Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 13:19

Une page se tourne

Elissalde et les Bayonnais joueront la saison prochaine en CFA.

Après le match nul de l'Aviron 2-2 vendredi soir, face à Quevilly, émotions et analyses, du National vers le CFA.

Vendredi soir, la fête s'annonçait belle, malgré la relégation certaine du club en CFA pour la saison 2012-2013. La fête, car malgré tout, il fallait bien marquer les au revoir des spectateurs du stade Didier Deschamps, au championnat National, après quatre années passées à ce troisième niveau du foot français.

700 spectateurs

La banda a bien animé les travées du stade avant et après le match, et les tribunes durant les 90 minutes de jeu. Le public aussi a répondu présent pour cette der du National à Deschamps, avec près de 700 spectateurs, peut-être la plus grosse affluence de la saison, pour la réception du finaliste de la Coupe de France, Quevilly. Sur le terrain, les joueurs, eux aussi, ont répondu à l'appel de la fierté, du plaisir et de l'engagement. Et même si Quevilly, loin d'être au niveau de son parcours en Coupe, a quand même dominé la première mi-temps, c'était sans compter sur l'envie des Basques dans la deuxième. Ils parviennent à mener 2-0, avant que les Haut Normands ne reviennent dans les dix dernières minutes à 2-2. (lire aussi notre édition du samedi 19 mai).

« CFA plus accessible »

Ce match confirme malgré tout la lacune de l'Aviron cette saison. « Ce match nul reflète complètement notre saison. Nous n'avons pas réussi à tenir la victoire. On ne va pas se voiler la face, en début de championnat nous savions que nous allions lutter pour le maintien. On a raté beaucoup de match charnière. L'année prochaine en CFA, nous aurons à cœur de bien figurer », confiait le capitaine ciel et blanc, Michel Bidegain. À la sortie des vestiaires, le président Bertrand Petit analysait la rencontre et la saison. « C'est dommage car je pense que cette année, nous avions le groupe pour jouer le maintien, mais nous n'avons que trop rarement été capables de tenir un résultat. Je suis bien sûr déçu, comme beaucoup, de notre retour en CFA la saison prochaine. Mais quelque part, nous allons peut-être, à ce niveau de jeu, pouvoir intégrer plus de jeunes issus du club. Nous avons essayé de le faire en début de saison, mais nous nous sommes vite rendu compte que le niveau était trop élevé. En CFA, ce sera peut-être plus accessible pour nos jeunes », explique le président de l'Aviron Bayonnais Football Club.

Sur la suite, Bertrand Petit est déjà dans le dur. « Le départ d'Alain Pochat pose déjà des problèmes de succession. Le football de l'Aviron Bayonnais, c'est lui, depuis plusieurs années, disons-le clairement. Nous devons trouver quelqu'un qui poursuive son travail des plus petits jusqu'à l'équipe première, avec l'équipe d'entraîneur actuelle », évoque le président Petit.

«Une page qui se tourne »

Alain Pochat qui a regardé ce match une dernière fois juché sur son perchoir à l'extérieur du terrain à hauteur de la ligne médiane, face à la tribune, a eu l'opportunité de clôturer 12 ans de carrière d'entraîneur de l'Aviron, en foulant une dernière fois la pelouse, sous les applaudissements du public et la haie d'honneur de ses joueurs. Dans le couloir du stade, il s'exprime « C'est une énorme page qui se tourne pour moi, après 12 ans à l'Aviron. Je suis passé par toutes les étapes et toutes les émotions aussi. Je retiendrais l'épopée en Coupe de France en tant qu'adjoint, en 2004 ou nous avions reçu Lyon à Jean Dauger, mais aussi et surtout un grand président Manu Mérin qui a fait beaucoup de belles choses pour le football. Mais voilà, il faut savoir tourner la page. Je vais prendre le temps de recharger les batteries, car mine de rien, ça use. Le terrain, que ce soit des débutants aux seniors, va vite me manquer, je le sais, mais j'y reviendrai en temps voulu. La suspension d'un an dont je fais l'objet a bien sûr pesé dans la balance pour que je mette entre parenthèses le travail d'entraîneur. Je vais désormais voir dans quelle mesure je peux réintégrer le service des sports de Bayonne. (NDLR, dont il était détaché pour s'occuper du football à l'Aviron). Je remercie tous ceux qui m'ont fait confiance durant toutes ses années » livrait, bien sûr ému, le désormais ex-entraîneur du football bayonnais, Alain Pochat.

