Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 13:00


Tout se jouera vendredi soir
SAISON 2003/2004 - CFA

Des nouvelles de l’adversaire :

Entre blessures et suspensions, Alexandre Clément et son staff ont choisi d'emmener 14 joueurs à Bayonne pour la dernière journée de National. Arrivé cet hiver et auteur de bonnes prestations en équipe réserve, le gardien de but Parfait Mandanda (petit frère du gardien marseillais Steve Mandanda) sera titularisé d'entrée et cela pour la première fois de la saison. En défense, Antoine Ponroy fait également son retour dans le groupe après un mois d'arrêt. Parti avec son équipe ce midi en direction de Bayonne, le coach a également fait appel à 3 jeunes joueurs beauvaisiens issus du centre de formation. Habituellement titulaires en 18 ans et Seniors DH, Owen Riet, Pierre Lefèvre et Loic Lemaître devraient jouer demain soir.

Le groupe beauvaisien :

Mandanda, Carlier, Ponroy, Ponge, Dikaba, Menessou, Guignery, Graton, Ramdani, Riet, N'Goma, Lemaître, Lefèvre, Ouédraogo

                                --------------------------------------------------------
La solidarité, vertu bayonnaise de cette fin de saison, aura permis à l’Aviron de partager les points du match nul sur le terrain du leader Istres, une semaine après avoir pris les trois points de la victoire face au 3ème du classement, Cannes. Bayonne avait beaucoup à craindre avant ces deux rencontres ; pourtant c’est peut-être face aux premiers de la classe que les Bayonnais auront gagné le maintien. Tenir tête aux meilleurs, une manière bien basque de montrer qu’ils ont leur place en National.

Certes, le maintien n’est à ce jour pas encore acquis avant l’ultime journée de vendredi soir, mais les hommes d’Alain Pochat ont leur destin en mains. Un match nul suffit maintenant au bleu et blanc pour les voir repartir l’an prochain en National. La dernière rencontre aura lieu à Didier Deschamps face à Beauvais une équipe qui ne joue plus rien cette saison. L’espoir est donc grand aujourd’hui chez les Basques de voir l’objectif atteint.

Face à Istres, les hommes de l’entraîneur Alain Pochat ont montré l’esprit de groupe qui permet de déplacer des montagnes. L’envie et la solidarité ont vite fait d’équilibrer des débats face à un adversaire supposé supérieur. L’Aviron aurait même pu revenir avec la victoire faute au manque d’efficacité offensive. Mais comme à l’image de la saison, les Bayonnais n’auront pas réussi à marquer ce but qui fait la différence. Le secteur de l’attaque aura été le gros point noir de la saison empêchant l’Aviron d'acquérir le maintien bien avant cette dernière journée. Heureusement, les Basques ont fait l’effort nécessaire pour ne pas avoir à gagner impérativement le dernier match. Pour une équipe en proie à des difficultés offensives, la nuance a son importance.

Marc Dufrêche - Le journal du Pays Basque
---------------------------------------------------------------


L'Aviron décroche le nul (0-0) hier soir chez le leader. Dans le même temps, Niort a été battu sur ses terres par Calais. Le verdict final attendra, le maintien se rapproche. Cherbourg (36 pts), Calais (37), Niort et Libourne (40), l'Aviron (42) et Créteil (43) étaient tous rivaux directs hier pour le maintien en national. La donne était simple lors de cette avant-dernière journée : l'Aviron, en faisant aussi bien hier soir que leurs poursuivants immédiats, Libourne (à Sannois) et Niort (à domicile contre Calais), conservaient leur destin en main pour obtenir leur maintien lors de la clôture du National vendredi prochain.

D'entrée de jeu, le défenseur Bayonnais Gérard Rolland est tout prêt d'ouvrir le score sur un corner mais le ballon heurte la barre Istréenne (6e). Le début de match est assez équilibré et l'on apprend assez vite que les Calaisiens ont ouvert la marque à Niort (23e). Une très bonne nouvelle pour le clan Basque qui va tenir le match nul à Parsemain jusqu'à la pause. Par contre, au rayon mauvaises nouvelles, les Chamois égalisent juste avant le retour aux vestiaires. Les Bayonnais possèdent à ce moment-là 43 points, Libourne et Niort pointant à deux longueurs. Calais, Cherbourg et Sannois descendent officiellement en CFA.

