Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 13:25

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 09:51

L'Aviron Bayonnais assommé sur la fin

Bayonne tourne le dos à une victoire qui lui tendait pourtant les bras.

Les Basques lâchent un match à sa portée dans le temps additionnel contre Fréjus (1-1). Session de rattrapage demain soir contre Orléans

Pareille mésaventure était arrivée à l'Aviron Bayonnais en tout début de saison.

Lors de la troisième journée, à domicile contre Colmar, les joueurs basques avaient pris deux fois les devants et s'étaient fait rejoindre à deux reprises. Et comme à la fin du mois d'août 2011, l'Aviron pensait bien avoir fait le plus dur en marquant en toute fin de rencontre. Et les efforts fournis sont assez mal récompensés puisque deux minutes derrière, ils encaissent le but égalisateur.

Colmar et Fréjus, ce sont donc quatre points de perdus. Dans une course effrénée au moindre petit point, cela peut faire la différence en fin de saison.

Pour le coup, samedi soir, l'Aviron peut s'en mordre les doigts. Les coéquipiers de Manu Degoul ont été auteurs d'une première période plutôt timorée. Empruntés dans la circulation du ballon, les Bayonnais ne se sont montrés dangereux qu'une seule fois au cours du premier acte (un face-à-face perdu par Teddy Audinet face au gardien Varois Dreyer, 28e) mais n'ont pas été non plus super-inquiétés défensivement même si les visiteurs ont remporté cette première période au nombre d'occasions de but.

À 30 secondes près !

Et puis, tout s'est accéléré au retour des vestiaires. Passés tout près de la correctionnelle sur une action de Delclos (53e), les Bayonnais vont dominer la seconde période, passer par les largeurs et abuser de centres qui ne trouveront malheureusement pas preneurs. Sanz (59e), Degoul (61e), Famery (63e), Audinet (68e), Pinau (71e) et Serra (80ee) vont chacun avoir des situations intéressantes mais il manque l'instinct du tueur. Pourtant, sur une action mal engagée au départ, relance approximative d'Oukidja sur Soubervie qui balance une ouverture lointaine, Steve Pinau parvient à résister au dernier défenseur Varois et ouvrir le score pour les siens (89e, 1-0). Il inscrit ainsi son troisième but depuis le début de la phase retour et revient à une unité du meilleur buteur bayonnais, Diafutua (quatre réalisations).

Il reste 3 minutes de temps additionnel à tenir. Malheureusement, au bout du bout, l'attaquant Ba va réaliser le geste parfait et réduire à quasi-néant tous les efforts des joueurs basques.

L'Aviron Bayonnais n'aura pas le temps de gamberger. Dès demain soir, il faudra remettre le tablier et prendre nécessairement les trois points contre Orléans (match en retard de la 18e journée). Le onze de départ devrait être modifié et certains joueurs, mis au repos samedi soir, être alignés d'entrée de jeu pour redonner des couleurs aux ciel et blanc à treize journées de la fin.

Jakes Debounco - Sud ouest (Lundi 5 mars 2012)

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 11:00

Faire pâlir l'étoile

Pour éviter la bascule en CFA, les Bayonnais doivent prendre des points à domicile.

L'Aviron reçoit l'Étoile de Fréjus-Saint-Raphaël ce soir. Les Varois jouent sans pression du résultat et viennent d'accrocher Niort.

L'Aviron Bayonnais, battu à Vannes samedi dernier, n'a certes pas arrangé ses affaires au classement mais revenir bredouille de Bretagne a quand même moins d'importance que les trois points perdus quelques jours auparavant à domicile contre un rival direct au maintien.

C'est bien ce soir-là que les Bayonnais ont perdu beaucoup dans cette première semaine à trois matchs. Et finalement, avec trois points pris sur les trois matchs (Poiré, Luzenac et Vannes), les Bayonnais n'ont pas réussi à combler la totalité de leur retard sur les formations en équilibre instable au niveau de la ligne de flottaison. Car si l'Aviron est pour l'instant bien englué dans la zone rouge, beaucoup d'autres ne sont pas encore sauvés. Le maintien concerne même toutes les équipes de la seconde moitié du classement.

Entre Beauvais, premier relégable et Orléans, dixième, il y a tout juste quatre points qui séparent les deux équipes. Alors, certes, l'Aviron a pris trois points importants contre Le Poiré mais il faudrait, pour bien faire, prendre six autres points au cours de cette seconde semaine à trois matchs.