Il reste une journée de championnat National à jouer pour les ciels et blanc. Ce sera samedi prochain à Beauvais. Ensuite, il faudra vite penser à organiser la saison prochaine en CFA. Bayonne est désormais, si ce n'est déjà dans les tuyaux, à la rechercher d'un entraîneur en charge de la première, mais aussi de la formation. Affaire à suivre.

Cyril Lafitte - Sud Ouest (Lundi 21 Mai) 

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 23:29

A l'image de la saison !

 Photo souvenir avec les héros de la coupe 

Face à Quevilly, fabuleux finalistes de la coupe de France, héros du football amateur, l'Aviron aurait du l'emporter. Mais à l'image de sa saison, au bout, il n'y a que le nul. Seule une décision, encore contestable, de l'arbitre a enlevé la joie de la victoire.

Le contexte

Pour cette dernière journée de National à domicile, il règne un petit air de fête autour du stade Didier Deschamps. La tribune va se remplir petit à petit, enfin du monde, les représentants de l'Athletic Bilbao sont présents. L'ancien international Argote va donner le coup d'envoi. Et puis tous les enfants sont heureux de revoir des joueurs aperçus sur le petit écran. Quevilly est là en représentation, le championnat est fini pour eux, mais il faut faire le métier, personne ne sait de quoi sera faite la saison prochaine...
Par contre l'Aviron se doit de bien terminer son championnat, les repêchages se font par le haut, et il y a de fortes chances que le meilleur des descendants se retrouve encore en National l'an prochain. C'est sans doute l'équipe la plus offensive que nous aient concocté Alain Pochat et Manu Bafcop, seul Rémi Elissalde a un rôle défensif au milieu de terrain. Les cinq autres sont des offensifs, Famery et Untereiner, et même carrément des attaquants avec le trio Pinau, Massampu et Diafutua. Comme les deux latéraux, Lamothe et Lalanne, sont eux aussi plus portés vers l'avant, nous devrions avoir de belles envolées.

Le match

Bien moins d'engagement physique a rendu ce match ouvert. La preuve ? Il n'y eut pas d'avertissement distribué par M. Billong. La première période a été alerte, comme Elissalde courait dans tous les sens, les attaquants bayonnais ont pu se porter vers l'avant, sans réussite pour autant. Comme de l'autre côté le virevoltant Herouat posait des problèmes à la défense basque, Oukidja a dû s'employer pour maintenir le score nul. La première mi-temps fut mouvementée donc mais sans but. Puis au retour des vestiaires silence radio pendant un quart d'heure, grève de l'offensive ? Jusqu'à l'ouverture du score par Untereiner, mais aussi avec l'entrée en jeu de Giron. Pendant un quart d'heure on va retrouver un Aviron conquérant, digne d'un prétendant à autre chose qu'une place en CFA. Mais les dix dernières minutes vont rappeler à tous les spectateurs présents le pourquoi de ce retour vers le bas, même si Monsieur l'arbitre aurait pu éviter ce mauvais coup de pouce du destin. Une page se tourne pour l'Aviron avec le départ d'Alain Pochat. Peu de joueurs étant sur la feuille de match ce soir seront là encore la saison prochaine ...
Les réactions

Régis BROUARD, entraîneur de Quevilly : « Vivement que ça se termine. Je tiens à rendre un hommage à Bayonne, je suis vraiment triste qu'ils descendent, il y a de bons joueurs, ça n'a pas voulu sourire pour eux cette saison. Le match est à l'image de leur saison, à 2-0 ils devaient l'emporter. »

