Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aviron Bayonnais Football Club

FIN DU SITE ...

Rechercher

Archives

28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 08:42

L'histoire mouvementée d'une sélection

p010_ph01.jpg

Les origines de la sélection basque remontent à 1915. Cette année-là, “l’équipe du Nord” dispute et remporte la Coupe du prince des Asturies. Bien que représentant la Bizkaia, le Gipuzkoa et la Cantabrie, cette sélection est composée exclusivement de joueurs basques. D’ailleurs, la sélection espagnole est elle-même composée en grande majorité de joueurs basques au début des années 1920.

Lors des Jeux olympiques d’Anvers de 1920, l’Espagne et ses Basques décrochent la médaille d’argent en football. Un succès remarqué du côté de l’Amérique du Sud où les colonies basques d’Argentine et d’Uruguay réclamèrent la tournée d’une sélection basque. En 1922 a lieu le “voyage des Basques”. L’expédition pour l’Argentine et l’Uruguay comprend des joueurs de l’Athletic Club, de la Real Sociedad, du Real Union Irun et de Tolosa. Cette tournée ne rencontre pas le succès escompté et après huit matchs disputés au lieu des onze prévus (cinq défaites, un nul et deux victoires), les Basques rentrent au pays. Oubliant l’expérience sud-américaine, la sélection reprendra le chemin du stade dans les années 1930 avec des matchs réguliers contre la sélection catalane, comme ce fut le cas de 1915 à 1922.

Pendant la guerre civile, le football ne reprend sa place qu’à partir de 1937. Au Pays Basque, le ballon rond s’organise pour récolter de l’argent et aider la cause basque. Ainsi, trois rencontres sont organisées au Pays Basque entre février et avril 1937 avec pour objectif de payer un avion à Aguirre, le lehendakari de l’époque. La campagne appelée “Pro-avión Euzkadi” voit notamment s’affronter deux équipes représentantes deux partis politiques (Action nationaliste basque – ANV – et Parti nationaliste basque – PNV –). Le succès est au rendez-vous et le stade San Mames de Bilbo est plein à craquer. Dans le même temps, le gouvernement basque pense à monter une sélection pour jouer à l’étranger.

Tournée mondiale de 1937 à 1939

Un match de sélection est organisé entre la sélection de Bizkaia et celle du Gipuzkoa pour retenir 18 joueurs. “Euzkadi” est désormais une réalité et la mission de ces joueurs est double. Economique en récoltant des fonds pour venir en aide aux milliers d’enfants basques exilés. Politique en faisant connaître l’existence du peuple basque et en dénonçant la guerre à laquelle se livre l’Etat espagnol. “Notre mission est purement humanitaire et pacifique”, indique alors le capitaine basque, Luis Regueiro.

La délégation s’envole de Bilbo direction Paris le 24 avril 1937. Elle doit disputer deux rencontres et rentrer au Pays Basque, mais le périple va durer deux ans. Le premier match se déroule au Parc de princes de Paris contre le Racing de Paris, champion de France en titre. Le triplé du Pasaitar Isidro Langara permet aux Basques de l’emporter 3-0.

La joie est de courte durée puisque le lendemain les bombes allemandes s’abattent sur Gernika. “Euzkadi” ne va pas rentrer et s’engage alors dans une tournée mondiale, avec toujours le même double objectif en tête. France, République tchèque, Pologne, Russie, Biélorussie, Ukraine, Géorgie, Norvège et Danemark, l’Europe voit les Basques disputer une vingtaine de rencontres jusqu’à la fin de l’année 1937. Presque un match par semaine.

Fin 1937 marque le départ pour l’Amérique centrale. “Euzkadi” joue dix rencontres au Mexique (sept victoires, deux défaites et un match nul) avant de prendre la direction de Cuba pour quatre matchs. L’Argentine, destination suivante, verra “Euzkadi” bloquée au pays et disputer une seule rencontre en trois mois.

Engagé dans le championnat mexicain, saison 1938-1939

Le 25 mai 1938, la sélection retourne à Cuba pour trois rencontres et autant de succès. Août 1938, vient le temps de la seconde étape au Mexique. Le lehendakari Aguirre veut utiliser ce pays comme le tremplin vers les Etats-Unis d’Amérique et le Canada et faire connaître toujours plus loin le football basque et le message politique qui l’accompagne. Mais “Euzkadi” ne verra jamais l’Amérique du Nord et avant d’être dissoute, la sélection va disputer une compétition officielle : le championnat de première division aztèque 1938-1939. L’équipe porte le nom de “Club Deportivo Euzkadi” et termine vice-champion.