Fréjus, le chaud et le froid

C'est d'abord Fréjus qui se présente ce soir à Deschamps. Une équipe Varoise qui s'était imposée logiquement au match aller (2-0) et qui avait vu Samuel Atrous, le gardien Bayonnais de cette 8e journée, repousser en plus deux penalties. Le club de l'Etoile s'est depuis séparé de son entraîneur, Franck Priou, en manque de résultats, juste avant Noël. Il a été remplacé par le coach du CFA2, Charly Paquillé. Depuis, les Varois soufflent le chaud et le froid. Le chaud à domicile avec trois victoires d'affilée (Rouen, Martigues et le Paris FC) avant de dominer et d'accrocher le leader Niort samedi dernier (0-0). Le froid à l'extérieur où l'Étoile vient d'enchaîner trois défaites successives (à Besançon, Nîmes et Cherbourg). Le club Varois n'a plus rien à craindre, ou presque, de la seconde moitié de tableau et s'il veut encore espérer le podium, ça passera inévitablement par des succès hors de ses bases. Pour cela, il pourra compter sur ses artificiers Scarpelli (dix buts) et Delclos (cinq) et le joker de luxe, Patrice Vareilles (trois buts inscrits) qui reviendra sur un terrain où il avait marqué seize fois en championnat entre les saisons 2005 et 2006.

Penser également à Orléans

Côté Basque, les deux réceptions en quatre jours peuvent permettre aux joueurs d'Alain Pochat de se rapprocher de la zone de maintien. Michel Bidegain (tout comme le Luzenacien Niangbo) est suspendu, la défense ne devrait donc pas trop bouger si ce n'est le retour d'Anthony Soubervie parmi les titulaires. De toute façon, tout le monde devrait trouver du temps de jeu avec cette nouvelle semaine à trois matchs. Mardi, avec la réception d'Orléans qui ne gagne plus et est loin d'être tiré d'affaire, ce sera un tout autre match et un besoin tout aussi impérieux de prendre les trois points. Mardi soir, l'Aviron n'aura plus qu'un match en retard et la marge de manœuvre sera encore plus réduite.

Jakes Debounco - Sud Ouest (samedi 3 mars 2012)

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 03:23

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 12:25

----------------------

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 19:31

Pas le temps de réfléchir pour l'Aviron

Luc Matutu et Cheick Touré n'ont pu contenir les Vannetais.

L'Aviron rentre bredouille (0-2). Les deux prochaines réceptions seront primordiales.

L'adversaire était de taille. Il descend tout juste de Ligue 2 et est candidat annoncé à une remontée immédiate. Vannes n'est pas tout seul dans ce cas-là mais ses résultats à domicile plaident en sa faveur. C'est le seul club qui reste invaincu sur ses terres cette année en National. L'Aviron Bayonnais, privé de son capitaine Michel Bidegain, a bien résisté, notamment au cours du premier acte où il a su se procurer les meilleures occasions.

Mais finalement, les joueurs d'Alain Pochat ont craqué après l'heure de jeu comme le faisait remarquer leur président Bertrand Petit hier soir sur France Bleue Pays basque : « C'est vraiment dommage car on a eu de bonnes occasions en première mi-temps mais la répétition des matchs ces derniers temps nous a fait beaucoup de mal. Il faut désormais penser aux deux prochaines réceptions (NDLR : Fréjus en fin de semaine et Orléans quatre jours plus tard). Prendre 4 points serait un bon quota pour notre équipe. »

Une semaine à trois matchs

Les joueurs basques n'auront pas le temps de tergiverser car il faut très vite se replonger sur une nouvelle semaine à trois matchs. Tout d'abord Fréjus qui aura du mal désormais à se mêler à la lutte pour l'accession en Ligue 2 et ce, malgré un bon match nul contre le leader Niort samedi soir et Orléans juste après, qui traîne ses quatre matchs en retard et qui n'a plus trop grand-chose à espérer ou craindre dans cette fin de championnat. Les deux équipes vont venir à Deschamps l'esprit serein et en qualité de favoris.

Une position que les Bayonnais aiment bien, eux qui ont déjà fait chuter Ajaccio, Épinal et Nîmes à domicile, soit trois équipes du top 5 du championnat. Si les Bayonnais prennent les points qu'il faut, ils se déplaceront à Rouen un peu plus sereinement pour terminer cette folle semaine de trois matches.

Jakes Debounco - Sud Ouest (Lundi 27 Février 2012)

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 17:37

L'Aviron ne s'en sort pas

Les Bayonnais encore battus 

Les Bayonnais encore battus

Défaits en Bretagne, les Basques restent 19èmes.

