Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 07:59

Continuer à se battre

Au match aller, Orléans s'est imposé 2-0 à Bayonne.

L'Aviron Bayonnais n'a plus son destin en main pour sauver sa place en National. Reste à terminer le plus haut possible.

Avec 7 points de retard sur Cherbourg, l'Aviron Bayonnais a quasiment un pied en CFA. D'autant plus que les résultats seuls de Cherbourg, même s'ils sont négatifs, ne suffiront pas à sauver l'Aviron. Car entre les deux équipes se trouvent trois autres potentiels relégués actuellement : Besançon, Martigues et Beauvais. Il faudrait également que ces trois rivaux directs connaissent tous des loupés d'ici la fin pour que l'Aviron s'en sorte ; bref, un gros concours de circonstances pour que les joueurs d'Alain Pochat parviennent à se sauver cette saison. Il faudra d'abord remporter les trois derniers matchs qu'il reste à jouer, à commencer par le déplacement à Orléans ce soir.

Une équipe joueuse comme Orléans et qui possède une bonne défense à domicile (6e du championnat avec 16 buts encaissés cette saison à La Source). Les joueurs de Yann Lachuer n'ont jamais été mis en danger cette saison, restant quasiment tout le temps dans la première moitié de tableau. Ils n'ont pas été loin non plus d'accrocher le podium mais n'ont jamais réussi à franchir le cap, notamment avec une multitude de matchs en retard et avec un 8es de finale de Coupe de France perdu à Quevilly. Et comme les Bayonnais auront surtout péché cette année à l'extérieur (une seule victoire en dix-sept rencontres), il faudrait presque se rendre à l'évidence. D'autant plus que les derniers résultats hors de leurs bases ne plaident non plus pas en faveur des coéquipiers de Michel Bidegain.

Trop de points perdus

Dans le sprint final qui devait les emmener jusqu'au maintien, les Bayonnais viennent de passer tout près de trois résultats positifs mais ont encaissé des buts trop importants à chaque fin de rencontre. Du dernier encaissé dans les arrêts de jeu à Besançon alors qu'ils venaient de revenir au score pour la deuxième fois dans la rencontre 120 secondes plus tôt, à celui pris à Épinal à 2 minutes de la fin alors qu'ils avaient ouvert le score à un quart d'heure de la fin jusqu'au scénario grotesque de Créteil alors qu'ils menaient de 3 buts après une demi-heure de jeu et deux buts encaissés dans les dix dernières minutes de jeu. Trop de faits contraires pour espérer s'en sortir.

Alors, même s'il reste un mince espoir, les Bayonnais le joueront quand même à fond. Inutile de calculer. Car, passé l'objectif de ne pas terminer dans les quatre derniers, il restera encore derrière l'échéance « tapis vert ». Il faut pour cela, terminer le championnat le plus haut possible dans cette zone de relégation. S'imposer à Orléans ce soir devient donc une nécessité. Il faudra le réaliser à coup sûr sans Kevin Tunani suspendu, et Luc Matatu, blessé, et certainement avec les mêmes absents que la semaine précédente à Besançon.

Jakes Debounco - Sud Ouest (Vendredi 11 Mai) 

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 09:59

Bayonne ne s'en sort pas

Michel Bidegain, auteur du premier but égalisateur hier à Besançon.

L'Aviron Bayonnais est désormais à sept points de Cherbourg, premier non relégable, après sa défaite 3-2 à Besançon. L'ABFC est quasiment relégué en CFA.

« On doit tout gagner » brève, mais caractérisant parfaitement l'état d'urgence décrétée dans le club bisontin, la déclaration de l'entraîneur de Besançon se matérialisait dès les premières minutes de la partie. Entreprenants, les locaux s'installaient rapidement dans le camp adverse. Bien emmenés par Vuillemot, les Bisontins monopolisaient la balle, sans toutefois parvenir à déjouer la défense visiteuse. Habile, prenant souvent les Bisontins dans le piège du hors-jeu, Bayonne, tel le roseau pliait sans jamais rompre. Tant et si bien qu'après dix premières minutes plutôt difficiles, les partenaires de Soubervie s'offraient leur première occasion de but.