Alain POCHAT, entraîneur de Bayonne : « C'est un cycle qui se termine, une page se tourne avec cette der à Deschamps. Beaucoup d'émotions, une douzaine d'années passées dans ce club, j'y ai tout connu, des jeunes aux séniors. D'abord adjoint de Sarramagna puis six saisons entraineur de l'équipe première, beaucoup de choses se sont passées ... maintenant, je souhaite bon vent à tout le club. »

www.foot64.fr 

 

National, 37ème journée
A Bayonne, stade Didier Deschamps
Temps couvert, terrain en bon état
BAYONNE – QUEVILLY 2-2 (MT : 0-0)
Arbitre : Silas Billong assisté de Christophe Mouysset et Ergun Yazar
1000 spectateurs
Buts : Untereiner (60'), Vardin (csc, 65') pour Bayonne ; Ayina (84' et 88' sp) pour Quevilly

BAYONNE : Oukidja, Lalanne (Touré, 87'), Lamothe, Chort, Bidegain (cap), Elissalde, Famery, Pinau, Massampu (Giron, 59'), Untereiner (Sanz, 77'), Pinau, Diafutua. Entraineur : Alain Pochat
QUEVILLY: Coulibaly, Vardin, Vanoukia, Weis, Beaugrard (cap) (Mallein,57'), Diarra, Valero (Ayina,57'), Colinet, Laup, Herouat, Capelle (Dia,46'). Entraineur : Régis Brouard

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
19 mai 2012 6 19 /05 /mai /2012 11:20

Un nul pour la dernière

Untereiner, auteur du premier but de l'Aviron Bayonnais.

L'Aviron Bayonnais quitte Deschamps sur un match nul 2-2, non sans avoir bousculé le finaliste de la Coupe de France.

Recevoir le finaliste de la Coupe de France était déjà un évènement en soit, mais pour la dernière en National à Deschamps, les ciel et blanc voulaient s'offrir et offrir au public bayonnais, une dernière victoire.

Ce sont haut-normands qui s'octroient la première occasion. A la 8e minute Karim Herouat est lancé à la limite du hors-jeu, mais le gardien de l'Aviron, Alexandre Oukidja, gagne son duel. Première alerte. La réponse ne se fait pas trop attendre puisqu'à la 11e minute de jeu, Tommy Untereiner frappe dans le petit filet. Oukidja détourne encore une frappe, de Capelle cette fois. Bayonne se crée bien des occasions, mais bien trop imprécises. Lamothe, côté gauche et Lalanne côté droit, sortent ponctuellement de leur charnière défensive pour apporter le surnombre et provoquer de nouvelles solutions. Cette tactique porte ses fruits à la 34e. Lalanne déborde et sert Untereiner, mais le gardien de Quevilly veille au grain. 0-0 à la mi-temps, après un nouvel arrêt décisif du gardien bayonnais.

Un nul finalement

Le deuxième acte démarre mollement, jusqu'à l'entrée de Giron, à la 58e pour l'Aviron. Il ne le sait pas encore, mais il va distiller un splendide centre sur la tête de Tommy Untereiner, seul, qui ouvre le score pour l'aviron à l'heure de jeu. Vite après, rebelote. Bolamba Diafutua centre le long du but et le malheureux Vardin marque contre son camp. 2-0 pour Bayonne qui peut poursuivre sa quête d'une ultime victoire à domicile, plus sereinement. De plus, Oukidja va s'illustrer sur un débordement d'Anthony Laup à la 82e. Mais deux minutes plus tard, Ayina par seul et trompe le portier bayonnais. 2-1. Et coup de tonnerre à la 87e sur un penalty, discutable, sifflé pour une faute de Chort sur un débordement de Karim Herrouat. Ayina transforme pour un 2-2 qui laissera un léger goût amer aux ciel et blanc. Ce dernier match de National à Deschamps aura tenu ses promesses. Alain Pochat, après 12 ans à l'Aviron, tire sa révérence sous les applaudissements du public et la haie d'honneur formée par ses joueurs. Une grande page se tourne pour l'Aviron Bayonnais Football Club qui devra en ouvrir un autre dans une semaine, après la fin du championnat.