Après un quart d'heure d'observation, la première occasion était signée Haquin, dont le centre était capté par Oukidja le gardien bayonnais. Dans la minute suivante, c'était au tour des Basques de se montrer dangereux par Serra dont la frappe était mise en corner par Le Rouzic. Pinau et Lalande avaient encore une occasion, mais le portier local écartait le danger (17e). Les deux formations ne semblaient pas vouloir, ou pouvoir, appuyer leurs actions et on assistait ainsi à une opposition sans consistance, digne du CFA. Compte tenu de son classement, Vannes ne montrait pas qu'elle était en mesure de briguer une place dans les trois premiers, ce qui permettait à l'Aviron d'espérer.

L'heure de jeu fatale

Le Vannetais, Diguiny, trouvait la possibilité de placer un tir légèrement au-dessus de la transversale (54e). On en était à l'heure de jeu et alors que les Bayonnais semblaient avoir confiance dans la suite des événements, un centre du Vannetais, Abenzoar, trouvait Mohamed dans la surface, pour une déviation vers Jarsalé qui n'en demandait pas tant pour ouvrir le score de près (63e).

Vannes jouait par à-coups et c'est encore sur l'un de ceux-ci que Kakou, en possession du ballon aux 25 mètres, plaçait un tir juste au-dessus de la transversale de Oukidja (72e). Ce n'était que partie remise puisque sur un petit festival de Youssouf, côté droit, le ballon parvenait à Mohamed qui doublait la mise d'un tir croisé (79e). Ni Vannes, ni Bayonne n'avait montré quoi que ce soit en première mi-temps. La seconde était entièrement vannetaise et le score mérité.

Sud-Ouest (Dimanche 26 Février)

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 11:34

Cheick Touré, le roc ivoirien

Cheick Touré apporte sa puissance à la défense de l'Aviron. 

L'Aviron joue à La Rabine, seul terrain à n'avoir connu aucune défaite pour son équipe cette année en National. Dur, dur pour Cheick Touré et ses partenaires !

« Je pense que l'on finira par s'en sortir. On a un coach qui nous enseigne l'esprit de combattant qu'on devra avoir jusqu'à la fin pour se sauver. On doit tout faire pour tous tirer dans le même sens. » Lorsque Cheick Toure, le défenseur bayonnais au club depuis septembre 2011, vous déclare cela du haut de son 1,86 m, on est presque forcé de le croire sur parole. À même pas 20 ans, ce massif joueur natif de Ayame en Côte d'Ivoire, en impose. De par son gabarit mais aussi par son désir de voir toujours plus loin.

« Le fighting-spirit »

Formé à l'académie Jean-Marc Guillou à Abidjan, créée l'année de naissance de Cheick, le néo-Bayonnais a très vite été repéré par des clubs professionnels et a débarqué, très jeune (à 14 ans), à Fulham. Et de ses années passées à l'ombre de Craven Cottage, Cheick tire un bilan plutôt positif. « Quand tu joues en Angleterre, la première chose que tu apprends, c'est le « fighting-spirit » sourit Cheick. « Cette expérience anglaise m'a rendu plus guerrier, plus mature. Après, au niveau des infrastructures, il n'y a pas de comparaison possible entre l'Angleterre et la France. En tout cas, c'est un football que j'apprécie beaucoup. »

Mais avant de rejoindre la Premier League, ce qui reste un des objectifs principaux de Cheick, le puissant défenseur ivoirien doit faire ses preuves en France. Lui qui vient de débarquer pour la première fois en France à la fin de l'été dernier commence tout juste sa carrière pro : « À la fin de mon expérience à Fulham, j'avais plusieurs pistes », précise Cheick, « le club voulait même que je reste deux ans de plus afin d'obtenir la nationalité anglaise. Et puis Lorient s'est présenté et ils m'ont fait signer un contrat de quatre ans. »

« Il faut que je joue »

N'entrant pas de suite dans les plans de Christian Gourcuff, « j'ai discuté avec lui et il souhaite que je joue un maximum de matchs afin d'être opérationnel rapidement avec Lorient par la suite », Cheick a donc été prêté à Bayonne, club évoluant à un niveau correct, le National, et qui lui rappelle un peu ses débuts en Angleterre : « C'est un peu similaire. Rien n'est facile, les matchs se jouent à peu de chose, il ne faut rien lâcher. »

Cheick sait de quoi il parle. Dès son arrivée, il a dû lutter pour récupérer son niveau. À cause d'une inflammation sous la plante du pied, l'international ivoirien (il a remporté le tournoi Espoirs de Toulon en 2010 avec la Côte d'Ivoire, NDLR) a dû manquer deux mois de compétition et son retour en championnat doit se faire par palier, comme le fait de souffler un peu en milieu de semaine contre Luzenac. Ce soir, lui et ses partenaires auront à cœur d'effacer la défaite subie à l'aller (3-0). Son retour en sélection nationale passe par des grosses performances en club. Le maintien de l'Aviron en National également.