Profitant d'une mésentente des visiteurs Audinet, marquait une première incursion bayonnaise dans la surface doubiste. Las, la prouesse se révélait sans effet. Menacés, les Doubistes réagissaient avec vigueur. À l'image de ces deux frappes consécutives de Boussaha, qui par manque de précision ou trop écrasée ne donnaient rien. Dominateur, se créant, davantage d'occasions de but que son adversaire, Besançon regagnait néanmoins les vestiaires fanny. Oukidja, par ses parades contribuant alors au semi succès des siens. (0-0 à la 45e).

De retour des citrons, les Bisontins profitaient d'une première boulette bayonnaise pour ouvrir la marque. Sur un centre de Piechocki mal dégagé par le gardien, Oukidja, malheureux se heurtait à Ahamadi. Sanctionné dans la surface, le portier était alors pris à contre-pied sur le penalty tiré par Boussaha (50e 1-0). Répliquant du tac au tac, les visiteurs revenaient au plus près des montants bisontins cinq minutes plus tard. Dans son art, Soubervie trompait alors la défense bisontine sur corner. Profitant de l'aubaine, Bideguain attentiste et esseulé, réduisait la marque en taclant le ballon dans la surface (1-1 à la 55e). Folle, la partie continuait à s'emballer et lorsqu'à la 70e, Boussaha sprintait en solitaire coté gauche, ce dernier prenait les derniers défenseurs de vitesse et courrait au duel. Après avoir piqué son ballon, l'attaquant ne manquait pas son duel face au portier (2-1 à la 70e). Menés, et donc quasiment relégués, les visiteurs jouaient dès lors leur va-tout. Les Bayonnais utilisant pour ce faire leur droit au turn-over. Las, les derniers coups francs bayonnais ne trompaient pas la vigilance des locaux. Tant et si bien qu'à là 88e minute, Bayonne semblait définitivement éliminé de la course au maintien.

Mais il était sans compter sur la combativité de Massampu qui profitant d'un centre venu de la droite, rendait espoir aux siens d'une tête piquée (2-2 à la 89e). Malheureusement, l'éclaircie s'avérait de courte durée et lorsque sur la remise en jeu, Etienne Thomas parvenait à l'entrée de la surface, ce dernier scorait grâce à une puissante frappe tirée dans la lucarne (3-2 à la 90e).

Yann Drapier - Sud Ouest (Samedi 5 Mai 2012)

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 12:54

Malheur aux vaincus

Le nul contre Niort a maintenu les Bayonnais dans la course au maintien.

L'Aviron Bayonnais et Besançon n'auront qu'un objectif : les trois points de la victoire pour espérer encore le maintien.

La mort dans l'âme, Kevin Tunani a dû déclarer forfait pour le déplacement crucial à Besançon. Une blessure à un genou lors d'une opposition sur un entraînement cette semaine a eu raison, pour une fois, du joueur bayonnais qui compte avec Luc Matutu, le plus de titularisations cette année en National avec le club basque : « ça arrive au plus mauvais moment », peste le milieu de terrain bayonnais, natif de Montreuil dans la région parisienne. « En plus, la semaine prochaine, je suis suspendu contre Orléans. C'est rageant lorsque tu te dois de tout donner pour sauver l'équipe. Moi, je veux toujours jouer. Même si j'ai eu quelques pépins physiques au cours de la saison, j'ai eu le sentiment de toujours être présent pour l'équipe. »