Mais Calais réagit dès le retour sur le terrain à Niort en reprenant l'avantage (54e) alors que Libourne inscrit deux buts coup sur coup à Sannois (66e et 70e). Il reste un quart d'heure et si çà ne bouge plus nulle part, les Bayonnais réalisent la bonne opération de la soirée. Mais il faut tenir à Istres et espérer que Niort n'égalise plus. Malgré des fins de rencontres stressantes en Provence et dans les Deux-Sèvres, les marques n'évolueront plus.

L'Aviron (43 pts) possède désormais trois longueurs d'avance sur le duo Calais-Niort, les deux premiers relégables Un simple match nul à Deschamps vendredi contre Beauvais (20 heures), qui ne joue ni la montée, ni la descente cette saison, assurera le maintien définitif aux hommes d'Alain Pochat.

Jakes Debounco (Sud-Ouest - Samedi 23 Mai)
img139/8452/logosudnx7.png
------------------------------------------------
TOUS AU STADE
EN BLEU ET BLANC


Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 12:10

« Rien n’est encore joué »

L'entraîneur bayonnais reste vigilant avant la dernière rencontre de championnat.
L'Aviron Bayonnais avait tout à craindre de cette avant-dernière journée. Malgré les trois points pris la semaine précédente face à Cannes, les Bayonnais pouvaient de nouveau perdre beaucoup avec ce déplacement chez le leader Istres alors que leurs principaux rivaux pour le maintien, avaient, a priori, des matches plus aisés. Mais en National, chaque rencontre est une lutte permanente. Ce qui devrait encore plus bonifier la performance des joueurs basques si d'aventure ils parvenaient à se maintenir.

Un point ultra-important !

« Il ne faut surtout pas croire que tout est fini », se méfie Alain Pochat, « il faudra ferrailler jusqu'au bout et rester très vigilant. Car on voit toujours des scénarios bizarres sur des dernières journées. » En attendant la soirée de vendredi et la réception de Beauvais, les joueurs bayonnais ont au moins su conserver leur destin en main. En allant chercher un point plus que précieux à Istres (0-0). Un point qui permet aux coéquipiers de Marc Estrade de se « contenter » d'un simple partage des points face à Beauvais vendredi soir plutôt que d'être obligé de vaincre les Picards. Tout est dans la nuance !

Vendredi soir, à Istres, l'Aviron a une nouvelle fois joué avec ses armes : « Tout le monde s'est montré solidaire. Il le fallait quand on sait qui il y avait en face », s'est réjoui Alain Pochat. « On est content de ramener ce point car c'est aussi une rencontre dans la continuité de notre victoire contre Cannes. Tant dans l'investissement des joueurs, dans leur solidarité que dans la conduite du match. On n'a jamais fait n'importe quoi. »

Avec une formule en 4-4-2 et un milieu en losange, on ne peut même pas dire que l'Aviron s'était déplacé dans l'optique de tout verrouiller derrière : « On est très bien entré dans la partie et on aurait pu marquer ce fameux premier but par Gérard Roland sur corner ou Sylvain Heckly juste avant. On aurait même pu bénéficier d'un penalty suite à une faute commise sur Steven Giron. Cela dit, on a été très rigoureux dans les consignes pour les empêcher de jouer leur football et ils ont été obligés d'abuser du jeu long », se félicitait le coach bayonnais. Seul petit point noir, la blessure du gardien Ximun Duhour à dix minutes de la fin de la partie : « Ximun a eu le nez cassé sur une sortie aérienne mais il a tenu jusqu'au bout du temps additionnel. » Cette blessure ne devrait pas l'empêcher de tenir son rang vendredi soir. Les Bayonnais repartent au boulot dès ce soir. « Si on veut obtenir notre maintien, il faudra aller se le chercher », conclut Alain Pochat. Et contre une équipe dépourvue de toute pression, ce ne sera pas si simple que cela.

