009-10), la « der » s'est conclue par une défaite (2-0), après un match très insipide. Bayonne quite donc le National en finissant à la dernière place.

Mauvais début de saison

« On avait bricolé (sic) une équipe pour venir ici. Malgré tout, on a joué le jeu, même si on n'a pas été dangereux. Mais Beauvais ne l'a pas vraiment été davantage, je m'attendais pourtant à voir une équipe décidée à sauver sa peau. On prend deux buts coup sur coup sur les deux seules occasions du match et, après, on n'avait pas vraiment les moyens de revenir. C'est dommage car il y avait la place pour faire quand même un résultat. »

Mais les regrets étaient bien évidemment ailleurs côté bayonnais. « Si on descend, c'est à cause de notre mauvais début de saison (aucune victoire lors des neuf premières journées). Mais on n'était pas prêt, l'équipe avait été prévue pour jouer le CFA. Je reste persuadé qu'avec l'équipe de la deuxième partie de saison, nous nous serions sauvés. » Bayonne doit maintenant tourner la page. Du National. Et d'Alain Pochat.

Vincent Desmaretz - Sud-Ouest (Lundi 28 Mai)

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 11:10

Bayonne ne sauve même pas l'honneur

 

Battu en Picardie, l'Aviron quitte le National sur une dix-huitième défaite et une place de lanterne rouge. Beauvais accompagne les Basques en CFA.

Condamné depuis la journée précédente à la relégation, Bayonne se déplaçait pour l'honneur, hier soir, à Beauvais pour le compte de la dernière journée du championnat National. Les Basques n'avaient rien à jouer, hormis essayer d'échapper à la dernière place du classement, et tenter d'offrir une belle sortie à son futur ex-entraîneur Alain Pochat.

Oui mais voilà, les Bayonnais ont échoué devant une équipe picarde beaucoup plus motivée. Il faut dire que ces derniers avaient, eux, absolument besoin d'une victoire pour espérer se maintenir. Sauf que dans le même temps, Luzenac s'est imposé devant le Paris FC (2-0). Beauvais, malgré ce succès, accompagne donc Bayonne en CFA. A moins d'un repechâge, comme l'Aviron il y a un an.

Bayonne craque

Comme le classement des deux équipes pouvait le laisser craindre, ce dernier match de la saison n'a guère été emballant. Autant le dire, les Bayonnais n'ont même jamais réussi à venir menacer le gardien adverse Montay.

Beauvais a toutefois été à peine plus fringant, surtout en première mi-temps. Peut-être que l'ouverture rapide du score à Luzenac avait refroidi ses velleités des locaux.

Avec la rentrée de l'attaquant Farssane à la mi-temps, l'équipe picarde a montré un visage bien plus conquérant dès l'entame de la seconde période. Ce qui ne tardait pas à se matérialiser au tableau d'affichage, justement par l'intermédiaire de Farssane qui prolongeait astucieusement un centre de Graton (50e). Cet avantage était rapidement doublé, cette fois par l'entremise de Milambo qui reprenait de la tête un corner de Créhin (55e). Dès lors, l'issue ne faisait plus le moindre doute. Bayonne n'avait ni la tête ni les jambes pour revenir dans le match. Il était vraiment temps de tourner la page sur cette saison à oublier.

Vincent Desmaretz - Sud-Ouest (Dimanche 27 Mai)  

 

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 15:15

Mme Le Maire y croit !

L'AS Beauvais Oise continue d'avoir le soutien de la ville de Beauvais ! Si la semaine dernière, Mme Corinne Corillion, adjointe au Maire, Chargée des Sports, avait porté bonheur aux rouges et blancs par sa présence à Niort, ce samedi soir, Mme Caroline Cayeux, Maire de Beauvais, sera présente dans les tribunes du stade Pierre Brisson en tant que supportrice numéro 1 de l'ASBO ... Ce qui n'est certainement pas le cas de son homologue bayonnais, le député maire Jean Grenet, ou de son adjoint aux sports, qui ont brillé par leur absence tout au long de la saison au stade Didier Deschamps et qui sont les premiers fossoyeurs du club bayonnais. A Beauvais, du soutien, à Bayonne du mépris.

 

Tarif spécial et T-shirt !

Pour la der' à Brisson ce samedi, un tarif spécial (3 euros) sera appliqué en tribune pour l'ensemble des spectateurs souhaitant assister à la rencontre BEAUVAIS / BAYONNE. Des T-Shirt "supporters" ainsi que des "Tap Tap" seront distribués à l'entrée du stade afin de garantir une ambiance festive en tribune !

 

30 clubs, 600 personnes
Après l'appel au soutien lancé en début de semaine par les dirigeants de l'ASBO envers les clubs de l'Oise, ce sont plus de 30 clubs qui ont répondu présents soit près de 600 personnes qui garniront la tribune D7 du stade Pierre Brisson. Tous assureront une ambiance certaine ce soir à l'occasion de la rencontre Beauvais / Bayonne tout en espérant une issue heureuse ...

----------------------------------------------

Les 90 dernières minutes de la saison vont décider du sort de l'ASBO. Mais il faudrait un très improbable concours de circonstances pour éviter ce soir la descente des Beauvaisiens en CFA.

L’équation est simple mais elle sera pourtant très difficile à résoudre. Et le résultat final va très certainement coûter le maintien de Beauvais en National, tant sa probabilité est extrêmement faible. Car deux conditions sont à remplir pour que l’ASBO ne sombre pas en CFA.