Formé aux Girondins

Alors qu'il ne reste que quatre matchs de championnat pour se sauver, l'Aviron devra se passer des services de l'un de ses plus gros ratisseurs au milieu de terrain au cours de ses deux prochains déplacements. Kévin a débuté le foot à Montreuil et après un bref passage à Meaux, il a intégré le centre de formation des Girondins à l'âge de 14 ans. « C'est là-bas que j'ai croisé la route de Jordan Chort, on se connaît depuis un moment tous les deux », plaisante Kévin, passé sous les ordres de Penalva, Gresser, Lucas et Battiston, les lieutenants de la formation girondine. « J'ai signé mon premier contrat pro sous l'ère Ricardo qui devait me faire jouer quelques matchs en Coupe de la Ligue pendant la saison mais Laurent Blanc est arrivé et j'ai compris que je n'entrais pas dans ses papiers. » L'actuel sélectionneur de l'Equipe de France est arrivé avec des garçons de la trempe de Diarra et Diawara. Pas besoin de lui faire un dessin. « Je marche beaucoup à l'affect, j'ai besoin de sentir que l'on compte sur moi. A 20 ans, je suis donc parti à Beauvais. » Ce longiligne joueur du milieu évoluera en Picardie en National l'année où l'Aviron effectue sa deuxième saison en CFA avant de remonter dans l'antichambre du football professionnel. « J'ai fait une bonne saison, je me rappelle y avoir disputé un 32e de finale de Coupe de France contre l'OM. » A l'aube de l'été 2008, Kevin s'apprête à signer un contrat à Charlton en Angleterre.

Saison blanche

Un essai concluant de trois semaines mais qui se termine en eau-de-boudin avec une blessure lors du dernier match amical : « J'ai vécu une saison blanche (pubalgie) et je suis resté sur Londres pour me soigner mais c'était dur de ne pas jouer. Lorsque je reviens en France, je signe à Saint-Malo (CFA 2) avec Laurent Lesgent à qui je dois beaucoup. Si je suis encore là aujourd'hui, à ce niveau, c'est en partie grâce à lui. J'ai beaucoup appris à son contact », explique Kevin qui repassera par la case Beauvais avant de rejoindre l'Aviron l'été dernier. « C'est dommage de ne pas avoir eu l'effectif que nous avons actuellement, en début de saison. On aurait un tout autre classement » affirme-t-il. « Mais c'est comme ça. On sait qu'on peut s'en sortir. On en est capable et on est tous concerné. Mais il faudra forcer la décision à l'extérieur », conclut Kevin qui sera donc absent ce soir à Besançon. Les Bayonnais retrouveront en outre Bidegain, Soubervie et Matutu, de retour de suspension mais seront orphelins de Chort et Lalanne, restés sur Bayonne.

Jakes Debounco - Sud Ouest (Vendredi 4 Mai) 

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 20:48

Le match de la dernière chance

Vendredi 4 Mai - 20h00

Stade Léo Lagrange

Le match de la dernière chance. Voilà comment pourrait se résumer le choc de bas de tableau à venir entre Besançon et Bayonne. Deux équipes qui occupent les deux dernières place au classement du championnat de National, et qui seront toutes deux dans l'obligation de s'imposer ce vendredi. Le problème, c'est qu'il ne pourra y avoir qu'un seul vainqueur. Si vainqueur il y a.

------------------------

 

Et à quelques journées de la fin, la situation est plutôt limpide : ce sera trois points sinon rien ce week-end. Le BRC, à domicile, partira avec un léger avantage. Mais l'Aviron est souvent imprévisible et capable de tout. Le perdant potentiel de cette partie aura neuf orteils en CFA. Autrement dit, victoire obligatoire lors de cette 35ème journée !

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 18:23

A quelques journées de la fin, la bataille fait rage en haut comme en bas de tableau du championnat de National. Foot-National est allé à la rencontre des entraîneurs afin d'avoir leur pronostic sur les futurs heureux et les déçus. Impressions. Pour une grande majorité des entraîneurs sondés, les Niortais de Pascal Gastien (photo) évolueront en Ligue 2 l'an prochain.

 

Pascal Gastien (Niort, leader) : "Nous sommes cinq équipes pour un podium. C'est Ajaccio qui m'a fait la plus grosse impression, même s'il s'agissait de la première journée et que nous avions sûrement encore quelques réglages à effectuer. A Epinal, nous méritions mieux, mais la régularité du SAS est tout aussi louable. En bas comme en haut de tableau, une série, bonne comme mauvaise, et tout sera possible. On a vu que plusieurs 'mal classés' ont recruté à la trêve. Du coup les écarts ne sont pas encore significatifs."