Jakes Debounco (Sud-Ouest – Lundi 25 Mai)
img139/8452/logosudnx7.png

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 10:30
img89/2292/aupaabne3.gifimg89/2292/aupaabne3.gif

img232/6075/jeuconcourszc3.png
Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 05:24

Le petit exploit de l’Aviron

Istres, assuré de son accession à la Ligue 2 avait prévu une grande fête pour son dernier match de la saison sur ses terres. Une fête contrariée par la belle prestation des Bayonnais qui ont magnifiquement défendu leur territoire et auraient sans doute même mérité de l'emporter avec davantage de réalisme face au but.
Les Basques entamaient la rencontre de la meilleure des manières, le tir de Gérard Rolland heurtait la transversale. Ce n'était que partie remise, les Ciel et Blanc se devaient de contenir la réplique azuréenne. Ce qu'ils ont fait, vaillamment, jusque dans les dernières minutes de la rencontre, en parvenant à décrocher le dixième match nul de leur saison. Un nul qui suffira à leur bonheur, vendredi prochain, dans l'optique d'un maintien, au vu du match d'hier soir, bien mérité.
                          ----------------------------------------------------------------------------------
                           Résultats 37ème journée

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 12:53

Un succès indispensable

L'Aviron rend visite ce soir au leader, assuré de l'accession en Ligue 2 et machine à gagner à domicile. Les trois points sont pourtant nécessaires.
L'Aviron Bayonnais a bien fait de prendre les trois points samedi dernier à Deschamps contre Cannes. Outre le fait d'avoir anéanti tout espoir d'accession à la Ligue 2 aux Azuréens, les joueurs d'Alain Pochat restent juste au-dessus de la zone rouge. Ils ont encore leur destin entre les mains à deux journées de la fin et ils se sont aussi donnés une bonne dose de confiance avant d'aller affronter Istres, le leader, chez lui.

Istres, monstre à domicile

Les Bayonnais rendent visite aux Istréens qui ont loupé le coche la semaine dernière à Laval pour le compte du titre de champion de National. Même si l'objectif avoué des dirigeants Istréens en début de saison a été réalisé (l'accession en Ligue 2), il n'en reste pas moins vrai que les joueurs de Nicolas Usaï et Henri Stambouli vont vouloir désormais conserver leur première place. Quasiment invincible chez lui (une seule défaite en dix-huit rencontres), Istres est l'équipe la plus performante à domicile du championnat et possède un trio d'attaquants hors pair avec Arbaud (11 buts), Feindouno (11 buts) et Mesloub (9 buts). Ces trois joueurs ont inscrit 60 % des buts provençaux cette année ! Auteurs d'un bon match nul à Laval la semaine dernière, les Istréens savent ce qu'il leur reste à faire pour rester en tête, à commencer par dominer une équipe Basque venue défendre ses chances de maintien avec une grosse volonté à Parsemain qui verra toute sa tribune Est ouverte gratuitement. L'ambiance promet d'être chaude !

L'Aviron avec ses armes

Comment contrecarrer cette armada provençale ? Il y a trois mois, les Bayonnais avaient déjà réalisé un petit exploit à domicile lors de la rencontre aller, disputée en match en retard (0-0). Les coéquipiers de Marc Estrade avaient empêché les Istréens de jouer leur football et avaient répondu présents dans les duels, les longs ballons aériens et auraient même pu prendre les trois points avec un soupçon de réussite offensive. Les Bayonnais pourront compter sur les retours de suspension de la charnière centrale Degoul-Roland même si les joueurs alignés contre l'AS Cannes samedi dernier ont parfaitement rempli leur rôle. Et mis à part ces deux retours, le groupe ne devrait pas subir de gros changements. Reste la récupération. Les Bayonnais ont livré un gros match samedi soir et ont pris la route hier pour Istres. Ces quatre jours de récupération auront-ils été suffisants pour l'Aviron ?