Cyril Lafitte - Sud Ouest (Samedi 19 mai)

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 13:16

La der à Deschamps

 

L'Aviron quitte Deschamps avec la venue du finaliste de la Coupe de France.

Depuis la semaine dernière et le match nul rapporté d'Orléans (1-1), l'Aviron Bayonnais est condamné au retour en CFA.

Tout juste les Bayonnais peuvent-ils encore éviter la dernière place et essayer d'accrocher la meilleure place des équipes relégables, Beauvais, où les joueurs basques se déplaceront la semaine prochaine pour la clôture du championnat, ne pointant qu'à trois petites longueurs. Ce soir, pour la dernière réception de l'année, l'Aviron s'offre une affiche de gala face au finaliste de la Coupe de France, Quevilly. Une bonne raison de se déplacer au stade ce soir pour les amateurs de ballon rond. Le coach Quevillais, Régis Brouard, indiquait il y a quelques semaines ne pas comprendre comment les Bayonnais, qui pratiquaient un joli football, pouvaient se retrouver dans pareille situation. Son équipe également produit du beau football, à l'image de son parcours extraordinaire en Coupe de France. Une équipe qui a su se remobiliser après chaque rencontre de coupe pour aller chercher les points nécessaires à son maintien.

Un départ galère

De son côté, l'Aviron en termine donc avec sa saison galère. Une saison qui avait débuté avec un repêchage tardif en National et un groupe bâti pour les joutes de CFA et pas forcément préparé à en découdre dans l'antichambre du football professionnel. Du coup, il faudra attendre la dixième journée au Red Star pour décrocher une première victoire en championnat (2-1). Deux mois de compétition sont déjà passés et les Bayonnais comptent six points de retard sur les premiers relégables. Un écart qui s'avérera rédhibitoire puisque qu'il est le même à deux journées de la fin. Pour autant, l'Aviron s'accroche aux branches et décroche deux nouveaux succès de prestige à Deschamps contre Nîmes et Epinal, deux équipes encore à la lutte pour l'accession en L2 aujourd'hui. Mais à la fin des matchs aller, l'écart avec le premier non relégable s'est accentué. Il est alors de huit points.

L'espoir renaît à la trêve

Les renforts à la trêve, les efforts sur le terrain, une certaine efficacité offensive retrouvée redonnent du peps aux Bayonnais qui se débarrassent d'Ajaccio invaincu depuis des semaines, du Poiré-sur-Vie, du Red Star et de Martigues lors d'un match au scénario insensé. Bayonne, toujours relégable, pointe à cinq longueurs du Red Star. Beaucoup et peu à la fois, mais la dernière ligne droite ne sera que le reflet de la saison bayonnaise. Quelques suspensions derrière obligeant sans cesse à modifier le moule défensif, des points perdus bêtement dans les dernières minutes de jeu et pourtant, très peu de matchs perdus (seulement deux sur les onze dernières rencontres). L'Aviron va quitter le National avec regrets mais cette dernière réception pourrait lui donner envie d'y revenir très vite. Pour accueillir les héros de la Coupe de France, l'Aviron devra se passer des services de Soubervie, suspendu et Tunani blessé. Le reste du groupe est sur le pont.

Jakes Debounco - Sud Ouest (Vendredi 18 mai)

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 12:06

     

 

National - 37ème journée

Vendredi 18 Mai - 20h00

Stade Didier Deschamps

-------------------

------------------------------------

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 19:43

La der à Didier Deschamps

 

C'est désormais officiel. L'Aviron Bayonnais Football Club est sportivement condamné au CFA à l'issue de cette 36ème journée de championnat National. Avec seulement 33 points au classement et un retard rédhibitoire de 7 points sur le 1er non relégable (Cherbourg) à 2 journées de la fin, le maintien du club est devenu impossible mathématiquement parlant. 