 

Dominique Veilex (Ajaccio GFCO, 2ème) : "Pour moi, Niort et Nîmes monteront en Ligue 2 à la fin de la saison. Pour ce qui est de la troisième, je pense et j'espère bien évidemment que ce sera nous. De toute manière, les cinq équipes de tête auraient mérité l'accession. Il y aura donc deux déçus dans quelques semaines. Pour le maintien, je dois dire que je suis très surpris par Martigues qui était vraiment un adversaire compliqué la saison dernière en CFA. Pour Bayonne et Besançon, il est clair que ce sera également compliqué. En revanche, Beauvais a encore une chance de se sauver."

 

Fabien Tissot (Epinal, 4ème) : "Epinal, Niort, le GFCO Ajaccio, Vannes et Nîmes. Voilà mes favoris pour l'accession en Ligue 2. Après, dans quel ordre, je ne sais pas. Tout ce que j'espère, c'est que nous serons dedans! (rires) Dans la lutte pour ne pas descendre en CFA, les confrontations directes ont toujours une grosse influence sur le dénouement final. Besançon peut peut-être passer devant le Red Star, même si l'écart est conséquent si près du terme de la saison."

 

Manu Da Costa (Rouen, 6ème) : "Mon trio de tête final se composerait de Niort, Nîmes et le GFCO Ajaccio. En ce qui concerne le bas de tableau, se prononcer semble bien plus risqué. Les différences ne sont pas énormes entre les équipes et tout est encore possible. Même des équipes comme Luzenac ou encore Quevilly devront se méfier jusqu'au bout pour ne pas être surprises sur le fil."

 

Damien Ott (Colmar, 8ème) : "A priori, Niort et le GFCO Ajaccio devraient monter en Ligue 2. En revanche, la troisième place sera extrêmement disputée avec trois concurrents qui peuvent tout aller au bout. En ce qui concerne le maintien, je tiens déjà à dire aux équipes concernées qu'il ne faut pas désespérer. Nous étions dans la même situation la saison dernière et nous en sommes sortis grandis. Je pense qu'au sein de la zone rouge, une équipe peut encore espérer se sauver. Reste à savoir laquelle."

 

Oswald Tanchot (Le Poiré-sur-Vie, 10ème) : "Je ne préfère pas me risquer au jeu des pronostics en ce qui concerne les potentiels relégués, car les écarts sont tellement infimes que tout est en encore possible, et puis parce qu'il n'est jamais agréable de 'miser' sur des équipes dans une situation délicate. En revanche, me trois favoris pour l'accession sont : Niort, Nîmes et le GFCO Ajaccio."

 

Christophe Pelissier (Luzenac, 13ème) : "La bataille sera serrée jusqu'au bout, en haut comme en bas de tableau. Pour moi, Nîmes et Niort vont terminer la saison sur le podium. Derrière, je mettrais une petite pièce sur Vannes, même si Epinal aura également son mot à dire, de toute évidence. Pour ce qui est du maintien, ce sera très compliqué pour Bayonne et Besançon, tout comme Cherbourg qui devra se méfier. Mais jusqu'au Paris FC, tout le monde doit encore se sentir concerné aujourd'hui."

 

Régis Brouard (Quevilly, 14ème) : "Je pense que la situation est claire à l'heure actuelle. Cinq équipes vont disputer les trois tickets qui mènent à la Ligue 2.Niort et Nîmes semblent les mieux placées pour y parvenir. Ensuite, leGFCO Ajaccio devrait y parvenir, même si Epinal et Vannes sont là également. Pour ce qui est de la zone rouge, je me demande vraiment comment Bayonne est avant-dernier, tant il est souvent séduisant dans le jeu. Huit équipes sont encore concernées et avec 40 ou 41 points, rien n'est acquis."