Le maintien

Outre le résultat des Bayonnais à Istres, les regards seront également tournés vers Sannois (qui reçoit Libourne, 40 pts) et vers Niort (40 pts) qui accueille Calais. Créteil (43 pts) reçoit Cassis la boule au ventre : les Cristoliens ne sont pas sortis d'affaire. L'objectif pour ces quatre équipes, qui se tiennent en trois points, sera de conserver leur destin en main avant le coup d'envoi de la dernière journée. Et les joueurs Basques sont les seuls à se déplacer ce vendredi, qui plus est chez le leader ! Ça va se jouer à peu de chose. Tous les matches débutent à 20 heures.

Jakes Debounco (Sud-Ouest – Vendredi 22 Mai)
img139/8452/logosudnx7.png
---------------------------------------------

Ce soir, Stade Parsemain - 20h00

Istres (1er, 71 points) - Bayonne (15e, 42 points)

Arbitre : M. Desiage

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 11:56

img89/2292/aupaabne3.gifimg89/2292/aupaabne3.gif
-------------------------------------------------------------------------------
Programme 37ème journée

img293/805/multiplexfootnaten2.png -----------------------------------------------------------------

A la conquête du maintien

Plus que 2 journées avant que le rideau du championnat National 2008/2009 ne se baisse définitivement le 29 mai au soir. Ce vendredi, l’Aviron se déplacera donc une dernière fois sur les bords de la Méditerranée, chez le leader Istres, avant de recevoir Beauvais le vendredi suivant pour la clôture du championnat. Et malgré l’excellent résultat obtenu le week-end dernier à domicile face à Cannes, les Bayonnais restent toujours sous la menace des deux plus dangereux rivaux : Libourne et Niort pour ne pas les nommer, qui bénéficient d’un goal-average particulier favorable vis-à-vis de l’Aviron. Avec seulement 2 point d’avance sur le premier relégable, les Ciel et Blanc sont donc obligés d’aller faire un résultat sur les bords de la Méditerranée et l’avenir de l’Aviron en National se jouera peut-être là-bas. Puisque dans le même temps, Libourne se déplacera chez la lanterne rouge Sannois St Gratien, condamnée à la relégation en CFA, tandis que Niort recevra Calais pour un match de la mort. A cet instant précis, l’Aviron est toujours maître de son destin, là est l’essentiel, et devra le conserver à la sortie du match à Istres.

Parmi les bonnes nouvelles, on notera les retours de suspension de Roland, Degoul, Amieux qui intégreront d’ailleurs l’effectif ciel et blanc. Et ce ne sera pas de trop pour affronter une équipe qui évoluera l’an prochain en Ligue 2 et qui s’est fixée un nouvel objectif, celui de s’adjuger le titre de champion du National 2008/2009 devant Laval.

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 23:59

Le festival de Bayonne

Les Bayonnais ont été au bout d'eux-mêmes pour faire chuter une équipe en pleine ascension (1-0). Ils gardent leur destin en main.
Pour se farcir l'une des équipes les plus performantes en 2009, l'Aviron Bayonnais était loin de partir favori avec son effectif amoindri par les suspensions de plusieurs joueurs titulaires.

Un onze inédit

Manu Degoul, Gérard Roland et Nicolas Flégeau suspendus en défense, Anthony Soubervie incertain jusqu'au dernier moment, Alain Pochat était obligé de s'adapter pour composer son onze de départ samedi soir. Finalement, le latéral droit bayonnais a quand même pu tenir sa place, permettant au capitaine Marc Estrade de glisser dans l'axe, associé pour la première fois au jeune Jérôme Arhancet, Sébastien Camiade lui, prenant position sur le flanc gauche. Avec cette défense inédite placée devant Ximun Duhour, il fallait aussi des guerriers au milieu de terrain et le moins que l'on puisse dire, c'est que tout le monde a tenu son rôle jusqu'à la fin, ce dont se félicitait Alain Pochat après la rencontre : « Quand je vois le match qu'ils sont capables de faire, tous les joueurs qui se battent corps et âmes, et le coeur qu'ils y ont mis, ils méritent le maintien. Je m'aperçois que tous les garçons qui sont entrés dans le groupe ce soir ont apporté leur pierre à l'édifice. » Le jeune Steven Giron, avec son petit gabarit aux avant-postes, n'a pas laissé non plus sa part au chien : « Et il n'a que 20 ans » ajoute Alain.