1 BATTRE BAYONNE

Les Beauvaisiens ont tout à fait les moyens de « finir sur une bonne note », comme le dit l’attaquant Vincent Créhin. Surtout s’ils rejouent comme il y a huit jours à Niort où ils ont réalisé leur meilleur match de la saison (victoire 2-0). Et surtout devant une équipe bayonnaise condamnée à la descente depuis la journée précédente, qui n’a plus comme seul enjeu de ne pas finir à la dernière place.

En outre, une victoire serait l’assurance de finir à la 17e place, menacée par Martigues que Beauvais devance au goal-average particulier. Or, le premier relégable serait le premier à bénéficier d’un éventuel repêchage en cas de rétrogradation administrative prononcée par la DNCG. « La possibilité existe, on ne doit pas la laisser filer », dit le jeune gardien de but, Maxime Montay.

2 COMPTER SUR LE PARIS FC

L’avenir beauvaisien sur le terrain se jouera aussi à l’autre bout de la France, au pied des Pyrénées, à Luzenac. Car une victoire devant Bayonne devra se conjuguer à une défaite des Ariégois pour les devancer au goal-average particulier, et ainsi se sauver.

Autrement dit, Beauvais sera le supporter nº1 du Paris FC, l’adversaire de Luzenac. Mais les Parisiens sont-ils vraiment en mesure d’aller gagner là-bas ? A Luzenac, la semaine a en effet été placée sous le signe de la mobilisation générale. « On ne parle plus de tactique, il va falloir se comporter en hommes », a lancé l’entraîneur Christophe Pélissier. Ses joueurs pourront compter sur le soutien d’un public qui devrait remplir le petit stade Paul-Fédou. 

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 15:10

Aviron Bayonnais Football Club

Ce soir, l'AS Beauvais Oise et son partenaire multimédia RTS Radio Talk and Sport diffuseront l'intégralité de la rencontre : Beauvais - Bayonne. Un match à suivre en direct à partir de 20h00. Et ne ratez pas l'avant match à partir de 19h30 ! Nous vous attendons nombreux ! Accès radio : cliquez ici

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 14:55

Les Bayonnais de Soubervie vont jouer le jeu

Anthony Soubervie, le «fils du coach», veut «finir le boulot». 

L'Aviron Bayonnais entend jouer le coup à fond avant de quitter le National. Beauvais pourrait bien l'accompagner en CFA.

Beauvais va-t-il se maintenir en National ? Seule une victoire ce soir contre l'Aviron combinée à un hypothétique succès du Paris FC à Luzenac est la clé de sortie pour les Picards qui y croient encore, comme en témoignent leurs deux derniers résultats contre Épinal et à Niort. Et tout le club s'est mobilisé pour croire à l'incroyable scénario : tarifs peu élevés, tee-shirts à l'effigie de l'ASBO et les écoles de foot de la région invitées.

L'Aviron risque donc de quitter le National dans une ambiance toute particulière. « Mais ça tombe bien, on y va pour gagner » souligne Anthony Soubervie. « Il y a trois ans, lors du dernier match de championnat à Deschamps et alors qu'on jouait notre maintien, Beauvais, qui n'avait rien à gagner, avait joué le coup à fond. Ce soir, on va faire pareil » ajoute le latéral droit Bayonnais arrivé sur les bords de Nive il y a quatre ans.

Les Girondins, Nice et l'Aviron

Anthony a commencé le football très tôt. « J'ai signé à l'âge de cinq ans aux Girondins de Bordeaux et j'y suis resté jusqu'à mes 17 ans ».

La suite ? C'est Gernot Rohr, alors directeur sportif de l'OGCN qui l'attire sur la Côte d'Azur : « J'évolue trois ans à Nice, on me fait signer d'abord un contrat aspirant avec deux entraînements mais aussi quatre heures de cours par jour ». Anthony dispute la finale du championnat de France et aussi la finale de la Coupe Gambardella perdue contre le FC Nantes de Glombard (actuellement aux Chamois), Drouin (Troyes) et Fae. De très bons souvenirs qui ne l'empêchent pourtant pas de s'égarer au cours de sa troisième année parmi les Aiglons. Anthony ouvre une parenthèse sur le football. Elle se refermera dans la région qui l'a vu débuter.

En 2006, le défenseur de formation signe en DH à Langon. Son équipe joue l'accession en CFA 2 et Anthony est contacté par Alain Pochat. « On se connaît depuis plusieurs années avec Alain » indique celui qui est surnommé, au club, le fils du coach, « lorsque j'étais en sélection Aquitaine à 15 ans, c'est lui qui s'occupait de nous avec Peio Sarratia. »

« Je remercie Alain et Manu »

À l'Aviron, Anthony aura connu les joies d'une accession en National et celles de trois maintiens dont celui par repêchage l'an dernier : « On avait bâti une équipe pour le CFA » admet-il, « et même si on n'a jamais été vraiment bousculés, on n'a jamais pu être en même temps sur la même dynamique défensivement et offensivement. Quand ça allait d'un côté, ça fonctionnait moins bien de l'autre et vice versa » regrette-t-il. « Mais on n'a jamais rien lâché. Il nous a juste manqué la petite série de résultats positifs qui nous a sauvés chaque année. Mais si on avait eu l'équipe actuelle en début de saison, ça n'aurait pas été pareil. »

Il faut désormais finir le boulot à Beauvais et penser également à la prochaine saison : « On doit voir le président et on est encore en attente du nouveau coach » indique Anthony « mais puisque l'occasion m'est donnée, je tiens vraiment à remercier Alain (Pochat) et Manu (Bafcop) pour tout le travail qu'ils ont fait à Bayonne ».

Ce soir, l'Aviron sera privé de Tunani et Matutu, toujours blessés et de Lalanne, « poussé » à de nouvelles obligations paternelles !

Jakes Debounco - Sud-Ouest (Samedi 26 Avril)

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article