 

Jean-Marie Huriez (Cherbourg, 15ème) : "De ce que j'ai pu voir des uns et des autres cette saison, le GFCO Ajaccio et Niort devraient fêter l'accession en Ligue 2 d'ici quelques semaines. Pour la dernière place tant convoitée, Nîmes a pour moi une longueur d'avance, même si ce sera sûrement très disputé avec Vannes. En bas de tableau, je dirais que c'est un championnat étonnant. Bayonne et Besançon ont matière à se sauver, alors que ce sera compliqué pourMartigues. Pour Beauvais et le Red Star notamment, la fin de championnat s'annonce délicate également."

 

Alain Pochat (Bayonne, 19ème) : "Mon podium final serait constitué de Niort, le GFCO Ajaccio et Nîmes. Ajaccio et Epinal, les deux surprises de la tête, auront-elles la tête suffisamment froide pour aller au bout ? Pour le maintien, si une tendance se dessine au fil des journées, tout est encore possible pour pas mal d'équipes. Même Quevilly devra faire attention."

 

N'ont pas souhaité s'exprimer : Stéphane Le Mignan (Vannes), Thierry Froger (Nîmes), Jean-Luc Vasseur (Créteil), Yann Lachuer (Orléans), Charly Paquille (Fréjus Saint-Raphaël), Alain M'Boma (Paris FC), Vincent Doukantie (Red Star), Alexandre Clément (Beauvais), Jean-Luc Vannuchi (Martigues) et Hervé Genet (Besançon).

 

Vous l'aurez compris, trois favoris se dégagent très nettement en ce qui concerne l'accession en Ligue 2 : il s'agit de Niort, Nîmes et le GFCO Ajaccio. Pour l'heure, seuls les Gardois ne figurent pas sur le podium de ce championnat de National. Mais les écarts sont tellement infimes que tout est encore possible. Dans la course au maintien, en revanche, les entraîneurs interrogés semblent plus mesurés, tant la lutte devrait être indécise jusqu'au bout. Et vous, qu'en pensez-vous ?

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
29 avril 2012 7 29 /04 /avril /2012 16:05

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 23:55

Les Niortais avaient fait le plus dur avec ce but inscrit dès la 17<sup>e</sup> minute par Jimmy Roye. Mais une fois de plus, ils ne surent pas conserver leur précieux avantage.

Au pays de la force basque, aucune des deux équipes n'a réussi à l'emporter. Les Niortais voulaient engranger le maximum de points pour se rapprocher un peu plus de l'accession en Ligue 2. Alors que pour les Bayonnais, c'était une occasion de se donner encore un peu d'espoir.

Le premier contre le dernier, la meilleure attaque contre l'avant-dernière défense, on pouvait espérer voir les Chamois – dont les supporters avaient fait le déplacement en nombre – revenir de Bayonne avec les trois points de la victoire. Surtout face à une équipe basque largement remaniée avec la suspension de trois de ses défenseurs. Mais les Pyrénéens ont donné du fil à retordre aux Deux-Sévriens, dans un rencontre quelque peu tendue.
Après un quart d'heure d'observation, au cours duquel les Chamois essayaient d'imprimer leur rythme, le match s'accélèrait. Lancé par Roye, Hébras aurait pu ouvrir le score mais c'est finalement ce même Roye qui concrétisait dans la minute qui suivait (1-0, 16e). Mais à la mi-temps, tout restait à faire. Pinau venait d'égaliser sur penalty (1-1, 45e+1). Un score qui en restera là, malgré les efforts des deux camps pour le faire évoluer.