El Hajjam ouvre le score

Et durant les quarante-cinq premières minutes, le plan mis en place par les joueurs Basques a fonctionné à merveille, Duhour n'ayant aucun arrêt à effectuer sur sa ligne de but. Jouant sans complexe, présents dans les duels et dans la récupération du deuxième ballon avec quand même un peu de carence en matière offensive, les Bayonnais n'ont jamais laissé les Azuréens s'installer dans la partie. Et au retour des vestiaires après la pause, le but de Younes El Hajjam délivre tout le monde (55e) : « J'avais vu en première période qu'il y avait de l'espace entre le latéral droit et son milieu » explique le milieu Bayonnais, « Steven me donne un bon ballon dans la course, je réussis un petit pont du droit et je marque du pied gauche. Le ballon file sous le bras du gardien ». Une ouverture du score de belle facture pour le désormais meilleur buteur du club avec Rémi Laurent (trois buts chacun) : « Je me suis fait chambrer toute la saison par le coach mais je lui ai toujours dit que je marquerai du pied gauche » souriait Younes El Hajjam.

Une grosse résistance

Mais le plus restait à faire : résister au réveil Cannois. « Depuis le début, on se dit que c'est le groupe qui fera la différence » indique le capitaine Marc Estrade. « Ce soir, personne n'a rien lâché, tout le monde a fait les efforts. C'est donc une grosse satisfaction d'avoir pris les trois points. » Car la fin de match a été invivable. Les Bayonnais ont été contraints de terminer à dix (exclusion de Michel Bidegain, 85e), l'arbitre étant soudainement pris de « cartonite » aiguë et sous la pression Cannoise (trois grosses occasions dans le temps additionnel qui aura duré 6 minutes), l'Aviron va finalement résister jusqu'au bout. Les trois points obtenus ne sont pas encore décisifs, l'Aviron possédant toujours ses deux petites longueurs d'avance sur la zone rouge, mais ils caractérisent la volonté d'un groupe déterminé à se battre jusqu'au bout !

Le point sur le maintien

Malgré tout ce qui a été fait samedi soir, l'Aviron Bayonnais possède exactement la même avance qu'avant cette 36e journée. Sannois est désormais sportivement condamné avec ses 33 points mais juste devant, Cherbourg qui vient de remporter sa troisième victoire consécutive, est encore vivant (36 points). Les joueurs de Noël Tosi doivent gagner leurs deux dernières rencontres et espérer que Libourne et Niort n'en gagne pas une seule. Compliqué! Calais (37 points) s'est enfoncé un peu plus vers le CFA, Libourne et Niort (40 points) sont à égalité de part et d'autre de la ligne de flotaison. Les Bayonnais possèdent deux petits points d'avance sur ce duo.

Jakes Debounco (Sud-Ouest - Lundi 18 Mai)
img139/8452/logosudnx7.png

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 18:32

HEROÏQUES

SAISON 2003/2004 - CFAA des centaines de kilomètres de la Croisette où se déroule en ce moment même le festival de Cannes, un autre film très attendu était à l'affiche : Bayonne - Cannes. Mais quel type de film ? Impossible de le savoir à l'avance. Allait-on assister à un court-métrage dont l’épilogue serait vite connu ou au contraire, à un long métrage avec de multiples rebondissements et un suspense hitchcockien ? Les protagonistes étaient eux connus à l’avance. D’un côté, une équipe basque sérieusement diminuée à cause des suspensions, en quête de rachat après avoir manqué les derniers épisodes ; de l’autre, une formation cannoise bien décidée à jouer les premiers rôles et voulant décrocher la palme d’or en cette de saison. Mais à l’entracte, difficile de dire qui aura le fin mot de l’histoire. Finalement, la balance a penché en faveur des Basques et le happy-end sera bayonnais au terme d’une rencontre époustouflante. Si la rencontre n’a peut-être pas atteint des sommets, elle a en tout cas tenu toutes ses promesses sur le plan de l’émotion, joie, angoisse, tension, crispation. Les 1500 spectateurs du stade Didier Deschamps en auront vu de toutes les couleurs.