Avec seulement 7 victoires pour 12 nuls et 17 défaites, il n'y a malheureusement plus rien à espérer dans ce championnat. De miracle, il n'y aura pas eu, de redressement non plus, puisque les Bayonnais n'auront jamais quitté la zone rouge de la 1ère à la dernière journée de championnat. Un bien triste record dans l'histoire du club à ce niveau de compétition ... Et très très loin des objectifs affichés en début de saison par la nouvelle direction du club qui ambitionnait de terminait aux alentours de la 10ème place et qui devait soi-disant pérenniser le club à ce niveau ... et qui pour le coup, présentera le bilan le plus médiocre du club après seulement un an d'exercice.

Si l'on fait la rétrospective de la saison, le maintien ne s'est pas envolé à Orléans le week-end dernier, ni en terre bisontine 15 jours auparavant mais bien avant ... tout au long de la saison en réalité. En cette fin de saison, il ne restait plus que les adeptes de la méthode Coué, les grands optimistes devant l'éternel pour se persuader d'un maintien qui devenait de plus en plus hypothétique au fil des journées au regard de la succession de contre-performances. Les observateurs un peu plus avertis, du moins beaucoup moins naïfs, avaient remarqué depuis un moment déjà, la situation extrêmement critique pour ne pas dire insurmontable à laquelle l'Aviron était confrontée. Tous les signaux s'étaient allumés et avaient viré au rouge et les nombreux symptômes d'une équipe candidate à la relégation ne trompaient pas. L'issue était devenue inéluctable. L'épée de Damoclès qui tronait au-dessus de la tête des Ciel et Blanc a fini par tomber.

Après un début de saison catastrophique, les hommes d'Alain Pochat n'ont jamais su saisir la pleine mesure de ce championnat National, qui exige bien d'autres qualités que la volonté de bien faire dont on ne pourra pas cependant leur enlever le mérite. Car si quelques jolis mais trop rares coups d'éclat ont agrémenté la saison des Bayonnais, il n'en demeure pas moins que les hommes d'Alain Pochat ont failli à de trop nombreuses reprises cette saison et dans tous les domaines ... soit par manque de justesse technique, de constance, de concentration, soit par discipline et passant à travers de matchs-clés qui auraient pu constituer des tournants dans la saison. Bref, à aucun moment, les Ciel et Blanc n'ont réussi à engendrer une dynamique positive. Reste maintenant plus que 2 matchs pour avant tout sauver l'honneur en évitant l'humilitation de la place de dernier de classe même s'il en faut bien un ; reste aussi  pour les plus optimistes la possibilité d'accrocher une 17ème place (mathématiquement parlant possible mais devenue très hypothétique celle-là aussi) synonyme de repêchage en cas de rétrogradation administrative d'un club de National. Dernier rendez-vous de la saison de National au stade Didier Deschamps ce vendredi à 20h00 avec la réception des héros de la Coupe de France 2011/2012 : les normands de l'US Quevilly. Venez nombreux car c'est pas demain la veille qu'on retrouvera du National à Didier Deschamps en l'état actuel des choses avec une telle organisation ...

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 18:53

 

Repêché l'été dernier, Bayonne a dû se rendre à l'évidence cette saison et devra repartir en CFA lors du prochain exercice. Comme nous l'évoquions le mois dernier sur Foot-National, Alain Pochat quittera ses fonctions d'entraîneur à la fin du mois. Dès lors, l'Aviron est actuellement à la recherche de son successeur. Et selon une information relayée par foot64.fr, deux candidats seraient favoris. Il s'agit de deux anciens coachs du Pau FC, Didier Christophe et David Vignes. Le premier cité, ancien joueur de l'AS Monaco notamment, aurait une longueur d'avance. Le club devrait communiquer sur le sujet dans un futur proche.

Foot-National

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 12:56

La fin de l'aventure pour l'Aviron

Bayonne vers le CFA.

À moins d'un miracle administratif, l'Aviron Bayonnais va quitter le National en fin de saison après quatre saisons consécutives passées dans l'antichambre du football pro hexagonal.

Le match nul rapporté d'Orléans vendredi soir (1-1) marque la fin des derniers espoirs mathématiques de l'Aviron Bayonnais pour son maintien en National.