Desenclos sorti sur blessure

Les Niortais n'arrivaient pas à concrétiser leurs quelques occasions dans cette première période. Hébras, de nouveau, partait à l'attaque du bastion basque, dribblait la défense et le gardien Oukidja, mais sans succès (38e).
Pas vraiment sonnés par l'ouverture du score par leur adversaire, les Bayonnais s'accrochaient. Audinet voyait son tir tendu passer juste à côté du but de Delecroix (18e), action que répète, toujours côté gauche, Pinau, dix minutes plus tard, mais avec le même résultat.
Les Niortais revenaient des vestiaires bien décidés à ne pas se contenter du match nul, mais se faisaient bousculer par des Bayonnais qui jouaient l'une de leurs dernières cartes. Avec un Diaw à l'origine de deux actions (51e et 53e), les Deux-Sévriens s'offraient deux petites occasions en deux minutes. Puis plus grand chose.
C'était ensuite au tour des Pyrénéens de bousculer les Chamois. Mais trop naïfs en attaque, ils n'arrivaient toutefois pas à s'imposer. L'entraîneur Pascal Gastien tentait bien d'insuffler du sang neuf, avec les entrées de Durak, Hachi (qui remplaçait Desenclos, blessé à l'heure de jeu), N'Diaye, mais en vain. La force n'a pas choisi son camp ce soir, ne faisant l'affaire d'aucune des deux équipes.

 

Réactions :

Pascal Gastien, entraîneur de Niort : « Il y a de quoi être déçu par un résultat qui bien sûr ne fait pas notre affaire. Ce n'est pas suffisant, même si nous avions en face un adversaire qui a exprimé ses qualités. On a senti dès le départ chez nous un peu de retenue, liée au contexte de la Coupe de France.
Dans le contenu, notre jeu a perdu de sa fluidité par rapport à ce qu'on a produit à Besançon. On a été trop statiques, pas assez disponibles et donc en manque d'efficacité un peu dans chaque secteur. Un coup de fatigue. On est moins bien et pourtant c'est maintenant qu'il faut donner plus. »

La  Nouvelle République (Samedi 28 Avril)

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 15:21

Bayonne entretient un mince espoir

Steve Pinau, auteur du but égalisateur 

L'Aviron tient le leader en échec et glane un point précieux pour le maintien, toujours possible.

Au fur et à mesure que les journées de championnat défilent, l'urgence grandit à l'Aviron Bayonnais Football club. Toujours bons derniers malgré des prestations encourageantes lors des dernières sorties, les hommes d'Alain Pochat n'avaient d'autre choix que de battre Niort, solide leader du National. Ce point du nul, combiné aux défaites du Red Star, de Martigues et de Besançon leur permet de rester en course pour le maintien. Mais les trois points auraient véritablement remis les Basques en jeu.

Conscients de l'enjeu, les Bayonnais attaquent la rencontre par le bon bout. Mais ce sont les Chamois qui sur leur première occasion vont ouvrir le score. La paire Roye - Hébras se met en avant juste après le quart d'heure de jeu. Le second frappe sur le poteau, le premier reprend de volée et fusille Oukidja à bout portant (0-1, 16e). L'affaire ne pouvait pas plus mal débuter pour les Bayonnais qui cependant ne se désunissent pas. Ce sont eux qui dominent, qui occupent le terrain des Niortais. Audinnet, à la 18e, trouve la base du poteau visiteur. Dix minutes plus tard, c'est au tour de Steve Pinau de se montrer dangereux mais sa frappe passe de peu à côté.

Pinau égalise

Procédant en contre, Niort est tout près de doubler la mise sur sa deuxième occasion, à la 38e minute, mais Hébras manque son duel face au gardien bayonnais. Dans les arrêts de jeu de la première période, les efforts de l'ABFC sont récompensés. Pinau est ceinturé dans la surface par Bong. L'attaquant basque transforme lui-même le penalty. 1-1 à la pause.

La seconde période sera moins animée que la première, mais toujours dominée, dans l'occupation, par les Bayonnais, vaillants. Les Basques se procurent néanmoins une occasion à la 94e par Jordan Chort. Le défenseur est à la réception de Lamothe, mais sa tête passe à côté du but niortais.

Prochaine échéance pour les Bayonnais le week-end prochain à Besançon,, à égalité de points avec l'Aviron Bayonnais. Cette fois, la victoire sera impérative, avant d'aller à Orléans.