La première mi-temps est engagée et les locaux font face au défi physique imposé par une très athlétique formation méditerranéenne. Les occasions sont rares et le jeu se passe au milieu de terrain où la bataille est rude. Les visiteurs dominent cette première période mais la défense bayonnaise new-look arrive à contenir les dangereuses offensives rouges et blanches. Malgré tout, les Bayonnais parviennent à déstabiliser la défense cannoise sur quelques longs ballons en profondeur sans toutefois arriver à se mettre en bonne position pour tirer. La tension est bien palpable tant l’enjeu de la rencontre est crucial pour les 2 équipes qui regagnent les vestiaires à la pause sur un score vierge.
 

La 2ème mi-temps reprend et tout reste à faire d’un côté comme de l’autre. 10 minutes de jeu en seconde mi-temps, sur un contre bien négocié, le ballon arrive à El Hajjam décalé sur la gauche, lequel efface son vis-à-vis avant d’armer un tir puissant du gauche que le gardien cannois dévie mais le ballon finit sa course sous la transversale. 1 – 0 à la 54ème minute dans un stade Didier Deschamps qui exulte. A partir de là, le rythme de la rencontre monte d’un cran. Les Cannois sont obligés de jouer leur va-tout pour tenter de renverser la vapeur et rester dans la course à la montée en Ligue 2. Les protégés de Patrice Carteron misent sur l’attaque, n’hésitant pas à jouer avec 4 joueurs aux avant-postes mais leur domination ne se concrétise pas au tableau d’affichage. Tenir, tenir, tenir. Tel était le leitmotiv auquel s’employait corps et âme le 11 bayonnais, exemplaire de courage. A 10 minutes de la fin, Seidou a même l’occasion de sceller le sort de la rencontre ; l’attaquant bayonnais profite d’une mésentente dans la défense adverse mais sa tête vient mourir sur le poteau. La fin du match est haletante, les vagues cannoises déferlent et les Bleu et Blanc, réduits à 10 après l’expulsion de Bidegain, éprouvent les plus grosses difficultés à conserver le ballon. Le suspense est à son comble. Dans une superbe ambiance, portés par un public tout aussi enthousiaste qu’anxieux, les joueurs d’Alain Pochat trouvent les dernières ressources nécessaires pour résister jusque dans les arrêts de jeu interminables. Hier soir, le héros du film était bayonnais mais le maintien n’est pas pour autant acquis, loin s’en faut. A 2 journées de la fin, les Txuri Urdin ont seulement 2 points d’avance sur le premier relégable. Les Ciel et Blanc ont toujours leur destin en main et devront absolument le conserver à l’issue du prochain rendez-vous, vendredi soir chez le leader Istres où les Bayonnais tenteront d’aller créer la surprise.

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 13:13

img89/2292/aupaabne3.gifimg89/2292/aupaabne3.gif
--------------------------------------------------------------------------------
L'adversaire du jour : l'AS Cannes

C’est le club du championnat National qui possède l’un des plus beaux palmarès du football français. Club omnisports fondé en 1902, la section football est apparue en 1909 et obtient son statut professionnel en 1932. Evoluant durant de nombreuses saisons en 1ère et 2ème division, l’AS Cannes remporte la Coupe de France en 1932 et participe à 2 reprises à la Coupe UEFA dans les années 90. La liste est longue des joueurs que le club cannois a vu éclore et qui sont devenus célèbres par la suite. Johan Micoud, Patrick Vieira, Zinédine Zidane, Alen Boksic, Yannick Stopyra, Peter Luccin pour ne citer qu’eux, sont passés par le club méditerranéen aux célèbres bandes verticales rouges et blanches. Sans parler des entraîneurs de renom qui ont été à la tête de cette équipe : parmi eux, Bernard Casoni, Luis Fernandez, Guy Lacombe, René Marséglia, Stéphane Paille et aujourd’hui Patrice Carteron.