Désormais, les joueurs d'Alain Pochat ne peuvent plus qu'accrocher la 17e place et attendre un éventuel repêchage administratif. Ce douzième partage des points cette année est un peu à l'image de la saison Bayonnaise.

À savoir un retard à l'allumage, une réaction d'orgueil derrière et de multiples occasions de sortir la tête de l'eau. En vain. « C'est toujours un peu triste de quitter un tel championnat, passionnant, relevé, avec des adversaires coriaces et des matchs joués dans de beaux stades » regrettait le coach bayonnais sur les ondes de France Bleu Pays basque hier soir.

Le club bayonnais va repartir en CFA, comme il y a six ans, avec l'espoir de revenir très rapidement en National. « On va retomber dans l'anonymat, dans l'amateurisme pur et dur même si on faisait déjà figure d'amateurs cette année en National avec des joueurs qui travaillent à côté du foot » a ajouté le coach basque, satisfait de la seconde partie de saison qui a montré la vraie valeur du groupe basque.

Suprématie régionale en jeu

Désormais, le club bayonnais va devoir faire sans son entraîneur principal, Alain Pochat ayant annoncé à ses joueurs son désir de prendre du recul, dans un championnat qui risque d'être particulièrement relevé l'an prochain. En effet, avec la refonte des championnats, il y aura six descentes dans chacune des quatre poules de CFA. Avec dix-huit équipes composant ces poules, il conviendra de ne pas louper le début de saison.

Les Bayonnais retrouveront l'autre club du département, Pau, ainsi que le Stade Montois, tous deux assurés de se maintenir mathématiquement depuis ce week-end et également le Stade Bordelais, promu de CFA 2. La suprématie régionale derrière les Girondins de Bordeaux sera totalement relancée à partir du mois d'août prochain !

Jakes Debounco - Sud Ouest (Lundi 14 Mai)

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
12 mai 2012 6 12 /05 /mai /2012 12:12

L'Aviron en CFA !

En vue de la montée en Ligue 2, ils sont cinq pour trois places et hier soir, personne n'a lâché prise. Dans le bas du classement, Bayonne est cette fois condamné au CFA.

Statu quo en tête
Avec un calendrier qui promet beaucoup lors des deux prochaines journées, il ne fallait pas se rater hier soir. Les cinq équipes de tête l'ont donc emporté avec plus ou moins de brio. Niort s'impose à Quevilly (2-0), même score pour Nîmes à Créteil avec un but somptueux de Koné. Vannes et Ajaccio souffrent à domicile devant Rouen et le Paris FC (1-0). Enfin Epinal s'est fait très peur à Beauvais pour finalement l'emporter 4-3. 
Lors des deux prochaines journées, le calendrier a bien fait les choses avec des confrontations directes : Epinal - Ajaccio GFCO, Ajaccio GFCO - Niort , Vannes - Nîmes. . Rien n'est donc joué en haut de tableau même si Ajaccio, Niort et Nîmes ont un petit avantage.

Le maintien pour le Red Star et Paris FC
Inespéré ce maintien à un moment de la saison, pourtant les audoniens sont allés le chercher. Hier soir, soir les hommes de coach Doukantié se sont imposés au Poiré. Ils peuvent désormais fêter ce maintien en National. A Paris, le maintien était en vue depuis longtemps, il est désormais officiel malgré la défaite. Pour Besançon défait à Fréjus, il faudra désormais un miracle avec cinq points de retard sur Cherbourg premier non relegable. La situation n'est pas meilleure pour Beauvais et Martigues à quatre points des normands auteur d'un nul à Colmar. 

Rien n'est joué en bas sauf pour Bayonne
En bas de classement, tout est encore possible excepté pour Bayonne accroché à Orléans et qui jouera en CFA l'an prochain. Luzenac avait son maintien dans la  poche à la pause menant trois buts à zéro devant Martigues. Mais les provençaux n'ont rien lâché pour revenir finalement à trois buts partout. 

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 12:12

En direct du Stade de la Source

ce soir à 20h00

France Bleu Orléans

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article