Jakes Debounco - Sud Ouest (Samedi 28 Avril) 

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 18:52

Usé, Alain Pochat ne sera plus entraîneur la saison prochaine

Alain Pochat doit trouver des subterfuges pour donner ses consignes.

Alain Pochat doit trouver des subterfuges pour donner ses consignes.

La saison prochaine, Alain Pochat ne sera plus entraîneur de l'Aviron Bayonnais Football club. Une décision motivée par plusieurs motifs. À la tête de l'équipe première depuis maintenant six saisons, l'entraîneur de l'ABFC n'a pas la tâche aisée. Contraint de « lutter », selon ses propres termes, dans un championnat très difficile avec des moyens toujours à la limite, il s'estime arrivé « au bout d'un cycle ». Mais ce n'est pas la seule explication. La suspension d'un an, infligée par la commission supérieure d'appel de la Fédération française de football est également « un élément déclencheur » au retrait du technicien bayonnais.

Les faits remontent au 10 décembre dernier. Lors du 8e tour que les Bayonnais disputent, et perdent, à Niort (3-2), Alain Pochat est expulsé par l'arbitre. Juste avant, Jordan Chort est lui aussi exclu après un second carton jaune. Devant le banc basque, le ton monte. La FFF ne retient d'abord que le rapport de l'arbitre pour appuyer sa décision de suspendre Alain Pochat six mois. Les raisons invoquées sont dures : « brutalité ou violence envers un joueur ». La commission d'appel, qui s'est réunie mi-mars est encore plus sévère et double la peine. Provoquant la colère des dirigeants de l'Aviron Bayonnais, qui n'ont pu se rendre à l'audience. Leur avion a destination de Paris n'ayant pas pu décoller en raison du brouillard qui règne ce jour sur l'aéroport de Biarritz.

Injustice

La comparaison entre le rapport de l'homme en noir et les images des altercations va dans le sens de la défense bayonnaise. L'arbitre écrit dans son rapport que « M. Pochat attrapa par le col avec ses deux mains un joueur de l'équipe adverse ». Or, les images montrent clairement que c'est le joueur qui se dirige vers l'entraîneur bayonnais, qui pendant que les esprits s'échauffent sur la pelouse ne quitte pas sa zone technique. Le Niortais agrippe Alain Pochat, qui se dégage d'un geste de la main. À aucun moment, l'entraîneur bayonnais ne s'est dirigé vers le joueur pour le saisir au col. Il est alors exclu, raccompagné au vestiaire par un dirigeant. L'arbitre, qui est alors à plusieurs mètres de l'action, comme le montre encore la vidéo, prétend qu'Alain Pochat l'a insulté. Si le technicien basque ne nie pas les noms d'oiseaux, il assure que ceux-ci étaient destinés à un joueur, et non au directeur de jeu. Lequel devait avoir l'ouïe très fine pour en avoir été persuadé. Là encore, les images sont parlantes, l'arbitre est loin d'Alain Pochat, qui très distinctement, s'adresse aux joueurs. Les événements qui suivront, dans les vestiaires et dans la tribune restent entourés de flou. Face à cette injustice, aux conséquences graves, le club a pensé faire appel au CNOSF (Comité national olympique et sportif français) qui n'aurait pu que demander une conciliation. Toutefois, face aux peu de chances de voir la démarche aboutir, et aux frais engendrés par celle-ci, la procédure ne devrait pas être engagée.

Surtout, Alain Pochat ne sera donc plus sur le banc de l'Aviron Bayonnais FC la saison prochaine. « Je suis un peu usé. Pas forcément par le terrain, parce que j'adore ça, mais par des éléments internes et externes au club », soupire-t-il. Déjà l'an dernier, il avait pris la décision de céder sa place. Mais face au changement de direction en avril 2011, il avait décidé de poursuivre l'aventure. Aujourd'hui, il ne sait pas de quoi son avenir sera fait. « Le club me propose de rester auprès des jeunes. J'ai vu aussi avec la mairie de Bayonne, je peux réintégrer le service des sports. Soit je prends une année sabbatique, ou je tente une expérience ailleurs je ne sais pas ».