Descendu en National à l’issue de la saison 2000/2001, le club qui a perdu son statut professionnel en 2004 bataille depuis 7 saisons pour retrouver le monde professionnel, échouant parfois de peu comme en 2005/2006. Cette saison, les Cannois ont réalisé un début de championnat chaotique mais sont très bien revenus dans la course à la montée, preuve en est leur série de 19 matchs consécutifs sans défaite. Les Cannois sont à la poursuite de Arles, actuel 3ème et 2 points devant eux, pour décrocher le dernier strapontin synonyme de montée en Ligue 2. L’AS Cannes qui est arrivé ce vendredi sur la côte basque, se présente donc à Bayonne avec de grosses ambitions et n’a plus le droit à l’erreur jusqu’à la fin, en espérant un faux-pas arlésien.


---------------------------------------------------------------------------------
 

img293/805/multiplexfootnaten2.pngimg89/2292/aupaabne3.gifimg89/2292/aupaabne3.gif
Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 12:22

Cannes aux basques d'Arles

Cannes et Tshibumbu (à gauche) veulent filer en Ligue 2, mais Bayonne (en bleu) joue son maintien en National chez lui. Les deux équipes, qui s'étaient affrontées à Coubertin le 20 décembre dernier (1-0), se retrouvent avec deux objectifs opposés.
Et le lofteur du jour est ... Dix-sept joueurs ont pris l'avion hier pour l'aéroport de Biarritz-Parme. Seize figureront sur la feuille de match ce soir pour affronter Bayonne au stade Didier Deschamps (20h00). Le malheureux élu, lui, prendra place en tribunes, et pourra, pourquoi pas, jouer les consultants au micro de l'AS Cannes radio.
Bayonne pas sauvé
Bayonne-Cannes, c'est le match des extrêmes. Avec dans le coin bleu, des Basques classés 16e et pas assurés de leur maintien (2 points d'avance seulement sur Niort et Calais).Dans le coin rouge (et blanc) des Azuréens toujours pas dans le trio de tête (4e) malgré une impressionnante série de 19 rencontres sans perdre !Série d'ailleurs entamée face à ces mêmes Bayonnais, le 20 décembre grâce à un but contre son camp d'un défenseur de l'Aviron (1-0).Depuis, aux confluents de la Nive et de l'Adour, de l'eau a coulé. Sur la Croisette aussi. Où l'on s'est lancé dans une folle mais pas désespérée course-poursuite, aux... basques d'Arles. Épuisant. Et pourtant, c'est maintenant, à trois journées de la fin, qu'il faut donner les derniers coups de cravache. Pour ne rien avoir à regretter, au cas où les Provençaux perdraient encore des plumes, comme ils le font depuis un mois (4 points sur 12 lors des quatre derniers matches contre 8 pour Cannes). La pression serait-elle sur les épaules des « fuyards » ? On dirait bien...
Les nuls, ça suffit !
Mais les Cannois, eux aussi, ont perdu des points : 2 seulement engrangés à Croix-de-Savoie (1-1) et contre Laval (1-1) : ils auraient aussi bien pu n'en glaner aucun comme en glaner 6 sur ces deux matches. D'où un sentiment mitigé, et une vraie difficulté à tirer une quelconque conclusion. Si ce n'est celle-ci : les nuls, ça suffit ! À Bayonne, Cannes devra gagner. Doit gagner. Parce que si Arles est accroché dans le même temps à Pacy-sur-Eure, la montée se rapprochera un peu plus, elle qui fut à portée de fusil il y a à peine quinze jours, lorsque les joueurs de Carteron étaient revenus à 2 points. Depuis, ils sont repassés à 4, puis à 3. Et ce soir ? Tous les scénarios sont possibles. Même le pire. C'est cela justement qui est passionnant. Imaginez : Cannes perd à Bayonne, chez la meilleure défense et aussi la plus mauvaise attaque à domicile (8 buts encaissés, 11 marqués). Et Arles, déjà vainqueur à 11 reprises loin de ses bases (record du National depuis sa création, à égalité avec Clermont !), gagne à Pacy. Tout serait alors terminé. On préfère de loin le scénario inverse ! Pour revenir des Pyrénées-Atlantiques avec le pactole, l'équipe de Patrice Carteron devra « mordre » dans ce match, aller de l'avant, sans faire n'importe quoi. Zarour, rétabli, devrait réintégrer sa place aux côtés de Paulle en défense centrale. M'Bow pourrait glisser au milieu avec Ayasse. Devant, Tshibumbu, le « Drogba » cannois, auteur d'une entrée fracassante contre Laval, pourrait débuter avec Kharbouchi. Enfin, ça, c'est nous qui le supputons ...
L'équipe probable : Hiaumet - Marie, Gimenez, Paulle, Zarour - Ayasse, M'Bow, Bauthéac, Baldé (ou Vincent) - Kharbouchi, Tshibumbu.
Remplaçants : De Courcy (g), Haderbache, Chatila (ou Boronad), Vincent (ou Baldé), Fouret.