Sa dernière rencontre, la sélection basque la jouera contre l’Atletico Corales, une équipe paraguayenne en tournée au Mexique. Ce match amical, disputé le 18 juin 1939, se solde par un match nul 4-4. Au mois d’août, la sélection basque n’est plus qu’un souvenir.

Plus de sélection Basque jusqu’après la mort de Franco

Dans l’Etat espagnol, la guerre civile est terminée et avec elle a sonné la défaite de la cause basque et de la république. Le gouvernement d’Aguirre condamné à l’exil, l’existence de la sélection “Euzkadi” n’a plus de raisons d’être deux ans après sa création. Certains joueurs s’engagent avec des clubs argentins et mexicains, d’autres rentrent jouer dans l’Etat espagnol, certains, comme le capitaine Regueiro, abandonnent le football.

La sélection basque disparaît alors du circuit international. Elle ne réapparaîtra que 39 ans plus tard, le 2 mars 1978, trois ans après la mort de Franco. Devant 25 000 spectateurs à San Mames, la sélection fait un match nul décevant (0-0) contre l’URSS. Loin de l’image laissée par cette sélection basque des années 1930 victorieuse sur de nombreux terrains.

C’est en fait en août 1979 que la sélection va marquer son vrai retour avec une rencontre Euskadi-Irlande (victoire 4-1) dans le cadre du programme de la campagne “Bai Euskarari” militant en faveur de la langue basque. En suivant, “Euskadi” affronte la Bulgarie (décembre 1979, victoire 4-0) puis la Hongrie (août 1980, défaite 1-5) avant de connaître à nouveau une absence de huit années. Depuis 1988, et la rencontre Euskadi-Tottenham (victoire 4-0), la sélection basque joue régulièrement.


Sources : La patria del gol : fútbol y política en el Estado español, écrit par Daniel Gómez (Editions Alberdania, 2007, 240 pages).

“Jouer et entretenir l’espoir”

Six ans après avoir quitté le banc de la Real Sociedad, José Mari Amorrortu retrouve une place sur un banc de touche. Pour la première fois, il se retrouve sélectionneur de la sélection basque. Il donne son sentiment avant cette rencontre face à la Tunisie à San Mames : “Je pense que ce que nous faisons tous les ans en jouant n’est pas transcendant pour obtenir qu’Euskadi soit reconnue officiellement, mais en faisant ce que l’on fait, on ne tombe pas dans l’oubli et cela constitue toujours une avancée. Cela démontre toujours qu’Euskadi possède un grand potentiel en terme de football et en terme d’organisation. Je pense que nous devons maintenir au minimum ce que nous faisons et ainsi entretenir l’espoir et l’esprit de ces expériences. Dans ce sens, il me paraît très important de jouer des rencontres, maintenant ou à la fin de la saison, ici ou à l’extérieur, parce que pour nous, le plus important, c’est le sport et pouvoir représenter notre terre. Pour ce match face à la Tunisie, nous allons voir une équipe basque jouer le football actuel, car nos footballeurs sont aujourd’hui à la pointe du football actuel et ils joueront comme ils le font maintenant : une équipe qui joue de l’avant et avec beaucoup de rythme.”

 

La sélection basque       

ATHLETIC CLUB : Igor Gabilondo (11)*, Andoni Iraola (6), Gorka Iraizoz (5), Fernando Amorebieta (3), Gaizka Toquero (2), Ander Iturraspe (1), Mikel San Jose (1), Markel Susaeta (1), Jon Aurtenetxe. GRANADA : Mikel Rico. LEVANTE : José Javier Barkero (1). OSASUNA : Asier Riesgo (7). REAL BETIS : Beñat Etxebarria. REAL MADRID : Xabier Alonso (3). REAL SOCIEDAD : Mikel Aranburu (8), Xabi Prieto (7), Mikel Gonzalez (3), David Zurutuza (2), Imanol Agirretxe (1), Carlos Martinez, Iñigo Martínez. TOULOUSE : Pantxi Sirieix (2). VALENCIA : Aritz Aduriz (5).

*Entre parenthèses, le nombre de sélections.

Marc Dufrêche

lejpb logoslogan

Partager cet article

Repost 0
Published by Aviron Bayonnais - dans Pays Basque - terre de football
commenter cet article

commentaires