Pour l'heure, Alain Pochat est encore entraîneur de l'Aviron, même s'il n'est pas sur le banc lors des matchs. Et il y a une saison à finir, avec le maintien encore en vue. Ce soir, c'est Niort qui se présente à Deschamps, pour un match qui sent la revanche et que les Bayonnais doivent gagner pour espérer encore rester en National.

Antoine Tinel - Sud Ouest (Vendredi 27 Avril)

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 13:41

L'Aviron fait le grand écart

Match décisif pour les Bayonnais face au leader de National.

L'Aviron Bayonnais est dos au mur avant de recevoir le leader ce soir. Mais l'Aviron aura à cœur de prendre une revanche sur les Chamois.

Il faut être réaliste. L'Aviron Bayonnais est mal embarqué pour éviter l'une des quatre dernières places du classement, synonymes de descente en CFA. Pour bien faire, les joueurs d'Alain Pochat doivent inscrire 12 points sur les 15 restant encore en jeu. Quatre victoires en cinq matchs, c'est tout bonnement une série qu'ils n'ont jamais réalisée cette année en championnat. Et lorsqu'en plus, se dresse face à eux ce soir le leader du championnat, Niort, qui vient asseoir un peu plus son accession en L 2, c'est quasiment impossible. Mais les Bayonnais ont plutôt bien réussi cette année face aux gros à domicile et ils ont trouvé une bonne carburation offensivement. Reste désormais à devenir infranchissable défensivement.

Trois suspendus en défense

Côté Basque, sur le plan comptable, la semaine dernière aura peut-être marqué un tournant critique dans l'optique de cette fin de saison. Un crédit de 3 buts le mardi à Créteil réduit à néant au cours d'une seconde période épouvantable. 2 points dans l'escarcelle à Épinal perdu dans le temps additionnel. Ce sont tout bonnement 5 points qui se sont envolés de manière presque incompréhensible. Et pour couronner le tout, Michel Bidegain, exclu dans les arrêts de jeu à Duvauchelle, Anthony Soubervie averti au cours du même match et Luc Matutu, averti lui aussi une semaine plus tôt, seront tous forfaits ce soir pour affronter des Chamois qui les ont battus deux fois fin 2011 (NDLR : 4-0 en championnat, 3-2 en Coupe de France quinze jours plus tard). La défense sera donc totalement remaniée autour de l'axe central qui devrait être composé par la paire Degoul-Touré. Quelques possibilités se proposent aux coaches bayonnais pour les postes de latéraux, étant entendu que Jordan Chort devrait faire parti du onze titulaire : Yoan Lamothe par exemple déjà essayé au poste de latéral droit ou faire descendre des joueurs polyvalents à l'instar de Kevin Tunani ou Rémi Elissalde.

Des stats impressionnantes

En tout état de cause, le onze présent sur le terrain devra montrer des qualités de résistance hors du commun. Car si les Niortais sont plus solides à domicile, il n'en reste pas moins vrai que les Chamois possèdent la meilleure attaque du National à l'extérieur avec une force de frappe bien huilée : cinq joueurs pointent à au moins sept buts marqués cette saison (Hebras, Gonzalez, Roye, Diaw et Glombard). Mais dernièrement, les leaders du championnat se reposent sur une défense quasi imperméable. Après un passage délicat (une seule victoire en huit matchs entre fin janvier et fin mars), les joueurs de Pascal Gatien restent sur une série de cinq matchs sans défaite (trois victoires et deux nuls) avec juste un tout petit but encaissé, sur cette même série, la semaine dernière à Besançon. L'Aviron Bayonnais n'a de toute façon plus le choix pour se rapprocher du Red Star et Cherbourg, premiers non relégables. Sinon, il faudra batailler pour obtenir la première place des équipes reléguées. C'est aussi un autre challenge !

Jakes Debounco - Sud Ouest (Vendredi 27 Avril)

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article