Jakes Debounco - Sud-Ouest (Samedi 25 Février)

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 11:16

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 13:54

« On doit se faire violence »

Oumar N'Diaye avait marqué au match aller à Bayonne (3-0), montrant ainsi la voie à suivre pour lorgner vers les sommets. Marc Ollivier 

Oumar N'Diaye avait marqué au match aller à Bayonne (3-0), montrant ainsi la voie à suivre pour lorgner vers les sommets.

Vannes - Bayonne, samedi (20h00). Buteur à l'aller, le défenseur vannetais veut préserver l'invincibilité du Voc à domicile. En espérant aussi mieux voyager jusqu'à la fin de la saison.

Oumar N'Diaye, le match aller avait été contrasté à titre personnel, avec un but mais aussi une blessure aux adducteurs (qui l'avait éloigné des terrains près de deux mois). Quel souvenir en gardez-vous ?
Ça reste quand même un bon souvenir malgré ma blessure. On avait gagné 3-0, après un match bien maîtrisé, et en plus nous avions enchaîné ensuite à domicile (face à Orléans, 2-0), ce qui nous avait permis de monter sur le podium.

C'est aussi l'une de vos rares victoires (trois en treize matches) à l'extérieur cette saison ?

Ce n'est pas le même rapport de force à domicile et à l'extérieur. A domicile, où nous sommes la seule équipe encore invaincue, nos adversaires nous attendent plus bas et il est plus facile de développer notre jeu. A l'extérieur, nous devons passer un cap au niveau de l'agressivité, nous devons être plus combatifs.

Ce qui vous a justement fait défaut à Paris, mardi ...

On restait sur deux bonnes prestations, on voulait aller là-bas avec plus de certitudes mais ce match nous remet au contraire dans le doute. C'était un match typique à l'extérieur. Nous devons mettre plus d'agressivité, forcer notre nature. On doit se faire violence.

Comment résoudre un tel manque, qui est surtout d'ordre psychologique ?

On en parle entre nous, après c'est à chacun de prendre ses responsabilités. Physiquement on est bien, les qualités on les a, mais il faut avant tout penser à être solides à l'extérieur, quitte à être plus laborieux dans le jeu. Il reste six déplacements jusqu'à la fin de la saison, notre parcours à l'extérieur sera l'une des clés de la montée.

Cette fragilité est-elle symptomatique de la jeunesse du groupe ?

On a un groupe plutôt jeune, mais là ça fait huit mois qu'on est ensemble, on devrait avoir plus que trois victoires à l'extérieur.

Du coup, vous n'avez pas le droit à l'erreur à domicile, à commencer par cette rencontre face à Bayonne ...

Le classement n'est pas une obsession, mais il faut clairement les trois points. De toute façon, quel que soit l'adversaire, on doit tous élever notre niveau de jeu.

Recueilli par Frédéric HERVÉ.

 

Retours de Christophe, Moulin et Haquin. Le groupe vannetais enregistre le retour de ces deux défenseurs et de l'attaquant. Antoine Le Tapissier évoluera, lui, avec la réserve. Le groupe : Le Rouzic, Gomis, Abenzoar, Brillault, N'Diaye, Christophe, Moulin, Bonnet, Berson, Youssouf, Jarsalé, Sanchez, Mohamed, Gaffory, Kakou, Malcuit, Diguiny, Haquin. Entraîneur : Stéphane Le Mignan.

Loïc Loval, dont le dossier est passé hier devant la commission de discipline de la Fédération, ne connaissait toujours pas hier soir la durée de sa suspension due au carton rouge récolté face à Épinal.

Orléans - Vannes, le 1er mars à 20 h. La nouvelle a été confirmée hier, les Vannetais se rendront dans le Loiret avec 24 heures d'avance. Ceci afin de permettre aux Orléanais de profiter d'une journée de repos supplémentaire avant de mettre leur calendrier à jour le 6 mars à Bayonne.

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Seniors National
commenter cet article