Nice-Matin (Samedi 16 Mai)
----------------------------------------------------------------------
Décrocher la palme

Encore à la poursuite du maintien, l'Aviron accueille ce soir une formation cannoise qui, elle, est toujours à la lutte pour l'accession en L2.
Les cinq victoires obtenues consécutivement contre Cassis, Calais, Pacy, Rodez et Louhans (sur le même score de 1-0) semblent bien loin désormais. Et pourtant, acquises entre le 14 mars et le 11 avril dernier, elles ont à peine plus d'un mois. Permettant de sortir l'Aviron Bayonnais d'une très mauvaise passe, elles ont caché le fait que le maintien n'était pas encore totalement dans la poche. Et le petit point (arraché de haute lutte contre Laval) pris sur les quatre dernières rencontres a ramené les Ciel et Blanc à la dure réalité du National. Il va falloir cravacher jusqu'à la dernière seconde de ce championnat pour gagner le droit de repartir au mois d'août prochain dans l'antichambre du professionnalisme.

Impressionnants Cannois

Ce soir, contre Cannes, les Bayonnais vont devoir faire face à un remaniement défensif important. L'exclusion de Nicolas Flégeau contre Libourne écarte quasi définitivement le latéral gauche Bayonnais de la fin du championnat. Mais ce soir, c'est également la charnière centrale dans son ensemble qui fera défaut, Manu Degoul et Gérard Roland étant eux aussi suspendus pour ce match capital. Trois défenseurs sur quatre en moins, l'assise défensive Basque sera en difficulté face à la jeunesse et l'explosivité des jeunes Bauthéac et Tshimbumbu (17 buts à eux deux) et face à l'expérience de Fouret (déjà 7 buts cette année). Cinquième attaque du championnat, l'AS Cannes est lancée plein pot sur le troisième Arles : à trois journées de la fin, les hommes de Patrice Carteron comptent trois longueurs de retard (plus la différence de but particulière, négative contre les Héraultais). Mais ils n'ont pas le droit à l'erreur. Partis avec un large retard, les Cannois restent sur une impressionnante série de dix-neuf matches sans la moindre défaite. Et petit clin d'oeil du destin, c'est contre l'Aviron le 20 décembre dernier que la remontée vers le haut de tableau a débuté ! Pourquoi ne pas stopper cette série ce soir ?

A la recherche de la confiance

C'est tout l'enjeu de la rencontre de ce soir à Deschamps. Les deux équipes sont à la recherche de points précieux pour leur avenir. Et bien que l'Aviron soit encore maître de son destin, çà se joue à très peu de choses. Le moindre point laissé en route ce soir et les regards seront tournés vers Calais (qui accueille Gueugnon) et Niort (qui se déplace Cassis) : si l'une de ces deux équipes venait à l'emporter, la donne ne serait plus la même. Du coup, l'Aviron se doit de retrouver la confiance qui l'animait il y a tout juste un mois. La confiance mais aussi les vertus morales nécessaires pour faire basculer une rencontre. Car contre Cannes, c'est bien de çà qu'il s'agira : maîtrise défensive, présence dans tous les duels et réussite offensive. Après, il sera temps de penser aux deux dernières journées.

Jakes Debounco (Sud-Ouest – Samedi 16 Mai)
img139/8452/logosudnx7.png

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article